Skip to content

Épouse De Damien Abad

Épouse De Damien Abad; Selon elle, la députée aurait été “surexcitée” et “dans un sentiment de toute-puissance” durant la soirée. Elle pense que cela a été le cas. On dit qu’il “lui a offert un verre”, dans lequel elle a affirmé avoir vu “quelque chose” au fond du verre. Elle explique : “Je ne savais pas ce que c’était, j’étais méfiante compte tenu de son comportement passé, et j’avais peur qu’il ait mis quelque chose en moi pour m’agacer.” “Je ne savais pas ce que c’était, j’avais peur qu’il ait mis quelque chose en moi pour m’énerver”, raconte-t-elle. Elle affirme qu’elle est allée tout de suite aux toilettes pour “cracher” sa boisson dans le bol.

Épouse De Damien Abad
Épouse De Damien Abad

Son témoignage est comparable à celui de Chloé

Qui dit que Damien Abad l’a “droguée”. Chloé accuse Damien d’être celui qui lui a donné la drogue. “Quand j’ai lu son histoire, ça m’a tellement rappelé la mienne”, explique Latitia, qui avait “trouvé cette chose au fond du verre assez étrange pour la raconter à [ses] amis”. “Quand j’ai lu son histoire, ça m’a tellement rappelé la mienne”, dit Latitia. D’après les messages retrouvés et plusieurs des témoignages recueillis, c’est aussi ce qu’ont dit plusieurs des personnes à qui elle s’est confiée lorsqu’elles ont appris les révélations de Mediapart.

Les deux se sont finalement rencontrés à Paris, où Julie était en vacances à l’époque. Damien Abad aurait invité la jeune femme à le rejoindre pour un dîner dans le quartier de Saint-Germain-des-Près, suivi d’un verre dans l’un des bars locaux.

Julie affirme que c’est dans ce bar que sa vie a pris un tournant inattendu. Selon certaines informations, le jeune militant a commencé à se sentir mal après avoir bu quelques gorgées de boisson. Elle partage son expérience en disant : “J’étais étourdie et je commençais à voir flou.”

Julie affirme que le lendemain matin, elle s’est réveillée dans le lit de l’hôtel qu’elle avait précédemment réservé pour son séjour, “complètement nue”. C’était la première matinée qu’elle passait à l’hôtel. Elle explique, sonnant groggy, qu’elle a eu du mal à reconstituer ses souvenirs. “Puis, en un éclair, je l’ai vu dans la chambre la nuit, alors qu’il faisait noir, et il était allongé dans son lit. C’est indéniable et indéniable”, raconte-t-elle.

Ce nouveau témoignage ressemble beaucoup à celui recueilli par Médiapart il y a deux semaines, qui a été donné par Chloé. Après avoir bu avec Damien Abad, la jeune femme a affirmé avoir connu des difficultés similaires et une perte de mémoire. Elle a dit que cela s’était produit après qu’ils aient partagé un verre. Elle aussi s’était réveillée « en sous-vêtements » dans le lit d’une chambre d’hôtel, et son corps « faisait mal ».

Épouse De Damien Abad
Épouse De Damien Abad

Il s’agit du troisième élément de preuve présenté par le parquet dans son dossier contre le ministre des Solidarités. À la suite du remaniement ministériel qui aura lieu le lundi 4 juillet, il devrait démissionner de son poste au sein du gouvernement, comme le rapporte BFMTV.

“J’étais terrifié, et j’étais complètement abasourdi”

Latitia explique que Damien Abad l’attendait “derrière la porte” lorsqu’elle est sortie des toilettes ce soir-là. Le député l’aurait “poussée dans une pièce d’en face”, selon son récit, puis lui aurait dit des “folies”, telles que “Tu vas la sentir passer, elle est énorme” et “Vas-y, suce-moi”. ” “Il aurait tout aussi bien pu être dans un film violent de la façon dont il agissait.” Elle affirme qu’il aurait “poussé [sa] tête” vers son entrejambe, malgré le fait que “son pénis n’était pas sorti, mais son pantalon était ouvert”.

Malgré le fait qu’elle était “très sportive” à l’époque, elle a été “extrêmement surprise par sa force”, selon ses dires. “J’étais terrifiée et complètement abasourdie parce que je n’arrivais pas à dégager ma tête de sous son bras et contre sa poitrine. J’étais coincée dans cette position. Je me suis battue avec lui, et je l’ai frappé au ventre, affirme-t-elle.

Elle ne connaissait pas Damien Abad en 2013, mais il l’a contactée via les réseaux sociaux pour lui demander de lui envoyer des messages politiques. Cependant, au fil du temps, le ton de leurs conversations change, et l’élu de l’Ain finit par insister pour avoir un entretien en tête-à-tête avec elle à plusieurs reprises.

“Il était dans la chambre la nuit.” Elle finit par céder et accepte de le rencontrer pendant qu’ils sont ensemble à Paris. Le rassemblement commence dans un restaurant, puis se déplace dans un bar pour la seconde moitié de l’événement. Et c’est à ce moment que les choses prendront une nouvelle direction inattendue. “Au bout d’un moment, j’ai remarqué que je commençais à perdre le contact avec la réalité. Je me sentais faible et ma vision commençait à devenir floue.”

Le directeur de l’hôtel a réveillé la jeune femme le lendemain matin pour commencer les opérations de la journée. “J’étais au lit et j’avais enlevé tous mes vêtements. Il m’était difficile de me souvenir des événements de la nuit précédente, puis j’ai commencé à avoir des flashbacks. Pendant la nuit, il était dans la chambre et il était allongé dans son lit. . C’est certain.”

Ce témoignage, ainsi que plusieurs autres partagés par Mediapart, ressemble beaucoup à celui-ci. Même si Julie n’a jamais vu le de encore une fois, c’est lui qui a témoigné à cause du témoignage qui se faisait à l’époque.

Selon elle, à ce moment-là, il aurait “complètement inversé les rôles”: “C’était épouvantable, il venait de m’agresser et il s’est mis à gémir, comme s’il était la victime.” Il a gardé sa poigne sur ma tête et a secoué la tête en me demandant encore et encore : « Mais pourquoi ne veux-tu pas coucher avec moi ? Est-ce dû au fait que j’ai un handicap ? non il a un handicap, si un homme m’agresse, je ne coucherai pas avec lui.

Damien Abad, candidat à sa réélection de député lors des prochaines élections de dimanche dans l’Ain, s’est prononcé contre ce qu’il appelle le “calendrier soigneusement choisi de ces publications” et la “partialité” de l’enquête menée par Mediapart. , qui, selon lui, a une motivation “politique”. “En ce qui concerne les allégations qui ont été rapportées, je suis consterné par celles-ci, et je les réfute sans équivoque”, poursuit-il.

Ces accusations font suite à celles publiées par le média en ligne le 20 mai, au lendemain de la nomination de Damien Abad au poste de ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées : deux femmes, citées par Mediapart, accusent le nouveau ministre de les violant en 2010 et 2011 ; ils ont fait leurs allégations contre Abad.

Selon le parquet de Paris, l’une d’entre elles – qui a confirmé son récit à l’AFP – a porté plainte à deux reprises, mais ses deux plaintes ont été classées sans suite en 2012 et 2017, d’abord pour “manque de la plaignante” puis pour “manque d’une infraction suffisamment grave.” Cette information a été fournie par la femme qui a confirmé son histoire à l’AFP.

Quant à l’autre accusatrice, le parquet a annoncé le 25 mai qu’il n’ouvrirait pas d’enquête préliminaire sur les faits qu’elle dénonce « en l’état », en raison de l’absence de tout élément permettant de l’identifier comme la personne qui fait les allégations. L’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique a en effet transmis son témoignage aux autorités compétentes sous une forme protégeant son anonymat.

Épouse De Damien Abad
Épouse De Damien Abad

“Damien Abad mérite-t-il l’opportunité d’assumer ses responsabilités et de travailler dans l’intérêt public ?” Après les dernières révélations de Médiapart mardi, cette association a fait part de son désarroi tout en ajoutant « qu’une absence de réaction ne pouvait pas, en l’état, être interprétée comme le gouvernement ne validant ce type de comportement violent envers les femmes que s’il n’y avait aucune réaction du tout ». .