Skip to content

Edgar zemmour fils

Edgar zemmour fils; Frères Zemour

Il a une belle gueule de textures variées ainsi qu’un héritage familial de crêpe noir. Zem, le fils cracheur de feu d’Edgar Zemour, retrouve le chemin de la vie par le biais du rock and roll. A 33 ans, il est auteur, compositeur, interprète, batteur et guitariste. Il dit: “Mon nom était difficile à porter jusqu’au moment où je chantais.” Cependant, la ligne entre Zemour et Zem n’est pas droite. Tout en grandissant dans l’ombre, il nourrit son amour de la musique, source d’une grande sensualité dans l’univers de ses parents. Il faut beaucoup de courage pour revendiquer l’appartenance à la famille des frères Z. de Sétif, partis d’Algérie en 1960 et devenus maîtres du pavé parisien, notamment du maniement des femmes, des raquettes et des procédures comptables. En conséquence, Zem lutte contre son inclination musicale.

Edgar zemmour fils
Edgar zemmour fils

« Cela ne faisait pas partie de mon éducation formelle. Il fallait que je sois un émeu, vulnérable et habitué pour jouer.» Il a un accident de vélo dans l’allée de l’appartement de ses parents, avenue de la Grande-Armée dans le XVIe arrondissement de Paris.

Aux yeux de son petit garçon, son père est une « idole », « le roi du monde ». Il l’emmène dans sa salle de jeux du 3e boulevard Montmartre, où «des messieurs avec des liaisons de billets jouent aux cartes» (comme il le dit). Ils déménagent souvent « à une vitesse qui n’est pas possible ». Zem a quatre ans lorsqu’il vit un “changement de vie” traumatisant, un père gravement blessé et un départ précipité de la Floride.

Le 28 février 1975, lors d’une fusillade au pub Le Thélème

Les mercenaires de l’antigang assassinent l’oncle d’Edgar William, le chef de famille de la famille Z, et lancent une balle au visage d’Edgar, qu’ils considèrent comme « le plus menaçant et le plus membre agressif du clan.” L’enfant de l’évadé Edgar, réfugié dans une villa de Miami, apprend par cœur les chansons de Supertramp, Queen, AC/DC et Led Zeppelin, diffusées sur la chaîne de télévision musicale MTV. Pour « frapper fort et tranquillement », il construit dans sa chambre une batterie improvisée de coussins, que son père décrit ainsi : « Normande, alcoolique et costaud, elle était la seule à pouvoir garder la tête hors de l’eau, et Je l’ai toujours connue comme un désordre ronflant.” La paire s’effondre. Sa mère fuit en France après avoir été rejetée par la famille.

Edgar Zemour est réveillé chez lui le soir du 8 avril 1983 par quatre balistiques de 11h43. Il est seul, puisque ses enfants ne sont pas là. Zem, qui n’a pas tout à fait 12 ans, revient le lendemain dans une maison vacante et saisit immédiatement la situation. Sans un mot, sans un cri. Il est temps de rentrer à Paris. Il contribue à la renommée des funérailles de la famille Zemour, des criminels les plus infâmes du monde et des photographes. «J’ai continué à garder la musique secrète jusqu’à ce que mon père soit assassiné, puis j’ai réalisé que je devais la sortir de mon système.» Il se rend chez son oncle Gilbert, qui se trouve être le “cerveau” du gang et qui a été revolvérisé dans la rue trois mois plus tard.

Edgar zemmour fils
Edgar zemmour fils

Il persuade sa famille de lui permettre de voir sa mère malade à Paris, qui est dans un “état de santé pitoyable”. Il part avec son oncle André — le seul membre de la famille qui ne fasse pas l’école buissonnière — pour « se cacher en Espagne à Las Palmas » et « perché sur le balcon, observer les musiciens dans la rue ». «Un jour, je reviendrai à la musique comme si tout était déjà arrivé, comme si c’était un événement inévitable.» il réfléchit.

Zem a 15 ans et a terminé ses études secondaires. Il subit un “sérieux revers” afin d'”effacer les violences internes”. Il explique : « J’avais besoin d’un anesthésiste. Fugues, camées et volumes Au milieu de ses cambriolages, ses bourses remplies de bijoux à la main, il s’arrête parfois devant une « belle gratte », oublie le risque, le prend et le rend. Zem, qui a 18 ans, est emprisonné dans une cellule et écrit de la poésie pour les quatre-vingt-quatorze autres détenus de sa cellule. Tyron, le goujat des lieux, les échange avec lui « contra des thunes ou des chips, comme s’il était une agence ». Il part et revient immédiatement.

Il lui faudra quelques mois pour se retrouver en

Compagnie de sa tante, la veuve de William. Il obtient enfin sa première batterie “toute noire” à Pigalle et la scotche au plafond comme un vautour. En 1985, il traverse l’Atlantique avec ses instruments jusqu’à Miami, où il rencontre sa sœur adolescente Myriam, qui devient sa tutrice légale. «Elle est en plein désarroi, et elle a aussi des comptes bancaires bien gardés, alors elle veut être ma mère, et j’ai un fort désir de former un groupe de rock», dit-il.

Pour trente-deux cambriolages, il a fallu quatre ans pour assainir le système. Pendant son séjour dans un asile vers l’extrémité de la péninsule de Floride, Zem devient un véritable artiste. «Je me tiens au milieu de la salle de musculation, la bouche grande ouverte devant une cage entourée de grillages, et une salle de musique qui n’est plus utilisée. Je vais le rouvrir. J’ai découvert trois musiciens noirs : un bassiste, un guitariste et un batteur.

Edgar, alors âgé de soixante-quinze ans, était le Benjamin de la famille, qui avait fui l’Algérie en 1959 et s’était installé dans le quartier parisien de Montmartre. En conséquence, l’ascension imparable de ces pieds vêtus de noir, déterminés à prendre leur place légitime au soleil, va commencer. Cela soulagera Edgar de ses premières frustrations avec le système pénal pour avoir vendu une « piquette » à un client bordelais. Edgar, selon James Sarazin dans M… comme milieu, est “le le plus prétentieux, le dandy le plus élégant criarde qui se sent complètement ruiné quand il n’a pas au moins 15 000 francs en liquidation sur lui.”

Edgar zemmour fils
Edgar zemmour fils

Il faut jouer deux fois par semaine pour les détenus. Un jour, un homme énorme qui transportait six charges de 275 livres arrive et m’ordonne de jouer la troisième chanson de la performance de la nuit précédente. J’ai réalisé alors que ma musique avait la même force gravitationnelle que son poids.» Un prisonnier, brandissant une corde de guitare électrique sur l’omoplate droite de Zem et la musclant avec son débardeur noir, le protège du tatouage d’un dragon et de deux cœurs, qu’il a reçu de la lame du débardeur.

Quatre fois par semaine, il se produit dans les centres de désintoxication de Miami et sur des scènes en plein air, ce qui lui a valu le surnom de “The Libertine”. Au bout de six mois, un voleur repart avec son instrument et des paroles écrites sur la banquette arrière. Il exprime sa surprise face à ce changement de perspective en disant : “C’est une énorme leçon que six ans de prison n’avaient pas réussi à m’apprendre.” Il travaille sur un nouveau disque. En France, il est appréhendé par un procureur qui recherche des vieilles casses déjà payées.