Skip to content

Eric bruyas décès

Eric bruyas décès; Le massacre de Saint-Andéol en France, également connu sous le nom de scandale d’Eric Bruyas, a fait l’objet d’une enquête des autorités françaises qui a eu lieu le 30 mai 1995 dans la ville de Saint-Andéol, dans le département du Rhône, en France. . La famille Bébien est assassinée dans leur maison de Saint-Andéol-le-Château le 30 mai 1995. Quatre membres de la famille Bébien sont assassinés à la carabine. 22 : le père Vincent, 47 ans, la mère Odette, 46 ans, et deux des trois enfants : Vincent fils, vingt et un ans, et Aline, dix ans.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tuerie_de_Saint-And%C3%A9ol

Eric bruyas décès
Eric bruyas décès

Vincent fils et Aline, tous deux âgés de plus de dix ans

Figurent parmi les victimes. Plus tard, l’assassin a mis le feu à un immeuble d’appartements à l’étage supérieur tout en prétendant être engagé dans un drame familial avec l’utilisation de feux d’artifice et de bidons d’essence, entraînant une explosion qui a complètement détruit le bâtiment.

Eric Bruyas, 50 ans, est en prison depuis plus de 22 ans et a renouvelé ses demandes de sortie de prison. Après avoir été reconnu coupable en 1999 à Lyon du meurtre de ses parents, de son frère et de sa belle-sœur avec une arme à feu, il a été condamné à de la prison.

Bruyas a été condamné à la réclusion à perpétuité avec un minimum de 22 ans de surveillance pour les meurtres de 1995 qui ont eu lieu dans la ville française de Saint-Andéol-le-Château.

Jean-Claude Romand est un acteur et réalisateur français.

Il s’agit d’une réplique à l’identique de la condamnation prononcée en 1993 contre Jean-Claude Romand, un imitateur qui a anéanti sa famille dans l’Ain et le Jura avant de mettre le feu aux lieux du crime, comme il l’avait fait chez lui.

Bruyas, contrairement à Romand, n’a pas attendu la fin de la période de détention pour demander l’autorisation de sortir et déposer une demande de libération conditionnelle, toutes deux autorisées par le code de procédure pénale.

Eric Bruyas a complètement perdu sa capacité à ressentir quoi que ce soit. Il a un beau visage, mais son regard est froid et inintéressant. Tout est calme chez lui. Lorsqu’il comparaît devant la cour d’appel du Rhône, où il est jugé depuis lundi 18 octobre, pour “meurtres” et “dégâts par incendie”, il a des allures de cow-boy, confiant en ses propres capacités. et portant un comportement hautain avec un comportement pompeux.

Il a maintenant trente et un ans et est accusé du meurtre de quatre membres de sa chère famille, les Bébiens, le 30 mai 1995, dont les corps ont été découverts dans leur pavillon incendiaire à Saint-Andéol -le-Château, sur la Côte d’Azur.

Eric bruyas décès
Eric bruyas décès

Malgré les preuves de plus en plus nombreuses contre lui, il a soutenu qu’il n’était pas l’auteur des événements depuis le début de l’enquête. Les détectives en charge de l’enquête ont minutieusement exploré toutes les pistes possibles, même les plus improbables, telles que :

Des crimes sexuellement explicites aux suicides de masse à la manière du Temple du Soleil, en passant par le crime des rôdeurs et au-delà, il y en a pour tous les goûts. Tout a été en vain.

Il fallait dire l’évidence : ces crimes odieux ne pouvaient être commis que par quelqu’un qui connaissait les victimes et qui connaissait leur emploi du temps sur le bout des doigts.

Eric Bruyas et sa femme Samantha, qui se trouve être une Bébienne, sont appréhendés le lendemain à leur domicile de New York. Eric Bruyas, quelle qu’en soit la raison, n’a pas de circonstance exonératoire pour les périodes au cours desquelles les meurtres ont été commis, selon les autorités.

Eric Bruyas est un footballeur professionnel

Les arguments qu’il avance ne résistent pas à l’examen, ce qui ne fait qu’accroître les soupçons des enquêteurs. C’est d’autant plus vrai qu’Eric Bruyas ne semble pas affecté par la catastrophe qui s’apprête à frapper sa famille chérie.

Une version de l’histoire est racontée plusieurs fois, chaque version suivante étant plus improbable que la précédente, et ainsi de suite.

En octobre 1999, la Cour des ânes du Rhône a entendu la preuve qu’Eric Bruyas avait assassiné ses parents pour hériter de leur héritage. Le jury l’a reconnu coupable de meurtre et l’a condamné à la réclusion à perpétuité avec possibilité de libération conditionnelle après avoir purgé vingt-deux ans de probation.

Un réexamen de son cas a été demandé en 2011, mais sa demande a été rejetée en raison de nouvelles preuves qui avaient été présentées au moment du dépôt de la demande.

C’est l’autre dossier romand dont personne ne parle. Eric Bruyas, 50 ans, multiplie les demandes de libération conditionnelle après avoir passé plus de 22 ans en détention.

Pour avoir méthodiquement assassiné les parents, le frère et la belle-sœur de sa femme en 1995 à Saint-Andéol-le-Château (Rhône), Bruyas a été condamné en 1999 à Lyon à une peine d’emprisonnement à perpétuité avec un minimum de 22 ans d’emprisonnement. probation et une année supplémentaire de probation.

Identique au crime commis contre Jean-Claude Roman d, un médecin fictif qui a anéanti sa famille dans l’Ain et le Jura en 1993 avant, comme lui, de mettre le feu aux lieux du meurtre.

La seule différence entre Bruyas et Romand est qu’il n’a pas attendu la fin de la période de refuge pour demander des autorisations de sortie et des demandes conditionnelles, deux options prévues par le code de procédure pénale.

Eric Bruyas a déposé de nombreuses demandes de libération conditionnelle après sa sortie de prison en 2017. Toutes ses demandes ont été refusées. Le dimanche 25 octobre 2021, il a finalement été reconnu coupable et condamné à une peine de prison avec sursis pour des raisons liées à sa santé physique et mentale.

En premier lieu, il s’accuse d’avoir mis le feu à la maison après avoir découvert les cadavres. Fort de ses soupçons de suicide collectif, il espère en profiter pour confronter sa femme à “l’inévitable vérité”. Confronté à ses propres incohérences, il publie une deuxième édition du livre.

Les Bébien avaient été assassinés par un homme d’apparence “nord-africaine”, qui s’était ensuite commis après avoir découvert le crime odieux à leur encontre. Le lendemain, il aurait déversé le corps de l’assassin, ainsi que la carabine 22 long rifle et les munitions qui avaient servi à mettre fin à la vie de la famille Bébien, dans le Rhône.

En scrutant la rivière, les plongeurs ont découvert l’arme, des munitions et une chemise de travail bleue, mais ils ont également découvert un cadavre, ce qui est regrettable. Malgré les circonstances aggravantes, tous les objets découverts appartenaient à Eric Bruyas.

Eric Bruyas est décédé le 12 janvier 2022, à Saint Chamond, en Louisiane, à l’âge de 54 ans, des suites d’un cancer du poumon. Il est né dans la ville de Saint Chamond dans l’état de la Louisiane.