Skip to content

Affaire tapie actualités

Affaire tapie actualités; Selon des informations obtenues aujourd’hui, la Cour de cassation a rejeté un pourvoi formé par les sociétés de Bernard Tapie, décédé depuis, contre une créance dans le dossier arbitral d’un montant total de 438 millions d’euros, qui a été confirmé par la Cour de cassation en octobre. aujourd’hui.

La mort du milliardaire le 3 octobre a mis fin aux poursuites pénales à son encontre, mais les poursuites contre ses entreprises, notamment le Groupe Bernard Tapie (GBT), sont toujours en cours.

Un collège d’arbitrage mandaté par Bernard Tapie pour trancher un litige avec le Crédit Lyonnais sur la cession d’Adidas en 1993 est parvenu à la conclusion que la banque était “défectueuse” et a accordé à Bernard Tapie 403 millions d’euros.

Affaire tapie actualités
Affaire tapie actualités

Cette condamnation a ensuite été annulée en 2015 à la suite d’une procédure civile pour « escroquerie », et Bernard Tapie a été contraint de rembourser les fonds qui avaient ainsi été collectés.

Le calcul précis de la dette, en revanche, était très contesté.

Une enquête publiée mercredi 9 février 2022 par Paris Match a révélé que Bernard Tapie, décédé le 3 octobre 2021, aurait laissé à sa veuve une dette de 600 millions d’euros, selon la publication. Selon Sophie des Déserts, journaliste ayant participé au sondage, qui s’est exprimée sur Europe 1 jeudi 10 février, elle a indiqué que la majorité des dettes provenaient du scandale du Crédit Lyonnais.

Tapie profitera d’une année de repos général et de plaisir en 2019.

Cette affaire, l’un des aspects du différend titanesque qui a duré plus d’un quart de siècle entre l’homme d’affaires et sa banque historique, devait être tranchée par le tribunal le 6 octobre après avoir conclu son procès au printemps de cette année. . Selon Bernard Tapie, le procès se poursuivra avec l’acquittement général proclamé par le tribunal le 9 juillet 2019 : la cour d’appel ne prononcera ni acquittement ni condamnation, mais constatera que l’action publique à son encontre a été formellement close par le Cour d’appel.

La cour d’appel de Paris, qui devait statuer mercredi dans l’affaire très médiatisée de l’arbitrage Crédit Lyonnais de 2008, a annoncé lundi qu’elle avait ajourné sa décision en raison du décès de Bernard Tapie, décédé dimanche à l’âge de 78 ans. après une longue bataille contre le cancer.

Affaire tapie actualités
Affaire tapie actualités

Cependant, alors que le décès de l’homme d’affaires met fin à la procédure pénale dirigée contre lui, la cour d’appel doit encore se prononcer sur le sort des cinq autres prévenus dans cette affaire. Selon une source judiciaire, le président de la cour d’appel déclarerait mercredi “la réouverture des discussions” avant de rendre le verdict “dans un bref délai” par la suite.

Le destin de Stéphane Richard, qui était alors directeur de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde, ainsi que ceux de l’avocat historique de Bernard Tapie, Maurice Lantourne, de l’ancien juge Pierre Estoup, et de deux hauts fonctionnaires, doivent être tranchés par le tribunal, d’autre part.

En l’occurrence, Bernard Tapie était accusé d’avoir « manipulé », au détriment de l’État, un arbitrage de 2008 visant à résoudre son différend avec le Crédit Lyonnais sur les ventes d’Adidas dans les années 1990. Tapie et ses associés ont été arrêtés et inculpés de fraude. Il a récemment été déterminé que la sentence arbitrale, qui lui avait accordé 403 millions d’euros, a été invalidée pour “fraude”, et il a été contraint de rembourser les fonds collectés.

Sa confession à l’antenne était: “Personne n’aurait pu prévoir une telle conclusion.” Tapie était le prestidigitateur, celui qui pouvait tout s’en tirer en comptant sur la chance du tirage au sort. “Le clan est confronté aux réalités de la vie.”

La mort de Bernard Tapie a entraîné l’extinction des poursuites pénales contre lui, mais pas de celles contre d’autres déjà condamnés par la cour d’appel à des peines de prison. Par ailleurs, certaines répercussions de cette affaire, comme celle impliquant Eric Woerth, qui fait désormais l’objet d’une enquête dans le volet fiscal, restent floues. Retrouvez ici toutes nos incroyables enquêtes, des débuts de l’histoire aux premiers indices d’irrégularités révélés par Mediapart à l’été 2008, jusqu’aux dernières évolutions judiciaires.

En effet, la veuve de Bernard Tapie avait été condamnée en 2015 à rembourser environ 400 millions d’euros gagnés via l’incident du Crédit Lyonnais, ce qu’elle avait été condamnée à faire solidairement. d individuellement. Les résultats de l’ensemble du sondage seront publiés jeudi dans Paris Match.

“C’est complètement désorientant.”

Dominique Tapie sera contraint de quitter le Saint-Pères, un hôtel particulier au cœur de Paris qui appartient au millionnaire François Pinault depuis sa construction à la fin du XIXe siècle. Selon le journaliste, la famille Tapie pourrait également choisir de renoncer à la succession de l’homme d’affaires : “Cependant, même avec l’actif de la succession qui restera, il y aura toujours 250 à 300 millions d’euros d’indemnités à verser.” … C’est complètement désorientant.”

Plus tôt cette année, un juge commissaire du tribunal de commerce de Paris a estimé la dette due par le Consortium for Achievement (CDR), l’entité chargée de l’héritage du Crédit Lyonnais, à 322 millions d’euros, selon des documents judiciaires.

Mais en février 2020, la cour d’appel de Paris avait au contraire estimé que cette dette s’élevait, avec intérêts, à 438 millions d’euros.

La défense de Bernard Tapie, qui soutenait qu’il n’avait jamais vraiment gagné 403 millions d’euros mais bien moins, avait fait appel.

Ce recours a été rejeté le 20 octobre 2021, selon le jugement examiné vendredi par l’AFP.

Affaire tapie actualités
Affaire tapie actualités

Au-delà du montant, en parallèle, la justice commerciale examine depuis plusieurs années les échéanciers de remboursement proposés par les sociétés GBT (Groupe Bernard Tapie), actionnaire majoritaire du groupe de médias La Provence, et FIBT (Financière et Immobilière Bernard Tapie), qui possédaient son hôtel particulier parisien (vendu depuis) ​​et sa villa à Saint-Tropez.

Dernier jugement dans cette procédure : le 30 avril 2020, le tribunal de commerce de Bobigny avait prononcé la liquidation des cabinets, mais l’homme d’affaires avait fait appel. Une audience est prévue à la cour d’appel de Paris le 9 décembre.

Sur le plan pénal, une autre chambre de la même juridiction doit rendre son verdict mercredi 24 novembre sur des soupçons de fraude à l’arbitrage, touchant cinq personnes ayant comparu avec M. Tapie.

Les accusés, dont le patron d’Orange Stéphane Richard, sont soupçonnés d’avoir coopéré à des degrés divers à une “manipulation” de l’arbitrage en faveur de l’homme d’affaires et au détriment de l’Etat.

En fin de compte, ils ont été déclarés non coupables en première instance, le tribunal concluant qu'”aucun aspect” de leur affaire ne permettait au tribunal de confirmer la présence de “tactiques frauduleuses”. Le parquet a interjeté appel.