Skip to content

Daniel Balavoine Mort

Daniel Balavoine Mort; Le 14 janvier 1986, Daniel Balavoine décède, marquant le passage de 36 ans. Pourtant, le chanteur avait éprouvé un malaise dans les jours qui ont précédé son départ pour l’Afrique, comme l’a déclaré le guitariste qui jouait avec lui. Dans le documentaire Daniel Balavoine, qui a déjà 35 ans : sa vie, il dévoile des secrets loufoques longtemps cachés.

Daniel Balavoine Mort
Daniel Balavoine Mort

L’homme de 33 ans, fondateur du rallye Paris-Dakar

Débutera alors un match de football qui s’inscrit dans le cadre de la compétition entre l’équipe de Mopti et l’équipe de Gao. L’hélicoptère blanc de Thierry Sabine est mis en route, et François-Xavier Bagnoud en est le pilote. Le fait que le gouverneur ait parcouru tout le chemin jusqu’ici, cependant, fait que la cérémonie s’éternise pendant un certain temps. Daniel Balavoine s’emploie à maintenir la communication avec l’autre partie…

Vers 4h10 de l’après-midi, l’hélicoptère décolle et se dirige vers le bivouac de Gourma-Rharous, situé à environ 250 kilomètres. La journaliste Nathalie Odent du Journal du Dimanche, le technicien radio Jean-Paul Le Fur de RTL et Thierry Sabine sont actuellement à bord.

Jean-Luc De plus, Roy devait être à bord de l’hélicoptère, mais à la toute dernière minute, il a décidé de laisser Daniel Balavoine prendre place. Nous nous sommes retrouvés au même endroit que Daniel. Il m’a demandé si ça irait si je prenais mon siège dans l’hélicoptère à sa place. Quelques mots de plus sont échangés entre nous avant que je ne ferme la porte…

Les prévisions météorologiques prédisent que les choses ne feront qu’empirer à partir de maintenant. La soirée se transforme en nuit. L’atterrissage à Gossi en hélicoptère a lieu à six heures du soir. L’équipage décide de continuer à voler malgré le vent fort et les conditions de vol qui deviennent de plus en plus difficiles. Vers sept heures du soir, le pilote est arrivé à la conclusion qu’il serait imprudent de poursuivre le voyage et a effectué un atterrissage d’urgence en plein désert à une vingtaine de kilomètres de sa destination prévue.

Cependant, l’hélicoptère repart et le mystère autour de sa localisation perdure… Le manque d’orientation de l’engin le fait entrer plusieurs fois en collision avec le sommet de la dune. Après avoir effectué quelques boucles, l’hélicoptère a commencé à perdre sa stabilité, il a basculé vers l’avant et s’est désintégré sur une distance d’environ 150 mètres. L’ensemble de l’équipage est emporté par la catastrophe…

Ce jour-là, il y a 36 ans, Daniel Balavoine décédait. Cela fait exactement 36 ans depuis son décès. Daniel Balavoine est décédé le 14 janvier 1986, alors qu’il participait à la huitième édition de la course Paris – Dakar. Alors qu’il était sur le point de devenir parent pour la deuxième fois, le père de Joanna a décidé de participer à la course en tant qu’ambassadeur de l’association caritative Paris du Coeur. Tout le monde a été choqué par sa disparition, et un documentaire intitulé Daniel Balavoine, 35 ans déjà : sa vie, sa bataille diffusé sur TMC le 31 mars 2021 a révélé que l’interprète de L’Aziza avait eu un mauvais pressentiment peu avant de mourir.

John Woollof, qui jouait de la guitare pour lui, a consenti à divulguer les derniers mots prononcés par Daniel Balavoine. En effet, avant de se lancer dans sa mission humanitaire à Dakar, le mari de Corinne n’a pas cherché à cacher le fait qu’il était influencé par quelque chose, bien qu’il ne sache pas ce que c’était. ” Je vais retourner à Dakar malgré le fait que je n’en ai pas envie. Ce ne sera pas une bonne journée pour moi. Ces propos, rapportés par John Woollof, montrent à quel point le chanteur avait perçu un présage de malheur : dit de ne pas y aller. En effet, ça nous a marqué », se souvient son ancien guitariste en repensant à l’expérience.

Daniel Balavoine Mort
Daniel Balavoine Mort

Il y a exactement trente ans, l’interprète de L’Aziza se tuait dans un accident d’hélicoptère alors qu’il travaillait sur la ligne Paris-Dakar. Pour en revenir à cette terrible journée, qui s’est soldée par la perte de la vie d’un des chanteurs les plus talentueux de son époque,

Le Paris-Dakar est annulé le 14 janvier 1986 en raison

D’un accident mortel. Dans un tragique accident d’hélicoptère, l’organisateur du concours, Thierry Sabine, ainsi que le chanteur Daniel Balavoine, le pilote de l’hélicoptère, et deux passagers, dont un journaliste, ont tous été tragiquement tués.

Que s’est-il passé exactement dans cette pièce ? Qu’est-ce qui a provoqué la collision de l’hélicoptère avec les dunes de sable dans la région du Sahel ? Pour en revenir à cette terrible journée, qui s’est soldée par la perte de la vie d’un des chanteurs les plus talentueux de son époque,

La 14e et dernière étape de la compétition sportive débutera à quatre heures du matin. La course couvre une distance de 843 kilomètres et relie les villes de Niamey, Gourma et Rharous au Mali. Le temps est extrêmement irrégulier et une tempête de sable se développe. Daniel Balavoine, un chauffeur qui avait auparavant fait partieicipé au rallye en tant que concurrent en 1983 et 1985, n’était pas présent pour le rallye cette fois mais était là pour des raisons humanitaires.

“La principale motivation de Daniel pour être en Afrique était de participer au rallye Operation Water Pumps for Africa, dont il devait partir le lendemain.”

Après un début de journée réussi, Thierry Sabine et l’interprète de L’Aziza font route vers l’aéroport de Niamey pour s’envoler vers la ville de Gao. Arrivés à 10h30 du matin, ils ont eu une discussion avec le gouverneur du Mali concernant les pompes à eau. Les conversations s’échauffent. Les camions de l’organisation humanitaire Paris du Coeur sont empêchés de se rendre au Mali suite aux actions des autorités. L’horloge tourne et il sera bientôt deux heures.

Après cela, Daniel Balavoine et celui qui était à l’origine du départ du Rallye Dakar sont partis ensemble pour lancer un match de football organisé dans le cadre du Rallye Paris-Dakar entre l’équipe de Gao et l’équipe de Mopti. L’hélicoptère blanc de Thierry Sabine, piloté par François-Xavier Bagnoud, était alors prêt à rejoindre la course ; cependant, la cérémonie a traîné en longueur car le chanteur en a profité pour poursuivre les négociations après le déplacement du gouverneur. La cérémonie a donc duré plus longtemps que prévu.

Après deux heures d’attente, l’hélicoptère décolle enfin en direction du bivouac de Gourma-Rharous, point d’arrivée de l’étape situé à 250 kilomètres. Thierry Sabine a invité Nathalie Odent, journaliste au Journal du Dimanche, et Jean-Paul Le Fur, technicien de la radio RTL, à les rejoindre à bord. En plus de cela, le journaliste de sport automobile Jean-Luc Roy allait faire partie de l’équipage. Mais à la toute dernière seconde, elle s’écarte pour faire place à Daniel Balavoine.

Nous nous sommes retrouvés au même endroit que Daniel. Il m’a demandé si ça irait si je prenais mon siège dans l’hélicoptère à sa place. Quelques mots de plus sont échangés entre nous avant que je ne ferme la porte…

Le prénom Jean-Luc Roy

Les conditions climatiques se dégradent. Le jour commence à se fondre dans la nuit. Il est maintenant six heures du soir et l’hélicoptère vient de se poser pour la toute première fois à Gossi, signalant le début de la deuxième épreuve chronométrée. Ils continuent de s’élever dans l’atmosphère malgré les rafales de vent.

Daniel Balavoine Mort
Daniel Balavoine Mort

Le pilote prend la décision d’effectuer un atterrissage d’urgence vingt-deux kilomètres avant d’arriver à Gourma-Rharous. Il est désormais impossible d’avancer davantage. L’engin désorienté volait bas et était emporté par les rafales de vent lorsqu’il fit trois tentatives pour franchir le sommet d’une dune avec l’avant de ses patins. Après avoir effectué plusieurs boucles en plein désert, l’hélicoptère s’est rapidement déséquilibré et a basculé vers l’avant, se désintégrant sur près de 150 mètres avant de s’immobiliser. À ce moment-là, il est 19 h 20 et tous les passagers sont tués sur le coup.