Skip to content

Décès de marie laforêt

Décès de marie laforêt;

Marie Laforêt
chanteuse française
Résultat de recherche d’images pour décès de marie laforêt
Date de décès : 2 novembre 2019
Lieu de décès : Genolier, Suisse

Cela fera bientôt un an que la demoiselle aux yeux dorés a dit adieu à ses paupières pour de bon. Marie Laforêt est décédée le 2 novembre 2019, à l’âge de 80 ans. L’actrice et chanteuse est décédée en Suisse, où elle vivait depuis 1978 et était entourée de membres de sa famille. Pour l’actrice de Plein Soleil, sa mort a été l’occasion de retrouver ses enfants et petits-enfants. Marie Laforêt se soucie peu de l’éducation de ses deux filles, Lisa Azuelos (née en 1965) et Debora Kahn-Sriber (née en 1974),

ni de l’éducation de son fils, Jean-Mehdi Azuelos (né en 1967), qui vit avec elle dans sa propre maison. L’un des souvenirs les plus déchirants de sa vie est que ses trois enfants lui ont été enlevés très rapidement, comme le raconte la réalisatrice de LOL et My Baby dans une interview à Libération : “J’étais en Suisse, logeant dans une luxueuse pension qui s’appelait Les 7 nains. C’était un crime odieux contre l’humanité. C’était une gifle. Il y avait un harcèlement physique et moral présent. Le fait que je devais protéger mon petit frère m’a causé des ennuis.

Décès de marie laforêt
Décès de marie laforêt

Lisa Azuelos, bien qu’ayant vécu un calvaire très jeune, n’a jamais exprimé ses sentiments à sa mère : « J’ai toujours eu un faible pour elle. Pour toutes les femmes, l’option du renoncement est la meilleure option. mère a fait des choix de carrière puis de vie, elle ne l’a pas fait dans le but de me défavoriser. En tout cas, plus on vit longtemps, moins on risque de prendre les choses personnellement, ce qui est bénéfique. Le développement d’une relation amicale qui a permis à mère et fille d’avoir de nombreux souvenirs heureux ensemble jusqu’à la mort de l’actrice il y a un an.

Debora Kahn-Sriber, qui a été moins visible dans les médias, a accepté cette semaine une interview avec l’hebdomadaire Gala. L’attitude de sa mère est éclairée par elle d’un jour nouveau : « Il ne s’agissait pas de pardonner, mais plutôt d’apprendre à vivre avec ses erreurs. Maman était une artiste ; elle vivait et respirait son métier, le nourrissait, et Nous n’avions pas besoin de l’aide des autres. Nous sommes arrivés à la conclusion que nous devions trouver un moyen d’avoir une relation dans laquelle nous prenions tous les deux ce que nous devions prendre tout en permettant à l’autre de vivre.

Les facteurs qui ont contribué au décès de Marie Laforêt

Debora Kahn-Sriber parle aussi de la quête spirituelle de sa mère, qu’elle a intégrée à la vie de sa paroisse avec la grâce et la dignité caractéristiques qu’on attendait d’elle : « Elle venait à la messe tous les dimanches et écrivait au père qui faisait le sermon à l’époque pour lui donner son point de vue !” Marie Laforêt, qui avait été condamnée à mort seulement deux mois avant sa disparition, a eu l’occasion d’affronter la mort grâce à un coup de couteau au corps : “Elle était très sérieuse sur le sujet car elle était très chrétienne et très croyante.” Au cours de la conversation, Debora Kahn-Sriber révèle les circonstances de la mort de sa mère, jusqu’alors restées inconnues du public :

“Ma mère souffrait d’un cancer de l’os qui s’était propagé.” Son dernier hommage à l’humoriste est un recueil de ses écrits intitulé Nous n’avons pas d’autre choix que de croire, qui sera publié cette semaine par Random House. “Depuis le jour de ma naissance, je sais qu’elle a écrit ce livre. Dans le fond de son esprit à tout moment. Cependant, elle vient de commencer à écrire à ce sujet en 2015.

C’était son intention initiale de rester dans ce monde donc qu’elle pourrait publier le livre et se promouvoir grâce à ses efforts. Comme je travaillais dans le service d’édition, le sujet s’est posé. À un moment donné au cours de ce processus, elle a informé mon frère Jean-Mehdi qu’elle souhaitait que je prendre le poste de chef d’état-major. Nous l’avons vu comme une promesse que nous lui donnerions.

Décès de marie laforêt
Décès de marie laforêt

Marie Laforêt est décédée le 2 novembre 2019, après un long combat contre le cancer. Plus d’un an s’est écoulé depuis sa mort, sa fille brise enfin le silence pour révéler la cause précise de sa mort.

Plus d’un an après le décès de Marie Laforêt, nous comprenons désormais mieux les circonstances entourant son décès. Debora Kahn-Sriber, sa deuxième fille, a 46 ans et est sortie de l’ombre pour le rejoindre dans les colonnes de Gala. Au cours de cette conversation, elle m’a assuré que sa mère était vraiment sérieuse quant à la relation qu’elle entretenait avec la mort à l’époque. Pour cette raison, elle était devenue plus cynique au fil des ans et s’était de plus en plus impliquée dans les affaires de la famille de son mari. Selon elle, «

Elle venait tous les dimanches à la messe et écrivait au père qui faisait le sermon à l’époque pour exprimer son point de vue ! Dans sa tête, la chanteuse avait déjà été condamnée à mort deux mois avant de livrer sa dernière note. “Elle était vraiment sérieuse sur le sujet puisqu’elle est une fervente chrétienne et unecroyant fermement en Dieu.”

Marie Laforêt a reçu un diagnostic d’une sorte


Un point de vue aujourd’hui exprimé par la sœur de Lisa Azuelos, Mehdi-Abraham Azuelos, est le suivant : « Il ne s’agissait pas de pardonner, mais plutôt d’apprendre à vivre avec ses erreurs. Maman était une artiste ; elle vivait et respirait son métier, le nourrissait et n’avait pas besoin de l’aide des autres. Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il nous fallait trouver une sorte de relation dans laquelle nous pourrions tous les deux prendre ce dont nous avions besoin tout en permettant à l’autre de vivre. » Marie Laforêt avait aussi élaboré un plan bien pensé pour faire face à la mort.

« Elle était très sérieuse sur le sujet parce qu’elle était très chrétienne, très dévouée », explique Debora Kahn-Sriber, qui rappelle une habitude de la chanteuse : « Elle venait à l’église tous les dimanches et écrivait une lettre au prêtre qui donnait le sermon de l’époque, lui disant ce qu’elle pensait du sujet ! » Grâce à son dévouement, l’artiste a pu vaincre une horrible maladie. « Ma mère souffrait d’un cancer de l’œil qui s’était propagé dans tout son corps », révèle avec tristesse Cadette, la fille de Marie Laforêt. C’est une épreuve qu’elle affrontera avec la plus grande dignité jusqu’au bout.

Décès de marie laforêt
Décès de marie laforêt

Si Marie Laforêt savait qu’elle mourrait dans les prochaines semaines, c’est parce qu’elle savait que la maladie dont elle souffrait était incurable au moment où elle s’en est rendu compte. “Ma mère souffrait d’un cancer oculaire qui s’était propagé dans tout son corps”, a déclaré Debora Kahn-Sriber. Un livre des écrits rassemblés de Marie Laforêt sera publié très prochainement, moins d’un an après sa mort dans un accident de voiture. Malgré le fait qu’elle avait ces textes en tête depuis de nombreuses années, elle n’a commencé à les écrire qu’à la quarantaine.

“C’était son intention initiale de rester dans ce monde afin qu’elle puisse publier le livre et se promouvoir grâce à ses efforts. Alors que je travaillais dans le département d’édition, le sujet a été abordé. À un moment donné au cours de ce processus, elle a fait savoir à mon frère Jean-Mehdi qu’elle souhaitait que je prenne le poste de directeur de cabinet. Nous y avons vu une promesse que nous lui ferions tenir.

Les textes de Marie Laforêt ont suscité l’intérêt des amoureux de l’auteur.
Un hommage sincère qui devrait réjouir les nombreux adeptes de Marie Laforêt qui attendaient avec impatience la publication de ses écrits. En dehors de cela, la chanteuse doit être ravie que ses enfants aient réussi à réaliser ses souhaits de dernière minute.