Skip to content

Elisabeth borne et son mari

Elisabeth borne et son mari: Elisabeth Borne est une éminente femme politique française et haut fonctionnaire née à Paris le 18 avril 1961. Borne s’est distinguée dans ces deux domaines. Cette diplômée de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussée a complété sa formation par un MBA de l’Ecole des Ingénieurs. Elle vient d’une famille dans laquelle ses deux parents ont travaillé comme directeurs d’un laboratoire pharmaceutique à un moment de leur carrière.

Elisabeth borne et son mari
Elisabeth borne et son mari

Elle a dédié la nomination à “toutes les petites filles”

A qui elle a demandé d’aller “au bout de [leurs] rêves”: Elisabeth Borne a été nommée Première ministre de la France ce lundi 16 mai 2022 et a pris la succession de Jean Castex dans la soirée, lors d’une passation de pouvoirs pleine d’émotion à l’Hôtel de Matignon.

Dans un discours succinct, la nouvelle patronne du gouvernement an assuré partager avec son prédécesseur “la conviction que les politiques publiques doivent se battre dans la discussion avec les élus, les partenaires sociaux, les organisations”. “Même si nous venons de familles politiques différentes, nous sommes attachés à la cohésion de notre pays, à l’égalité des chances. Vous pouvez compter sur moi pour poursuivre dans cette voie”, a-t-elle promis à Jean Castex.

Suite à sa nomination, sur Twitter, Elisabeth Borne a remercié le président de la République Emmanuel Macron, “de sa confiance et de l’honneur qu’il [lui] fait en [la] nommant Premier ministre”. Elle a également remercié Jean Castex pour son action ces deux dernières années.

Fidèle macroniste, membre de tous les gouvernements sans discontinuer depuis 2017, Elisabeth Borne est la deuxième femme à s’installer à Matignon dans l’histoire de la Ve République, après Edith Cresson dans les années 1990. Elle était citée depuis des semaines as la favori pour le poste de Premier ministre, dans pôle position avant même la réélection d’Emmanuel Macron.

Et à ce petit jeu des pronostics qui revient avant chaque remaniement et où les noms disparaissent aussi vite qu’ils étaient apparus, elle aura visiblement été la plus endurante. Une évidence pour cette amatrice de… randonnée dans le désert.

Mais c’est un sprint qui commence désormais : Emmanuel Macron l’a chargé de l’ancien gouvernement. Selon le protocole, Elisabeth Borne doit désormais proposer une liste de nouveaux ministres au chef de l’Etat, qui procédera à une nouvelle vague de nominations d’ici la fin de la semaine.

Une macroniste “techno” à Matignon
Elisabeth Borne, ministre du Travail, passée par les Transports et la Transition écologique, est connue pour sa maîtrise des dossiers et sa capacité à faire avancer les chantiers. Elle peut se vanter, malgré les critiques et les insuffisances pointées par les oppositions, d’avoir mené à leurs termes plusieurs projets explosifs du dernier quinquennat : la loi énergie-climat, la loi d’orientation des mobilités ou même la réforme de la SNCF .

Elisabeth Borne affiche aussi plusieurs handicaps, à commencer, justement, par ce profil très “techno”, qui en fera, selon ses contempteurs, un simple passe-plat des réformes, alors que le pouvoir resterait concentré à l’Elysée. La nomination d’Elisabeth Borne en tant que Premier ministre a d’ailleurs déjà fait réagir. L’Élysée a indiqué que “c’est le choix de la compétence au service de la France, d’une femme de conviction, d’action et de réalisation”.

Elle a été promue au poste de préfète des provinces Poitou-Charentes et Vienne lorsque François Hollande a été élu président de la France. Ce passionné de course à pied a finalement été nommé directeur de cabinet de Ségolène Royal en 2014, alors à la tête du ministère de l’Ecologie.

Sur le thème de la voirie, Elisabeth Borne collabore étroitement avec un certain Alexis Kohler, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy. En 2015, elle est nommée directrice générale de la RATP. Après cela, Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée depuis mai 2017, lui murmure à l’oreille le nom du tout nouveau président.

Elisabeth borne et son mari
Elisabeth borne et son mari

Assez pour qu’il puisse entrer dans le cabinet d’Édouard Philippe en tant que ministre chargé des Transports, travaillant directement sous l’autorité de Nicolas Hulot, alors ministre de l’Ecologie.

Troubles au cabinet du ministre des Transports

Le Parisien révèle qu’elle va passer son des vacances à Marrakech, au Maroc, en pleine grève de la SNCF pour un projet de modification du système de retraite, au moment où le gouvernement sort la tête de l’eau après la crise provoquée par le mouvement des gilets jaunes. Parce qu’elle est en charge des conversations avec les syndicats des cheminots et parce qu’Emmanuel Macron a appelé ses ministres à se mobiliser sur le terrain pendant les vacances, ces vacances ont reçu plus d’attention qu’elles n’en auraient autrement.

Suite à la sortie fracassante de l’ancienne star de la télévision, elle avait l’intention de lui succéder dans son rôle. Mais finalement, c’est François de Rugy qui a obtenu le poste, même s’il a dû démissionner à cause du « problème du homard ». Après, c’était son heure.

Mais Elisabeth Borne est également consciente des points chauds de sa propre vie. Elle a été pointée du doigt fin 2019 alors qu’elle avait réussi à mettre en place une réforme très difficile de la SNCF, qui comprenait l’ouverture de l’entreprise à la concurrence et la fin de la pratique du recrutement de nouveau personnel sous le statut d’agent.

Son administration tente d’éteindre l’incendie, rendu d’autant plus difficile que des milliers de personnes en France ont du mal à prendre le train pour rejoindre leurs proches à Noël.

Sur BFMTV, Edith Cresson, Première ministre entre 1991 et 1992 a commenté cette nomination d’Elisabeth Borne à Matignon : “il était largement temps. Je connais Mme Borne qui est une personne remarquable qui a une expérience très considérable, qui connaissait les entreprises, la vie économique. C’est un très bien choix.” Tout a commencé pour elle en 1987, lorsqu’elle a commencé à travailler pour le ministère de l’Equipement. Deux ans plus tard, en 1989, elle rejoint la direction régionale de l’équipement d’Ile-de-France.

Tout au long des années 1990, elle a exercé diverses fonctions de conseil, d’abord pour le ministère de l’Éducation nationale, puis comme conseillère technique pour le secteur des transports.

Elle est promue au poste de directrice de la stratégie de la SNCF au début des années 2000, puis cinq ans plus tard, elle est promue au poste de directrice des concessions d’Eiffage. Avant de devenir préfète de la région Poitou-Charentes, elle a été directrice générale de l’urbanisme à la mairie de Paris. Elle passe ensuite un an au ministère de l’Ecologie en tant que directrice de cabinet de Ségolène Royal. Elle a été présidente de la RATP de 2015 à 2017, période pendant laquelle elle était en poste ; à cette époque, elle avait annoncé en 2016 l’embauche de 3 000 nouveaux employés.

Elisabeth Borne a été nommée Chevalier de l’Ordre national du mérite et de la Légion d’honneur le 17 mai 2017, sous la présidence d’Emmanuel Macron, ministre délégué aux Transports, et aux côtés de Nicolas Hulot, ministre délégué à la Transition vers une société écologique et solidaire.

Suite à la démission de François de Rugy le 16 juillet 2019, elle a été nommée au poste de ministre de la Transition écologique et solidaire pour combler le vide laissé par de Rugy.

Elisabeth borne et son mari
Elisabeth borne et son mari

Le 6 juillet 2020, dans le cabinet de Jean Castex, a été nommé au poste de ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Intégration.