Skip to content

Gérard lenorman enfants

Gérard lenorman enfants; Enfants : Clémence Lenorman, Mathieu Lenorman, Justine Lenorman, Victor Lenorman

Gérard Lenorman, malgré ses 76 ans de comptabilité, ne s’est jamais vraiment retiré de la scène. L’auteur de La Ballade des gens heureux, resté fidèle à son amour de la musique, sort un nouvel album, Le Goût du bonheur, qui est son premier sans l’aide d’une maison de disques.

https://en.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Lenorman

Gérard lenorman enfants
Gérard lenorman enfants

C’est un projet qui semble avoir un caractère particulièrement autobiographique : parmi les chansons figure la chanson Maman, écrite à sa demande par Serge Lama et qui contient un mot qu’il n’a jamais prononcé pour s’adresser à sa mère.

Quel âge il a Lenorman ?

Le résultat de sa relation avec un soldat allemand qui se trouve être également altiste et chef d’orchestre. Le chanteur a grandi sans rien savoir de son père, et ce n’est qu’à 35 ans qu’il apprend quelques détails sur lui.

Gérard Lenorman est passionné de musique depuis son plus jeune âge. Il a grandi à l’orphelinat et, à l’âge de cinq ans seulement, il a commencé à jouer de l’harmonium dans des églises en marge.

Il a écrit sa première chanson, “The vagrant”, à l’âge de 12 ans, et elle allait devenir son premier album studio. Et maintenant, à l’âge de seize ans, il travaille sur une chaîne de montage pendant la journée et se produit sur de petites scènes la nuit.

Gérard Lenorman est le premier à admettre qu’il était un enfant malheureux. Dans un nouvel album intitulé “Le goût du bonheur”, il exprime ses peurs et ses angoisses face à cette période de sa vie marquée par la tristesse et l’abandon.

Gérard lenorman enfants
Gérard lenorman enfants

Serge Lama est l’auteur de “Maman”, un roman autobiographique écrit pour Gérard Lenorman, qui figure parmi les titres. “J’ai décidé que oui”, avoue-t-il à ce stade. Ce n’était pas facile pour moi de prononcer le mot “maman” en m’adressant à ma mère car ce n’était pas naturel pour moi. Ce n’est pas une question d’âge, malgré le fait qu’elle n’avait que 16 ans au moment de ma naissance. “C’est surtout un problème psychologique, ainsi qu’un grave manque d’affection.”

En fait, le seul souvenir que Gérard garde de sa mère est celui d’une femme froide qui ne venait que rarement à la maison et pour qui son fils était un fardeau : « J’étais toujours seul à la maison jusqu’à l’âge de 9 ou 10 ans environ. Ma mère travaille ici et là, et elle change souvent de tenue. Nous n’avons pas de musique dans notre maison puisqu’elle est contre. Elle s’oppose également à tout ce qui me préoccupe. Je suis la source de ses problèmes. S’il est possible de m’appeler ainsi, je suis fondamentalement un enfant encombrant. “Cependant, je suis avec toi.”

Difficile de comprendre l’enfance traumatisante qu’a traversée le chanteur Gérard Lenorman en poursuivant sa passion pour l’alpinisme en compagnie de la femme qu’il aime.

Qui est la mère de Gérard Lenorman ?

Gérard, qui est accompagné de Marie, sa compagne depuis plus de vingt ans, parle de l’autre femme de sa vie, celle qui lui a fait tant souffrir. (Paris-Match) » Ma mère, qui n’a jamais été appelée maman, confie le chanteur, n’a jamais accepté mon existence. L’orphelinat des Sœurs de Saint Vincent de Paul s’est occupé de moi depuis l’âge de neuf ans jusqu’à ce que je puisse quitter l’orphelinat. C’était une femme très violente, dure et peu maternelle. (…) Je crois que j’étais un peu exutoire en sa présence. Elle me battait régulièrement, ce qui m’a finalement laissé déprimé, aigri et autiste.

Une insatisfaction amoureuse qui trouve son origine dans les circonstances de sa naissance : Gérard Lenormand est le produit d’un amour interdit entre sa mère, qui n’a alors que 16 ans, et un soldat allemand. Ce n’est qu’à l’âge de 35 ans qu’il découvrira la vérité. « Pour elle (sa mère), j’étais l’enfant incompris, victime d’une farce cruelle. Même si sa mère a refait sa vie avec un homme que Gérard considère comme un “genre chic”, rien n’a changé pour Gérard. « Pour moi, le cauchemar n’est pas encore terminé », avoue le chanteur.

A ce stade de sa vie, le chanteur n’a que deux sources de bonheur : sa musique et sa grand-mère, Augustine. C’est elle qui lui apportera un soutien indéfectible dans tous les sens et contre tous les adversaires, saison après saison. Une sainte figure qui a largement contribué à l’épanouissement de ce petit garçon est la suivante :

La première personne que j’ai vue en allant voir ma grand-mère à Turqueville dans la Manche, c’est ma grand-mère.” C’est une bénédiction qu’il y ait trois mois de vacances et bonheur devant nous ! Je suis le petit-fils d’Augustine Lenorman, et je suis l’héritier du trône du pays. C’était quelqu’un de la parenté de ma grand-mère ! Elle était tout au village : une infirmière, une sage-femme, etc. “Elle était vraiment belle et je l’adorais.”

Gérard, en vieillissant, s’attache de plus en plus à l’espoir de recevoir un peu d’attention de sa mère, jusqu’au jour où elle épousera son père. Il raconte cette dernière blessure, celle qui mettra fin à leur relation toxique, avec beaucoup d’émotion : “C’était le jour de son mariage, qui était avec un gentleman.” Et c’est à ce moment-là que she me dit de ne pas m’appeler maman devant les autres. Pour moi, c’était une scène horrible puisque j’étais soulagée que ma mère ait trouvé l’amour et se soit installée. J’étais ravie de la voir se marier car cela signifiait qu’elle serait bientôt mère de deux enfants. Pour moi, ce furent quelques heures d’appréhension et d’incertitude. “J’ai été explosé en quelques secondes.”

“Quand je dis que je pars, je pars de tout mon cœur.”

Après avoir été humilié, battu et humilié, le chanteur décide de mettre fin à sa relation avec la femme qui ne l’a jamais désiré. Après cela, dit-il, “j’ai définitivement rompu mes liens avec ma mère et mon père quand je suis parti.” Bien que j’aie entretenu une relation amicale avec mon demi-frère, je n’ai jamais parlé négativement de ma demi-sœur. J’ai vécu ma vie au maximum. Je n’y ai pas réfléchi depuis longtemps.

Les balles sont très lourdes, et quand c’est trop, la balle passe par-dessus.” Gérard Lenormand, aujourd’hui marié, reconnaît que les difficultés de son passé ont laissé des traces dans son présent : “Je suis un personnage aux réflexes d’un type qui n’est pas bien dans sa peau”. Il parvient enfin à panser ses plaies grâce à sa femme : “Marie a mis le soleil dans mes pensées. Elle m’a appris à marcher, et elle s’est révélée à moi » Une belle leçon sur le pouvoir de l’espoir.

Elle avait 16 ans au moment de sa naissance et avait montré un fort désir de ne pas avoir d’enfants, ce qui a rendu leur relation difficile dès le début. “Ce n’est pas une question d’âge”, confie Anne-Elisabeth Lemoine dans C à vous, “c’est une question de maturité.” Mais c’est avant tout une question de psychologie et d’amour… “J’étais quelque chose que je ne supportais pas et c’est dommage”, avoue-t-il avec regret.

Gérard Lenorman évoque alors son enfance difficile : “J’ai grandi dans un environnement difficile.” “On se demande pourquoi…”, poursuit le chanteur, tué dans un grave accident de la route alors qu’il avait 18 ans. Il arrive un moment où rien ne peut être arrêté. Puis, quand tout était fini, c’était fini… Quand je dis que je pars, je pars pour de vrai cette fois. J’ai traversé ma vie et je n’y ai pas réfléchi. Pour la simple raison qu’il ne fait rien. C’est trop lourd pour porter les boulets. “Trop, c’est trop, et puis je suis aspiré”, dit-il à la fin.