Skip to content

Affaire kazkaz

  • by

Affaire kazkaz: Liliane Kazkaz a été inculpée d’empoisonnement le 12 octobre 1990, quelques jours seulement après son arrestation. L’enquête n’est pas encore terminée. L’épisode le plus récent a vu l’incarcération d’Haitham Kazkaz, le mari de Liliane et le père de Caroline, le 2 mai. Dans le cadre de son enquête, ce chirurgien est accusé d’avoir empoisonné sa femme, Liliane, qui a été découverte morte le 4 novembre 1995, alors qu’elle devait comparaître devant le tribunal un mois plus tard pour l’empoisonnement de sa fille. . chirurgien

Affaire kazkaz
Affaire kazkaz

Le syndrome de Münchhausen est une sorte de psychose qui se manifeste de diverses manières. Lorsque l’accusation a été déposée en 1995, c’était clair comme du cristal : Liliane Kazkaz souffrait du « syndrome de Münchhausen par procuration » (SMPP), une forme très spécifique de services materno-fœtaux qui a entraîné le développement de pathologies qui ont causé la victime de consulter régulièrement le médecin.

Affaire kazkaz
Affaire kazkaz

Elle a été décrite pour la première fois en 1977 par un pédiatre anglais comme suit : un cocktail de facteurs qui incluent, entre autres, l’extrême dévotion d’une mère envers son enfant, une vision idéalisée de la médecine qui est également associée à l’échec, et l’exercice le plus fréquent de une profession paramédicale.

Cependant, bien que le but ne soit pas de détruire l’enfant, les manipulations peuvent faire succomber la victime à ses blessures. Liliane, qualifiée de « réservée et secrète » par ses amis et de « possessive et autoritaire » par son ex-mari, rumine un rêve de gosse brisé par des universitaires médiocres : devenir médecin. L’armée lui fournit une formation médicale. Malgré cela, contrairement à ce qu’elle prétend à sa famille, elle n’est autorisée à travailler dans les hôpitaux publics qu’en tant qu’assistante de soins aux patients, et non en tant qu’infirmière autorisée.

Lorsque la mère de Caroline entre dans le bureau du révérend Sodubray, la petite fille a déjà visité trois hôpitaux en un mois : Wissembourg, où elle vit avec sa mère et son beau-père, Strasbourg, et l’hôpital Necker. Caroline souffre d’épisodes fréquents et anarchiques d’hypoglycémie, qu’elle attribue à une quantité excessive d’insuline dans son sang.

Affaire kazkaz
Affaire kazkaz

Une tumeur du pancréas a été identifiée par les médecins. L’opération aura lieu le 8 août. Cependant, à son arrivée à Necker, il ne rencontre plus de difficultés. Le morceau de pancréas qui a été retiré a été analysé et aucune anomalie n’a été trouvée. L’enfant sembla se rétablir dans les jours qui suivirent.

Pharmacie au bord de la route

L’instruction a été déléguée au juge Frédéric N’Guyen. Les pharmacies de Wissembourg, Strasbourg, et celles qui desservent l’hôpital Necker ont toutes été agréées par la police. Liliane Kazkaz est une cliente fidèle qui a acheté de nombreux articles chez nous. Elle se décrit comme “une véritable pharmacie ambulatoire”, selon son ex-mari, le père de Caroline.

Liliane, par contre, n’accumule qu’une petite quantité d’aspirine et une petite quantité de sirop contre le toux. Le 9 juillet, à Wissembourg, elle s’achète 20 gélules d’Euglucane. Elle reconnaîtra avoir rédigé et signé elle-même l’ordonnance devant le juge.

Pourtant, cette annonce, qui tenait presque de l’accusation, n’avait jamais été faite auparavant par le directeur du service de pédiatrie de l’hôpital Necker-Enfants malades. « J’ai la preuve, Madame, que les injections d’insuline que votre fille Caroline reçoit sont la cause de ses problèmes de santé. Ce n’est pas quelque chose qui pourrait venir d’un membre de mon personnel.

Il est désormais interdit à votre fille de recevoir des visiteurs. J’ai signalé l’affaire au procureur général de la République.» Liliane Kazkaz, mère d’une fillette de neuf ans hospitalisée pour une grave tumeur au pancréas, n’est ni surprise ni alarmée par la nouvelle. Tout d’abord, je suis curieux de savoir comment le médecin est arrivé à ces découvertes en premier lieu.

Affaire kazkaz

Liliane Kazkaz a été accusée d’empoisonnement le 12 octobre 1990, quelques jours seulement après son arrestation. L’enquête n’est pas encore terminée. Le dernier épisode en date a vu l’incarcération d’Haitham Kazkaz, le mari de Liliane et le père de Caroline, le 2 mai. Dans le cadre de son enquête, ce chirurgien est accusé d’avoir empoisonné sa femme, Liliane, retrouvée morte le 4 novembre 1995, alors qu’elle devait comparaître un mois plus tard pour l’empoisonnement de sa fille. . chirurgien

L’affaire Kazkaz n’est plus seulement remémorée par les proches de la victime, alors qu’elle a marqué un tournant dans l’histoire de France tout au long des années 1990. Examinons de plus près cette diversité des faits qui est hors norme.

Lorsque l’enquête sur la maltraitance des enfants à l’hôpital Necker Enfants Malades de Paris est ouverte, c’est au milieu d’un incident qui a redessiné les contours de la maltraitance en France. Caroline, une fillette de 9 ans originaire de Paris, est admise à l’hôpital pour enfants de la ville le 28 juillet 1990.

La petite fille a d’abord été hospitalisée à Wissembourg, en Alsace, avant d’être transférée à Strasbourg. Elle souffre d’hyperthermie, de vomissements et de fréquents épisodes d’hypoglycémie. Les médecins soupçonnent d’abord une tumeur au pancréas et décident de prélever une partie de l’organe du patient. Au grand étonnement de tous, l’orgue est en bon état. Caroline, en revanche, s’améliore de jour en jour. C’est comme si rien de tout cela ne s’était jamais produit en premier lieu.

Le 28 juillet 1990, une petite fille de neuf ans

Est admise à l’Hôpital Necker Enfants Malades à Paris, où elle demeure à ce jour. Elle souffre de problèmes de santé graves et inexpliqués depuis quelques semaines. Elle a déjà été admise dans un hôpital de Wissembourg, en Alsace, où elle vit avec sa mère, Liliane, et son beau-père, Haitham Kazkaz, médecin d’origine syrienne.

La petite fille souffre d’hyperthermie ainsi que de vomissements. Elle a été admise au CHU de Strasbourg, où on lui a diagnostiqué une hypoglycémie, qui peut survenir pendant un repas ou après un repas. Il est possible que si une quantité excessive d’insuline est détectée, l’enfant souffre de pancréatite.

Le 8 août 1990, la jeune femme subit une ablation partielle du pancréas. L’organe est sain et les chirurgiens n’ont découvert aucune tumeur ou anomalie. Elle a été guérie. La petite fille connaît un nouvel épisode d’hypoglycémie le 11 août, alors que Liliane et Haitham Kazkaz sont en pleine vacances en famille.

Le syndrome de Münchhausen est une sorte de psychose qui se manifeste de diverses manières. Au moment du dépôt de l’accusation en 1995, c’était limpide : Liliane Kazkaz souffrait du “syndrome de Münchhausen par procuration” (SMPP), une forme très particulière de prestations materno-fœtales qui entraînait le développement de pathologies qui faisaient que la victime consulter régulièrement le médecin. Elle a été décrite pour la première fois en 1977 par un pédiatre anglais comme suit : un cocktail de facteurs qui comprend, entre autres, l’extrême dévotion d’une mère envers son enfant, une vision idéalisée de la médecine également associée à l’échec, et l’exercice le plus fréquent de une profession paramédicale.