Skip to content

Catherine lara jeune

  • by

Catherine lara jeune; En plus de ses capacités musicales, Lara (de son vrai nom Catherine Bodet) est une chanteuse et compositrice française accomplie qui a plongé très tôt dans le monde de la musique. Elle a commencé à jouer du violon à l’âge de cinq ans. Diplômée avec mention du Conservatoire National Supérieur de Paris, elle forme un quartet avec lequel elle se produit sur scène avec des musiciens tels que Nana Mouskouri et Claude Nougaro.

Elle travaille avec Barbara, Françoise Hardy et Maxime Le Forestier, entre autres, lorsqu’elle n’écrit pas pour elle-même. En 1972, elle publie son premier album solo, qui tarde à venir pour elle. Neuf ans plus tard, avec la sortie de l’album “Johan”, elle reçoit son premier disque d’or. Sa chanson “Diamond Rocker”, sortie en 1983, a été un énorme succès. Sur scène, elle multiplie les collaborations avec d’autres musiciens, comme en témoigne l’album “Magical Night”, composé par Luc Plamondon et nominé pour plusieurs prix.

“Sand et les Romantiques”, opéra rock écrit par le parolier québécois, est l’un des projets sur lesquels elle continue de collaborer avec lui dans les années 1990. “Au centre de l’esprit yiddish” a été publié en 2012, et c’était un album dans lequel elle a repris certaines de ses chansons les plus connues. Catherine Lara est l’une des rares artistes féminines à avoir dévoilé publiquement son homosexualité, malgré le fait qu’elle soit assez réservée sur sa vie personnelle.

Catherine lara jeune
Catherine lara jeune

Catherine lara jeune

Sa réussite au conservatoire l’amène à un poste au Conservatoire National de Paris, où elle restera jusqu’en 1958. Elle était déjà connue comme une élève talentueuse mais rebelle, connue pour sa nature créative ardente et curieuse, au point que le monde de la musique classique lui faisait souvent trop de mal. Il est trop rigoureux et trop limité dans sa quête de découvertes musicales pour assouvir son appétit de nouvelles découvertes musicales.

Il se produit sur scène en tant qu’étudiant et ses performances théâtrales sont humoristiques et enthousiastes. Cela ne l’empêche pas d’obtenir le deuxième prix de violon en 1965, ainsi que le premier prix de musique de chambre l’année suivante.

Tout semblait orienter la jeune femme vers un métier traditionnel. Elle devient membre des Musiciens de Paris, avec lesquels elle se produit dans de nombreuses représentations pendant de nombreuses années. Pendant son séjour à la Vocation Foundation, il a reçu le prix du meilleur violon solo en 1968.

Une petite niche pour elle-même se crée au milieu de la chanson en accompagnant plusieurs artistes de renom, tels Nana Mouskouri et Mireille Mathieu, Juliette Gréco et Claude Nougaro à leurs violons en même temps.

Elle a même son propre quartet, le Lara Quartet

Qu’elle utilise pour accompagner ce dernier. Catherine entreprend plusieurs études en même temps durant cette phase de transition entre deux réalités. En plus de son quartet, elle se produit avec des orchestres symphoniques, fait la première partie de Jean Ferrat avec les Musiciens de Paris en 1970 et commence à écrire des chansons de sa propre composition.

Denise Glaser l’a interviewé le 3 avril 1972, pour la première fois à la télévision, à la suite de ses premières réalisations. Depuis les années 1960, elle a accueilli dans son émission “Discorama” plusieurs des plus grands noms de la musique française, qu’ils soient nouveaux venus ou artistes confirmés.

Du coup, Catherine Lara considère comme un honneur d’être invitée depuis son premier album à parler de son travail pendant 45 minutes devant les caméras de la télévision française, un privilège qu’elle n’a jamais eu auparavant. Néanmoins, les deux dames se connaissaient depuis le début des années 1970, et c’est Denise Glaser qui a présenté la jeune artiste au dirigeant de CBS, Jacques Souplet, en premier lieu.

Catherine lara jeune
Catherine lara jeune

Cette même année, elle sort son deuxième album studio, “Vous savez mieux que tout le monde”, entièrement composé par Boublil. Cependant, c’est en 1972 qu’elle rencontre Barbara, avec qui elle collabore sur deux titres : “Accident” et “Clair de nuit”. Les deux dames deviennent des amies très proches.

75 est marqué par la sortie de « Nil », un disque plus mélancolique. Boublil est remplacé par Alain Lacaux l’année suivante, mais il revient en 1976 avec “Jeu de société”, un album nettement plus entraînant et rythmé que les précédents. À la suite de cette rencontre, nous en apprenons plus sur Claude Engel, un guitariste qui se retrouvera souvent dans l’ombre de Catherine en tant qu’arrangeur, compositeur et ami dans le futur. De plus, à partir de l’album suivant, “Vaguement”, Engel s’est chargé de la production.

Amie et collaboratrice de longue date de William Sheller (scolarité classique suivie d’un virage musical complet à 180°), Lara interprète une pièce en son honneur en 1977, intitulée “Catherine”, que la chanteuse lui dédie.

Catherine Lara fait ses débuts sur la scène mondiale le 16 janvier 1978, au Théâtre des Champs-Elysées, l’une des salles parisiennes les plus en vue pour la musique classique à l’époque. Pour Lara, la scène est un tout à fait unique et remarquable environnement propice à l’invention et à l’expression, où son tempérament et sa fougue peuvent s’épanouir pleinement. En peu de temps, nous en venons à comprendre ses capacités de “bête de scène”, qu’elle ne contestera jamais.

Lara a fait la première partie de Georges Moustaki

Cette fois, Lara semblait plus confiante dans sa peau. En 1980, elle sort l’album “Géronimo”, dans lequel elle se consacre au sort des minorités. C’est une excellente occasion pour elle de remettre au goût du jour les combats féministes dans lesquels elle s’est toujours engagée. Lara est l’une des rares artistes à ne pas cacher son homosexualité, et afin de souligner sa féminité, elle se tient torse nu, le poing en avant, dans les pages intérieures de l’album, comme illustré ci-dessous. Le romancier Etienne Roda-Gil, qui fut le compagnon de route de Julien Clerc, fait ses débuts dans le monde de Lara sur ce dernier disque.

1982 représente un intermède sombre dans la carrière du chanteur, pris en sandwich entre deux années de grandes réalisations. Catherine Lara a collaboré avec ses amis Bob Decout et la comédienne Annie Girardot pour écrire la comédie musicale “Revue et correction”, qui a été jouée avec grand succès sur la scène du Casino de Paris. Cette chambre emblématique, fermée depuis des années, n’a été rouverte que pour cette occasion.

Catherine lara jeune

La pièce, qui a été interprétée par Annie Girardot, Jacquie Quartz et Catherine, a été un flop complet et total. La production subit des pertes financières importantes et les critiques sont très sévères envers l’ensemble de la distribution et de l’équipe. Après cet incident, Catherine traverse une longue période de mélancolie et de léthargie, aggravée par des problèmes pulmonaires. De ce fait, il faudra attendre de nombreux mois avant qu’il n’apparaisse dans l’actualité musicale.

Cependant, en 1983, elle fait un retour surprenant dans l’industrie musicale en sortant deux albums en une seule année. En tout premier lieu, la phrase « Une femme libre » apparaît sur les œuvres de Grosz et de Boublil. Mais c’est surtout “la Rockeuse de diamants” qui, grâce à la chanson-titre, catapulte Catherine au sommet des charts et l’y maintient. A Elisabeth Anaïs, Lara confie pour la première fois la composition de ses paroles, marquant une étape importante dans sa carrière.

Catherine lara jeune
Catherine lara jeune

“Coup d’feel” est un morceau rock avec un violon électrique indéniable qui suit dans le même style que le morceau précédent. La foule répond avec enthousiasme à ces évolutions et se presse à l’Olympia les 21 et 22 février 1983 pour les deux représentations que l’artiste va donner. Un CD live, le premier du genre, évoque l’ambiance jubilatoire des performances de Lara au moment de sa sortie. Même succès lors de la Fête du Printemps de Bourges en avril.