Skip to content

Aribert cuisinier

Aribert cuisinier; Christophe Aribert débute sa carrière professionnelle en 1991 à l’hôtel Beau Rivage à Condrieu, France, après avoir été diplômé de l’école hôtelière de Grenoble. En 1993, il goûte pour la première fois au restaurant Les Terrasses à Uriage, ouvert quelques années plus tôt. En 1995, il s’installe à Paris et commence à travailler à La Tour d’Argent en 1995-96, suivi d’un passage au restaurant Les Ambassadeurs à l’Hôtel Crillon en 1996-97, où il travaille avec Christian Constant.

En 1997, il retrouve le restaurant Les Terrasses à Uriage, autrefois fréquenté par Coco Chanel, Sacha Guitry, Maurice Chevalier, Stendhal et Alphonse Daudet, entre autres notables de l’établissement. Le chef d’Uriage, Philippe Buissou, a quitté l’entreprise en 2004. Christophe Aribert est nommé à ce poste et est chargé de préserver les deux étoiles.

En novembre 2007, il publie La Brigade de Christophe Aribert aux éditions Glénat3, un livre de cuisine qui met en lumière sa brigade de pompiers d’Uriage-les-Bains4, avec le concours de Pierre-François Couderc pour les photographies, Pierrick Jégu pour les textes, et Georges Riu pour la direction artistique générale. Une vaste collection de photographies illustrant les nombreuses étapes de préparation, ainsi que quelques démonstrations pratiques, accompagnent la présentation de 46 recettes.

Aribert cuisinier
Aribert cuisinier

En collaboration avec Pierre-François Couderc, il est lauréat du concours Oloron-Sainte-Marie5 de photographie culinaire en juin 2009.

A la même période, il est approché pour être le prochain chef du Crillon après le départ de Jean-François Piège6. Il décline l’offre et reste fidèle à ses attachements pour Uriage7.

Le Restaurant L’Opéra du Palais Garnier à Paris ouvre ses portes en juin 2010, après un long et ardu chantier.

A la tête d’une magnifique équipe dans son restaurant de la région Grenobloise, dans un cadre d’une beauté exceptionnelle où la nature guide ses pas, le Chef Aribert saura vous séduire en vous communiquant son enthousiasme pour son métier et pour la région dans laquelle il vit.
Dans un délicat équilibre entre raffinement et simplicité, chacune de ses assiettes raconte l’histoire de sa création…
Comment penser que son interprétation d’une « Fera du Léman » ou d’un « velouté de petits pois » serait si singulière, si précise, si raffinée, et pourtant dépourvue d’embellissements floraux ? Selon lui, la valeur et la réussite d’un plat sont déterminées par les produits choisis dans une approche à la fois plaisir et saine, ainsi que par la cohérence et la technicité d’un plat.

Oléron accueille le Festival International de l’Image Culinaire.

Suivez-le dans cette voie qui ne peut que conduire à de plus grands progrès sur la voie de l’harmonie entre l’homme et son environnement. Un sage illustre nous ouvre la porte.

En 2013, Christophe Aribert remporte pour la deuxième fois le concours « image de produit » du Festival international de l’image culinaire d’Oloron, cette fois avec le photographe Benoit Linéro, également lauréat du concours en 2012. Ils s’associent pour fêter la sortie du vin « Irouléguy » de Thérèse et Michel Riouspeyrous.

Autre temps fort de l’année 2013, la parution d’Aribert, second livre réalisé en collaboration avec Benoit Linéro pour les photographies, Pierrick Jégu pour les textes et Georges Riu pour le graphisme. Le magazine français Le Figaro a nommé ce livre le meilleur livre gastronomique de l’année en 2013.

Aribert cuisinier
Aribert cuisinier

Légumes biologiques, pain maison, volailles du massif du Trièves, truffe noire de l’Isère et champignons du massif de la Chartreuse, pour ne citer que quelques délices… Gestion des déchets, chauffage aux granulés, toiles de coton biodégradables… .. Tout sur la table de Christophe Aribert est pensé en termes de sensibilité environnementale… Extrait du magazine “13h15 le samedi” paru le 24 avril 2021.

Christophe Aribert, chef deux étoiles Michelin, a aménagé un potager au pied de son restaurant au cœur du parc d’Uriage, au-dessus de Grenoble, entre montagne et forêt du Vercors. Ce chef, qui a reçu la première “Etoile Verte” au monde par le Guide Michelin, a placé la responsabilité environnementale au cœur de son activité. Il exprime une affection particulière pour les herbes et les baies trouvées dans son environnement, qui, selon lui, rehaussent la saveur des légumes, des fruits et des autres fleurs qu’il cultive.

Ce jour-là, en compagnie du chef étoilé Edouard Loubet, lui aussi passionné de jardinage, il récolte des plantes qui serviront à sublimer leurs futures créations gastronomiques. Chacun prend une bouchée de ce qu’il s’apprête à cueillir à l’aide de ses mains ou de la pointe de son couteau. Edouard n’avait jamais rien goûté de tel, contrairement au mauve, la pensée qui accompagne les agapes : “On va manger un petit coucou…”, ce qu’il n’a jamais goûté auparavant, contrairement à la pensée qui accompagne les agapes .


Du coup, les deux chefs se partagent la petite plante prairiale, qui se niche paisiblement parmi les herbes : « C’est une affaire de mâche » ; “Il y a aussi un petit soupçon d’artichaut là-dedans… J’adore.” Ils mangent tout et n’importe quoi, même des choses qui ne leur sont pas familières…

Loà proximité des producteurs locaux

“On ne sait jamais ce qui va arriver, et on peut être surpris”, dit l’un quand l’autre confie : “Il m’est venu à l’esprit que j’ai consommé des aliments qui n’étaient pas forcément recommandés, comme une menthe aquatique… Cependant, je n’ai jamais eu le plaisir de goûter à la cigua : elle a été préfigurée par quelqu’un d’autre.”

“Dans une interview au magazine ’13h15 le samedi’, Christophe Aribert explique qu’il est un chef paysan et que son ancêtre était aussi un paysan (replay). Et je crois que la majorité des chefs ont un fort sentiment d’appartenance, puisque il faut pouvoir sentir la terre, les herbes, les légumes… Pour moi, il faut réaligner mes priorités.” Ainsi, l’un des chefs les plus innovants de France développe une cuisine dans laquelle le légume a supplanté la viande, tout en restant connecté à sa région d’origine et au plus proche des producteurs locaux.

Cependant, l’appel du terroir et de ses premiers amours l’ont conduit aux « Terrasses » d’Uriage, un restaurant du Grand Hôtel qui connut sa propre période de gloire et fut fréquenté par des célébrités telles que Coco Chanel, Sacha Guitry, Maurice Chevalier, et, plus loin, Stendhal et Alphonse Daudet à une époque où la jet-set n’en était qu’à ses balbutiements.

Aribert cuisinier
Aribert cuisinier

En 2004, le chef Philippe Buisson quitte Uriage, et Christophe Aribert prend la relève comme seul chef à bord des “Terrasses” d’Uriage, où il décrochera deux étoiles Michelin et quatre étoiles Gault et Millau lors de son passage à bord.

Ici, à partir de produits du Vercors et d’ailleurs, Christophe Aribert nous fait découvrir son univers et les sources d’inspiration qu’il puise. La montagne, sans aucun doute, est un environnement puissant qui inspire les valeurs fondamentales qui guident sa vie et déterminent sa cuisine : pureté, simplicité, respect, humilité et honnêteté.

De ce terroir d’exception, où il connaît les produits, leurs arômes, et les saisons, il magnifie les matières premières, comme la fera, la truite, la livèche, la benoîte urbaine, ou encore l’ancienneté du terroir.

Christophe Aribert, 47 ans, a décidé d’ouvrir son propre établissement, la Maison Aribert, au cœur du parc d’Uriage-Les-Bains le 2 février 2019. Descendant d’un agriculteur-maraîcher isorois, sa attachement à la région a été renforcé par une profonde affection pour les montagnes qui l’ont vu grandir et qui lui ont inculqué un fort sentiment de conviction et d’attachement aux valeurs qu’il vit au quotidien et qui inspirent sa cuisine : la recherche de une symbiose entre l’humain et le monde naturel.