Skip to content

Annie ernaux compagnon

Annie ernaux compagnon; Annie Ernaux fonde Mémoires d’une fille sur sa propre histoire de vie et sur une quantité considérable de recherches et de données personnelles afin de dire une vérité universelle sur “les choses que font les femmes”, sans exclure personne. Elle nous explique les étapes qu’elle a suivies. Je ne voulais pas donner une impression de prescience durant cet été, mais j’y reviens maintenant. Le coup de chance le plus incroyable s’est produit lorsqu’un ami m’a envoyé les lettres que je lui avais écrites en 1958 et me les a données en 2010. L’expérience du retour a été déchirante mais éducative pour moi. Il y a une autre fonction de la mémoire qui est très précieuse, et c’est la capacité de répéter des sons, de chanter une chanson ou de s’immerger dans une image. Une méthode d’acquisition de connaissances se fait via sa mémoire. Le titre de ce livre, “Mémoire d’une fille”, suggère qu’il s’agit d’une tentative de reconstituer un souvenir en s’appuyant sur toutes ses images associées de la même manière qu’un film.

Annie ernaux compagnon
Annie ernaux compagnon

J’ai laissé ce film se dérouler naturellement

Je n’ai pas analysé chaque cadre individuel, mais je lui ai permis de développer sa propre signification au fil du temps. Je n’ai pas de réponse; tout semble prendre la forme d’une question. Cette fille qui était moi fait toujours partie de moi et je n’ai aucun contrôle sur son existence ou non. Votre souvenir donne une continuité à votre être, ce que je voulais oublier.

Mais nous savons tous que plus nous essayons d’oublier, moins nous oublions vraiment. J’étais intéressé à entrer à l’intérieur. Je n’ai que quelques photos, mais chacune capture un aspect d’une de mes incarnations. De ce fait, il était nécessaire d’écrire les événements survenus avant d’entrer dans la colonie comme s’ils se déroulaient dans une maison fermée qui restait mystérieusement fermée. À un moment donné, il a été forcé d’entrer. Pour forcer la porte.

Je suis venu lire certains de vos livres précédents. Est-il vrai que vous n’avez pas pu parler de votre père en utilisant le roman ?

J’ai essayé de parler de mon père par le biais du roman au cours de trois livres, mais ce n’était tout simplement pas faisable. J’ai depuis très longtemps le sentiment que le monde dont je suis issu ne pouvait pas être décrit littéralement, qu’il ne pouvait pas faire l’objet d’un livre.

La puissance du réel ne pouvait être détournée, et il y a un divorce de longue date entre ma découverte de la lecture et de la littérature et ce sentiment. Le seul choix que j’avais était de rejeter, de parler de lui sans essayer de reconstituer son enfance en utilisant autre chose que les détails qu’il partageait avec moi. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai eu le sentiment que je devais aller là-bas et le rejoindre. Il est possible d’écrire de la littérature, mais pas d’écrire un roman.

Mettre une distance émotionnelle entre le lecteur et l’écriture en utilisant un langage plus neutre permet-il une expérience de lecture plus engageante sur le plan émotionnel ?

Si, en écrivant, je n’ai pas ressenti l’émotion, alors je n’écris pas à ce sujet. En attendant, je ne le divulguerai à personne. Je ne crois pas que ces mots soient ceux qui captent le mieux l’émotion. Je veux dire que ce sont les mots, bien sûr, puisqu’on ne peut pas écrire avec rien, mais ce ne sont pas ces mots qui rendront cette émotion plus forte.

Pourquoi est-ce que Mémoires d’une jeune fille est considéré comme un livre « volé » ?

Au cours de ma vie, il y a eu trois situations dans lesquelles je n’ai eu d’autre choix que de patauger à un moment donné. Quand mon père a tenté de tuer ma mère en 1952, j’en raconte pour la première fois l’histoire dans « La Honte ». Le deuxième est mon avortement clandestin, dont L’Événement fait le récit, dans une seconde écriture à partir d’armoires vides. Il en reste encore un, l’été 1958. J’ai écrit un livre à ce sujet quand j’avais 20 ans, mais il n’a jamais été publié car il était très éloigné de la réalité et contenait des éléments expérimentaux. J’avais le sentiment que j’avais besoin de rompre avec la fiction.

Les récits autobiographiques d’Annie Ernaux s’éloignent rarement

Les récits autobiographiques d’Annie Ernaux. Écrit dans la foulée du décès de son père, son premier ouvrage majeur à succès commercial, La Place, est publié en 1983 et remporte le prix Renaudot l’année suivante. C’est cette vie simple, d’épicier modeste d’une petite ville de Normandie qu’elle décrit, tout comme l’ascension sociale de ses parents, également au cœur de La Honte ; elle a vécu dans la région de La Honte (1997).

Dix ans avant son succès, elle a fait ses débuts dans le monde littéraire avec le roman intitulé “Les Armoires vides”, qui était son premier roman et comprenait la narration à la première personne de l’auteur. L’histoire ne sera pas racontée à la première personne du singulier, mais elle portera un nom : Denise Lesur, et il s’agira de son enfance, du modeste milieu socio-économique de sa famille, et de la manière dont elle a pu s’instruire. Denise Lesur est une jeune étudiante qui est aujourd’hui enceinte.

Il s’agit de ses débuts de professeur de lettres à Annecy et de son mariage, qui vint briser les idéaux d’l’égalité de la jeune femme qu’elle était dans le roman “La Femme gelée”, paru en 1981.

Annie Ernaux concentre son attention dans nombre de ses oeuvres sur une certaine période de sa vie qui s’est déroulée dans le passé. Elle évoque l’avortement qu’elle a eu à 23 ans, en 1963, bien avant la légalisation de la FIV, dans le livre L’Événement, paru en 2000. Elle dresse un regard sur la société d’avant la FIV. Mouvement de libération de mai 1968, lorsque les libertés des femmes étaient restreintes par les pratiques médicales et les opinions d’une société conservatrice.

Son énorme succès, salué par la critique en 2008 et lui valant plusieurs distinctions, dont le Prix Marguerite-Duras, Les Années raconte toute sa vie, depuis sa plus tendre enfance jusqu’en 2007. Le livre est plus qu’une simple autobiographie ; il évoque l’histoire collective de la France et ses mutations à travers les images qu’il décrit et rappelle avant que ces images ne s’éteignent. Cela fait du livre plus qu’une simple autobiographie.

Annie ernaux compagnon
Annie ernaux compagnon

Je reviens à l’année 1958 sous forme d’autofiction dans mon deuxième livre, qui s’intitule Ce qu’ils disent ou rien. Mais ce n’est pas ce que je veux dire quand je dis « écrire » ; Je ne suis pas allé trop loin dans les détails des choses. En 2003, j’ai écrit cinquante pages sur cet été sans aucune intention d’écrire une pièce littéraire : les faits nus. Cependant, de nouveaux défis ont commencé à se présenter.

Dans mon journal d’écriture, je note ceci : « Si je devais mourir, je n’écrirais pas sur l’été 1958, j’écrirais sur les années. Ce que j’ai fait. Puis on m’a diagnostiqué un cancer de l’estomac. Par conséquent, je n’avais pas le choix et je n’avais d’autre choix que d’affronter la situation cet été. Tant que je ne l’avais pas écrit, il y aurait eu un vide. J’ai eu quelques difficultés à cet égard : le défi était de savoir comment arriver à ce qui semblait être la vérité, ou la réalité. Il fallait faire des erreurs et essayer différentes choses.

J’ai écrit en utilisant “je” et “elle”, et il y a eu plusieurs débuts et fins tout au long de la pièce. Le projet était pour moi de créer un tableau sociohistorique de l’été 1958, mais cela n’a pas fonctionné puisque je n’avais alors que 17 ans et demi et que j’ai vécu la réalité collective d’un point de vue assez éloigné. Et puis il sembla que le ciel au fil des années s’était assombri d’une manière ou d’une autre. Et maintenant, il est enfin temps de publier ce contenu.