Skip to content

Alexandre le grand y remporta une victoire

Alexandre le grand y remporta une victoire; Deux armées s’affrontent dans la plaine de Gaugamèles, à l’est de l’actuelle capitale iraquienne de Mossoul, en cette onzième nuit après l’éclipse de lune du mois du calendrier lunaire de Boédromion. Darius III, le roi perse, avait déjà essuyé deux défaites en Asie Mineure, d’abord à Granique (en 334 après J.-C.) puis à Issos (en 332 après J.-C.) contre Alexandre le Grand (en 333 av. J.-C.). Intéressé par la vengeance, il se sent à l’aise sur le paysage, qui semble lui convenir. En effet, Darius a choisi cette plaine ouverte, qui lui paraît idéale pour déployer sa colossale armée ; il a creusé les cailloux pour niveler le terrain afin de faciliter les manœuvres de ses terrifiants chars contre les acérés ; et il a planté des piques de fer pour affliger les montures adverses.

Alexandre le grand y remporta une victoire
Alexandre le grand y remporta une victoire

La dernière fois qu’il inspecte et certifie ses forces, c’est dans l’obscurité de la nuit avec l’éclairage fourni par des torches. Le roi perse rassemble 300 000 soldats d’infanterie, plus de 20 000 soldats de cavalerie, 200 chevaux de cavalerie et 15 éléphants de guerre à son aide. Son armée comprenait tous les peuples de l’Empire d’Asie, y compris les Perses, mais aussi les Scythes, les Arméniens, les Syriens, les Bactriens, les Cappadociens et les Indiens, démontrant l’importance de cette bataille.

Alexandre, en revanche, est clairement

Il ne dispose que de 40 000 fantassins et 7 000 cavaliers. La stratégie, en revanche, saura vaincre la puissance numérique. Afin d’accomplir des rites secrets et un sacrifice à la déesse Peur, le Macédonien choisit de se retirer avec son devin Aristandros, tandis qu’une rumeur angoissante se répand dans toute son armée, alors que la plaine, illuminée par les torches enflammées du camp barbare, résonne d’un tumulte massif « égal au grondement d’une mer immense » (Plutarque, Vie d’Alex

Suite à leur rencontre grandiose avec Alexandre, les compagnons d’Alexandre encouragent leur roi à ordonner l’assassinat : ils veulent profiter de la surprise de la nuit, mais ils veulent aussi signaler aux forces macédoniennes la puissance écrasante de l’armée perse. . Tout était en vain. Inévitablement, ils se heurtent à la réponse suivante du roi : « Je n’ai pas l’intention de gagner la bataille. » Est-ce une démonstration d’orgueil, une démonstration de foi ou une bonne stratégie commerciale ? Bien sûr, Alexandre prétend être un descendant de Zeus, et il se sent protégé par les dieux puisque son ancêtre, le dieu Zeus, a prédit qu’il remporterait une grande victoire lors de l’éclipse lunaire. Pourtant, il y a indéniablement un bon calcul derrière ce refus.

Si Alexandre ne tient pas compte des conseils de son général Parménion, c’est qu’il entend vaincre Darius dans une bataille sans précédent ; il a l’intention de dévaster définitivement la Perse, lui faisant perdre à la fois sa foi et sa puissance. Il aura besoin de la lumière du jour et de la clarté de son esprit pour ce faire.

Le ROI n’est pas toujours à l’heure de la publication.

Alexandre élabore sa stratégie de combat dans le secret de sa tente, aidé par les sacrifices qu’il a consentis et la décision à laquelle il est parvenu. Puis, pour le plus grand plaisir de ses amis et de sa famille, il s’endort pour le reste de la nuit dans un sommeil profond. Alexandre a déjà montré, malgré son jeune âge de 25 ans, qu’il est un stratège de haut niveau, audacieux, réactif et doué à la fois en poliorcétique (l’art du siège) et en logistique militaire.

Alexandre le grand y remporta une victoire
Alexandre le grand y remporta une victoire

Du fait que le roi n’est jamais complètement réveillé, ses généraux donnent l’ordre de préparer le petit déjeuner des troupes à l’heure dite. Parménion doit appeler son roi à plusieurs reprises pour obtenir un sommeil qui semble irresponsable. Cependant, le Macédonien est confiant en ses capacités et impatient de vaincre enfin Darius, qui le poursuit depuis des mois.

Selon les mots de Plutarque, “C’est déjà une victoire que nous ayons réussi à engager les Perses dans une bataille bien planifiée plutôt que de fuir à travers un paysage énorme et dévasté à la poursuite du refus de Darius de se battre.” (Vie d’Alexandre, numéro 32, numéro 3) Du point de vue perse, la nuit militaire a été particulièrement sombre, puisque Darius a maintenu ses hommes en formation de combat toute la nuit. Ils ont été psychologiquement et physiquement épuisés, tandis que les Macédoniens ont pu se reposer confortablement.

Darius est certain qu’Alexandre l’attaquerait de front : il envisage de percer les lignes ennemies avec ses chars, eserrant son adversaire avec ses ailes, puis anéantissant Alexandre avec ses hordes de troupes. Cependant, le souverain macédonien a imaginé une stratégie inédite qui va déstabiliser l’ordre bien établi du régime persan : alors qu’il fait semblant de faire la queue pour affronter Darius face à face, il a en fait prévu un placement insolite et visionnaire dans « l’échelon ». afin de déstabiliser l’ordre bien établi du régime persan.

UNE STRATÉGIE INATTENDUE

Alexandre est monté sur son fidèle cheval noir Bucéphale, qui est à ses côtés depuis des années. S’il est, en fait, le fils de Zeus, il invoque les dieux et les convoque pour assister à son assaut, les suppliant de protéger son armée. Lorsqu’un aigle vole au-dessus de la tête du roi puis se retourne pour faire face à l’armée adverse, le demi-dieu Aristandros interprète cela comme un nouveau présage de bonne fortune pour le roi et son royaume. Alexandre franchit le pas avec confiance.

Assistant les hypaspistes (infanterie légère) au centre, tandis que la cavalerie est déployée latéralement des deux côtés, appuyée par des frondeurs d’élite, des spécialistes du javelot et des archers, la cavalerie est divisée en trois divisions. Alexandre est en tête ; il commande le flanc droit avec l’aide de ses hétaires (compagnons), tandis que Parménion commande le flanc gauche avec l’aide des Thraces et des Thessaliens. Le Macédonien prévoyait notamment de faire bouger son aile droite plus rapidement afin de créer un angle d’attaque trompeuse. Il a également ordonné à ses soldats de crier pour effrayer les chevaux lorsqu’ils étaient arrachés par des flèches lors de l’attaque perse.

Avec ses chars, Darius charge en avant pour prendre le contrôle du centre, tandis que les troupes d’Alexandre se préparent à battre en retraite et que les chevaux persans sont parqués dans une série de ravins qui deviendront les souricières. Alors qu’ils se tiennent devant le vacarme de Darius, ses montures tentent de faire demi-tour, mais un grand nombre d’étalons sont capturés et emprisonnés. Les rangs sont en cours de démantèlement et les chars, qui étaient l’arme principale du Perse, ont été retirés de la mêlée. Pendant ce temps, Alexandre continue d’élargir le front, et Darius ordonne qu’il soit poursuivi.

Alexandre le grand y remporta une victoire
Alexandre le grand y remporta une victoire

Cependant, alors que les deux lignes sont sur le point de se heurter, Alexandre se retourne et concentre son attention sur le centre de l’armée perse, où se trouve le roi. Lorsque Darius remarque la charge inattendue, il s’alarme et décide de prendre la fuite avec sa garde d’Immortels. Alexandre hésite car il aurait préféré finir la bataille en un seul conflit, mais il décide finalement de voler au secours de Parménion, malgré le fait qu’il soit en danger sur l’aile gauche. La nouvelle de la mort de Darius a mis plusieurs heures à se répandre dans toute l’armée perse, qui a continué à se battre dans un état de désolation toujours croissante jusqu’à l’anéantissement final.