Skip to content

Affaire Reiser Jean Marc

Affaire Reiser Jean Marc; Une épreuve, et la rencontre de deux familles qui partagent le même drame. Celui de Sophie Le Tan sera présent aux Assises du Bas-Rhin à Strasbourg du lundi 27 juin au mardi 5 juillet, afin d’y voir Jean-Marc Reiser juger pour l’assassinat du Strasbourgeois de 20 ans étudiant qui a été tué le 7 septembre 2018 et dont le corps n’a été découvert que près d’un an plus tard. La famille de Françoise Hohmann, une attachée commerciale qui avait 23 ans lorsqu’elle a disparu le 8 septembre 1987 à Strasbourg et dont la dépouille n’a jamais été retrouvée, sera également présente aux audiences. La disparition de Hohmann s’est produite à Strasbourg.

Affaire Reiser Jean Marc
Affaire Reiser Jean Marc

Lundi 27 juin, les assises du Bas-Rhin ont commencé

A entendre les dépositions du procès de Jean-Marc Reiser, accusé d’avoir tué l’étudiante Sophie Le Tan dans les environs de Strasbourg en 2018. L’incident s’est produit en 2018. Le 61- Un homme d’un an, qui a reconnu avoir tué la femme de 20 ans et lui avoir découpé le corps, a pris place sur le banc des accusés vêtu d’un t-shirt vert et d’un masque sur le visage, l’air distant, au milieu d’un très environnement tendu. Il a également admis avoir tué la femme.

Au début de l’audience, les secouristes ont dû évacuer la mère de Sophie Le Tan, qui s’était évanouie et était en train de s’effondrer. “C’est une épreuve qui va être difficile, dans laquelle le facteur humain sera présent à chaque seconde, une épreuve douloureuse surtout pour la famille de Sophie Le Tan”, a admis M.e. Francis Metzger, l’un des avocats de Jean-Marc Reiser, à leur arrivée au tribunal de Strasbourg. “C’est un procès qui sera difficile, dans lequel le facteur humain sera présent à chaque seconde.”

Les perquisitions qui ont été menées dans son appartement ont révélé d’importantes traces de sang qui avaient été soigneusement retirées, et l’ADN de la victime a été retrouvé sur une scie qui se trouvait dans sa cave. L’état du corps de la victime ne permettrait pas de déterminer la cause du décès ou d’une éventuelle agression sexuelle si l’accusé était responsable des coups et de la chute qui se sont produits.

Au début de son procès, Jean-Marc Reiser a insisté sur le fait qu’il n’aurait jamais voulu la mort de l’étudiante de 20 ans, malgré le fait qu’il lui ait fallu plus de deux ans pour avouer l’avoir tuée et jeté son fils dans les bois. Jean-Marc Reiser a été accusé de meurtre au premier degré et de mise en danger d’enfants. cadavre démembré.

Confirmant sa stratégie de défense, il a déclaré: “Il n’y avait aucune intention homicide de ma part et je conteste la préméditation.” “Je conteste la préméditation.” Au tribunal, des extraits de plusieurs de ses entretiens avec les enquêteurs ont été lus à haute voix. La mère de Jean-Marc Reiser, qui s’est suicidé à 84 ans, a donné l’impression aux policiers que son fils était un “bon fils” et qu’elle “ne l’a jamais vu violent”. Un « garçon sérieux » qui « n’a jamais fait de mal aux filles », selon le stéréotype.

Son cadavre a été découvert dans les bois.
Sophie Le Tan s’est rendue à Schiltigheim, qui se situe au nord de Strasbourg, le jour de son vingtième anniversaire, le 7 septembre 2018, afin de vérifier un appartement ; cependant, elle ne montre plus aucun signe de vie. L’enquête a rapidement déterminé que l’auteur de l’annonce immobilière fictive était Jean-Marc Reiser ; cependant, il a longtemps nié son implication, malgré les preuves accablantes qui ont été rassemblées contre lui.

Ce n’est qu’en janvier 2021 qu’il a finalement avoué le meurtre, bien qu’il ait nié que le meurtre ait été prémédité. En octobre 2019, le corps partiellement sectionné de Sophie Le Tan, qui avait été découpé à la scie, a été retrouvé par accident dans la forêt.

Agression à l’aide d’un piège méticuleusement préparé pour attirer les jeunes femmes célibataires à la recherche d’un appartement. Ou, comme le prétend Jean-Marc Reiser, meurtre commis dans un accès de rage parce que des avances ont été refusées ? Les six membres du jury, quatre hommes et deux femmes, auront jusqu’au 5 juillet pour délibérer et tenter de comprendre ce qui s’est passé. Vendredi, Jean-Marc Reiser sera interrogé sur les détails de l’affaire dans laquelle il est impliqué. À la suite de sa condamnation antérieure pour viol en 2003 et de son acquittement ultérieur dans une autre affaire de disparition faute de preuves, il est maintenant confronté à la possibilité de la prison à vie.

Jean-Marc Reiser, qui a reconnu avoir tué Sophie Le Tan, est aussi la personne qui a assassiné Françoise Hohmann, qui est la douleur et la conviction communes qui ont réuni les Hohmann et les Le Tan et qui ont servi de fondement à leur complicité. . Ce n’est que lui qui a vu la jeune femme dans ses derniers instants de vie. De ce fait, selon eux, il est le parfait suspect, malgré le fait qu’il ait été disculpé par la justice en 2001. L’homme, aujourd’hui âgé de 61 ans, est accusé d’avoir tué l’étudiant en 2018, et il risque la possibilité de la prison à vie s’il est reconnu coupable. Il a fallu plus d’un an pour localiser le corps de la jeune femme, et je Il lui a fallu plus de deux ans pour avouer le crime qu’il a commis.

Affaire Reiser Jean Marc
Affaire Reiser Jean Marc

Jean-Marc Reiser a maintenu sa position lorsqu’il a été invité par le président de la cour d’assises, Antoine Giessenhoffer, à résumer sa ligne de défense. Il a répondu en disant : « Les faits, je les ai reconnus, et je les ai expliqués, ce sont des choses que je ne conteste pas. ne pas. Je n’ai jamais eu l’intention de tuer qui que ce soit. Je conteste également la notion de préméditation.

La mère de Jean-Marc Reiser

Agée de 84 ans et qui devait faire une apparition au bar hier après-midi, a été excusée en raison d’une urgence médicale. Marie-Louise Hamann a décrit son “bon fils” dans une déclaration qui a été lue à haute voix lors de l’audience. Elle a précisé que son fils « adore le Racing de Strasbourg et les balades en forêt ». “Je ne l’ai jamais vu être violent. Je n’ai jamais rien vu de tel auparavant.

Il y avait une personne présente qui pourrait être décrite comme la sœur cadette de Jean-Marc Reiser. Elle ne passait pas beaucoup de temps avec son frère et donnait l’impression de ne pas le connaître très bien : « Nous n’avions pas vraiment de liens. Il préférait sa propre compagnie et avait tendance à agir par impulsion. aux médias qu’elle avait été impliquée dans l’affaire Sophie Le Tan, elle a avoué avoir “eu honte des agissements de [son frère]”, ce qui veut dire qu’elle était gênée par le comportement de son frère.

La déposition de deux témoins qui devaient comparaître demain a été reportée.
De plus, l’ex-maîtresse de l’accusé, qui avait été violée en 1996, n’a pas été tenue de témoigner contre lui. Demain après-midi, elle devait faire son apparition au bar, tout comme les autres anciens compagnons de Jean-Marc Reiser.

Une jeune femme qui avait été en contact avec Reiser au sujet d’une petite annonce en août 2018 a été dispensée de témoigner, au grand dam des avocats de la défense. Ce témoin n’a pas été appelé. Elle avait été très vite entendue par les enquêteurs, et les informations qu’elle avait fournies étaient déterminantes pour l’identification du suspect.

Un certain nombre de parallèles qui prêtent à suspicion

« Dans le cas de Françoise, le responsable du crime a été passé sous silence. Laurent, le cousin de Sophie Le Tan, qui a endossé le rôle de « porte-parole », affirme que c’est la seule différence entre les deux affaires « pour la famille Hohmann, mais aussi pour leur ami qui habite loin.

Affaire Reiser Jean Marc
Affaire Reiser Jean Marc

Marylène Correia, l’avocate des Hohmann, insiste sur le fait que leur présence au tribunal “est avant tout un soutien à la famille Le Tan”. Les Hohmann sont accusés du meurtre de Le Tan. En revanche, selon ce dernier, ils seront aussi là “pour dire que, peut-être, si on avait pu obtenir la condamnation de Jean-Marc Reiser à l’époque, on n’en serait pas là.”