Skip to content

Claude sarraute et ses fils

  • by

Claude sarraute et ses fils; “Les informations sur Claude sarraute et ses fils ne sont pas disponibles car la “Claude sarraute” aime garder sa vie personnelle privée, pour en savoir plus, visitez la page officielle instagram/facebook/twitter de la personne”. Claude Sarraute est absent de nos écrans de télévision depuis 2013, suite à une alerte sanitaire… Cette femme remarquable, peu connue des moins de 20 ans, fêtera ses 93 ans le 24 juillet 2020. C’est une excellente occasion de réfléchir sur la vie de ce brillant intellectuel.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Sarraute

Claude sarraute et ses fils
Claude sarraute et ses fils

Claude Sarraute est influencée par le monde du spectacle depuis son enfance. Elle obtient son baccalauréat à la prestigieuse École Alsacienne de Paris et débute sa carrière professionnelle de théâtre l’année suivante. Bien que l’artiste continue à graver ses toiles jusqu’en 1952, il décide d’emprunter une voie différente.

En 1953, elle intègre l’équipe du journal Le Monde en tant que rédactrice et chroniqueuse. “Au cours de mes premières années aux États-Unis, alors que j’avais déjà joué au théâtre et que je rêvais de devenir comédien, j’ai eu l’opportunité de travailler sur la ligne Program of Theatres and Cinemas.

Après cela, j’ai eu l’occasion de «promue» : j’ai eu l’occasion d’écrire des phrases courtes comme «Reprise au théâtre Truc de la pièce Machin». Après cela, on m’a accordé l’autorisation de créer des titres », a-t-elle pris contact avec la publication qui lui en a donné l’occasion. Elle ne se fait connaître que bien plus tard, lorsqu’elle est choisie comme membre des Grosses Têtes et de la Bande Ruquier.

“Il n’était pas nécessaire d’être coquette ou menteuse”, dit Claude Sarraute.

La journaliste est la fille de la romancière Nathalie Sarraute, également avocate et membre de la Nouvelle convergence littéraire romantique. Claude Sarraute s’est confiée à la rédaction du journal Le Monde sur sa relation avec sa mère dans les pages du journal. Selon elle, la romancière d’origine russe lui avait donné un prénom unisexe puisqu’elle espérait avoir un garçon avec lui…

Lorsque la journaliste s’enquiert des informations que sa mère lui a transmises, elle répond ainsi : « Il fallait être la patronne, et il ne fallait pas être coquette ou menteuse. Je l’ai appris très haut. coût “….. Claude Sarraute, en revanche, a grandi dans un environnement très rigide. Toujours en accord avec ses promesses au monde, elle a passé toutes ses années à la retraite pendant que ses parents voyageaient à travers l’Union soviétique.

Claude Sarraute a été promue au poste de mère lors de sa tournée. Elle a eu deux fils, Laurent et Martin, avec le physicien Christophe Tzara, et un fils, Nicolas Devel, avec l’universitaire Jean-François Revel, ainsi qu’une fille, Véronique. Elle a également eu deux fils, Laurent et Martin, avec le physicien Christophe Tzara.

Claude sarraute et ses fils
Claude sarraute et ses fils

Par exemple, Jean-François Revel (Ricard, pour lui donner son nom complet) est le père du bouddhiste Matthieu Ricard, qui est aussi son fils. De ce fait, Claude Sarraute est la fille du célèbre moine tibétain, Moine Tibétain, également interprète du Dalaï Lama.

“Je n’entends plus, je ne vois plus, je ne marche plus”, dit Claude Sarraute.

Le journaliste étant désormais âgé de 93 ans, les apparitions de Claude Sarraute dans nos émissions de radio et de télévision se font de plus en plus rares. Pourtant, en 2019, elle refait surface sous le nom de “La Reine des Grosses têtes”, comme l’appelle son ami Laurent Ruquier, en pleine syndication des Grosses têtes. Il a été révélé que l’écrivain et journaliste souffre de plusieurs problèmes de santé.

Son explication à Laurent Ruquier, avec qui elle avait travaillé à l’écriture du livre Avant de tout oublier en 2009, était la suivante : “J’ai des problèmes parce que j’entends moins, je vois moins, et je ne Je ne marche plus autant qu’avant.”

En 1967, Claude Sarraute assassine le philosophe et écrivain Jean-François Revel à Paris. C’est aussi durant cette année qu’elle a donné naissance à Nicolas, leur premier enfant d’une famille de trois enfants. Un deuxième fils pour la journaliste, qui est déjà maman d’un petit garçon prénommé Martin, né de son précédent mariage avec Christophe Tzara. A 40 ans, elle se souvient avoir été “un peu tapée” quand Nicolas était à l’école primaire, selon son témoignage publié cette semaine dans France Dimanche.

Claude sarraute et ses fils

Voici ce qui a clairement effrayé l’enfant : « Il m’a dit qu’il ne voulait plus que je l’emmène à l’école. » « Il n’y a pas un seul médecin au monde pour qui j’aurais fait un lifting », dit-elle de sa décision de recourir à la chirurgie esthétique pour régler le problème inattendu : « Néanmoins, pour mon fils Nicolas, tout est réglé ! »

Après une seconde opération, le résultat n’est pas tout à fait ce qu’elle espérait : “J’avais gonflé comme un ballon, le haut de ma tête appuyé sur mes oreilles, et j’avais d’énormes cernes bleues sous les yeux”, se souvient-elle dans le Journal français France Dimanche. Cependant, j’ai perdu dix ans au total. »

Il s’est avéré que le hissage a eu l’effet escompté : « Six semaines plus tard, sur le ferry pour l’île Saint-Louis, Nicolas me regarde et me dit : « Tu sais maman, tu as la possibilité de revenir me chercher à l’école si tu le souhaites !”” La mission est terminée.

Je suis assis sur ma terrasse en Bretagne, où je savoure un farniente. Je regarde la mer à l’horizon, je pense au temps qui s’est écoulé, et je collectionne quelques souvenirs. Je me cache dans l’ombre car, après avoir reçu un diagnostic de cancer de la peau, je n’ai plus le droit d’être à l’air libre. En raison du fait que j’aime tellement le soleil, je ne visiterai plus la plage.

FD : Savez-vous par hasard où sont allés vos fils ?

C.S. : Oui, j’ai eu la visite de Martin, qui revenait de la Coupe du monde au Brésil, où il était depuis le mois précédent. Il a travaillé auparavant comme rédacteur en chef à Téléfoot, et il est aujourd’hui producteur à TF1. Par ailleurs, il y a Nicolas [Revel, ndlr] qui est aujourd’hui le secrétaire général de François Hollande.

Personne ne sait qu’ils sont vos enfants, même si tout le monde les entend parler d’eux-mêmes. Quelle somme d’argent as-tu gagnée ?

C.S. : Il y a trois messieurs. Laurent, l’aîné, travaille comme infirmier. Après avoir demandé à ma mère qui parmi mes enfants s’occuperait de moi quand je deviendrais âgé, elle a répondu : « Qui parmi mes enfants ? Laurent! Elle a immédiatement répondu à ma question. Elle avait une bonne raison… Quand j’ai besoin d’un examen, il me transporte à l’hôpital. C’est merveilleux comme il prend soin de moi. Après, j’ai eu Martin, que j’ai partagé avec Christophe Tzara, le fils du poète Tristan Tzara. Et le dernier mot revient à Nicolas, qui est accompagné de Revel. J’ai aussi adopté une petite fille que j’adore.

En plus, tu rassembles ta tribu chaque année en Bretagne ?

Pour moi, il est vraiment vital que mes enfants et petits enfants passent du temps ensemble pendant les vacances. Depuis que je suis grand-mère, j’ai de plus en plus besoin de leur compagnie. Quand ils disent “Je t’aime bien”, je suis un peu excité. Et puis, pour un senior comme moi, modifier son horaire de travail pour accueillir ses enfants est beaucoup plus facile pendant les vacances.

Parce que je suis une vieille dame, tu comprends ! J’ai le droit d’analyser, alors n’hésitez pas! J’ai été un travailleur acharné toute ma vie et je me suis toujours considéré comme un anticonformiste. A nous tous octogénaires, nous vous demandons de bien vouloir fouter la paix. 80 ans, c’est un âge avancé, et je ne veux pas que quelqu’un profite de moi. À ce stade, je place l’hippopotame dans son vase.

De ce fait, Claude Sarraute n’a pas pratiqué beaucoup de chirurgie esthétique : elle n’a tenté que quelques interventions durant la période où elle a collaboré avec Jacques Martin (les deux ont co-créé le film Comme sur un plateau, diffusé à la fin des années 1980). « Lui, en revanche, était chirurgien, et il s’occupait de son équilibre. Départ en juin et retour en septembre de la même année. Quand j’entre dans son bureau, il me salue avec “Bravo, c’est fantastique, ils ne l’ont pas ratifié.”

Je ne lui avais rien dit, mais c’était un visage familier ! « Aujourd’hui, à 89 ans, Claude Sarraute s’est retiré du bistouri car, comme elle le dit si bien : « Quand on est jeune, on peut dessiner sur la peau, mais à un certain âge, ça devient trop froissé. »


error: Content is protected !!