Skip to content

Jean renoir jeune

Jean renoir jeune; JEAN RENSOR est né à Paris le 15 septembre 1894 et mort à Los Angeles, Californie, États-Unis le 12 février 1979. Il était un peintre français qui a vécu de 1894 à 1979. Le fils du peintre impressionniste Pierre-Auguste Renoir et d’un Réalisateur français, Renoir a grandi dans une famille d’artistes. Ses films étaient remarquables pour leur réalisme et leurs intrigues captivantes pendant les époques silencieuses et suivantes, et on se souvient surtout de lui pour des classiques tels que Grand Illusion (1937), The Rules of the Game (1939) et The River (1941). (1951).

Jean renoir jeune
Jean renoir jeune

L’adolescence et l’enfance sont deux étapes distinctes

Le peintre parisien Jean Renoir est né dans le quartier Montmartre de la ville. Issu d’artistes et de leurs modèles dans un environnement où l’art était le moyen d’expression dominant, il a eu une éducation délicieuse, plus axée sur le plaisir insouciant de la beauté que sur une scolarité formelle, qu’il attribue à la formation artistique de ses parents. Bien que ce soit le cas, il a pu obtenir son diplôme de l’Université d’Aix-en-Provence en 1913, où il a également publié des poèmes, et s’est inscrit dans la cavalerie l’année suivante, commençant sa carrière militaire.

Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté en 1914, Renoir a été blessé à la jambe à la suite de ses actions. Pendant sa rééducation, il passe la plupart de son temps dans les salles de cinéma parisiennes, où il se familiarise entre autres avec les feuilletons et les photos de Charlie Chaplin. Dès qu’il s’est remis de ses blessures, il a été rappelé au service actif dans l’armée de l’air, où il a terminé la guerre en tant que lieutenant.

Incertain quant à son avenir, il étudie la céramique avec son frère dans la ville balnéaire de Cagnes-sur-Mer, près de Nice, où sa famille s’est établie. Ce n’est que quelques mois après la mort de son père au printemps 1920 qu’il a pu se marier avec Andrée Heurschling, l’une des modèles de l’artiste. Ils ont déménagé à Marlotte, un hameau près de Paris où son père avait déjà peint, et là ils ont élevé leur famille, selon sa biographie.

Après avoir sollicité l’aide de son ami Paul Cézanne, fils du peintre, Jean Renoir se lance à son compte dans la création d’une entreprise de poterie dans la ville de Rouen. Sa belle-sœur, l’actrice Vera Sergine, l’initie au monde du théâtre et son intérêt pour le médium en développement qu’est le tournage l’incite à écrire un scénario pour une production scénique.

C’est sa femme Catherine Hessling qui incarna Catherine dans l’adaptation cinématographique de Catherine, ou Une Vie sans joie (Catherine : A Joyless Life) en 1923, réalisée par son beau-frère Jean-Paul Sartre. Jean Renoir a joué le rôle principal dans son premier long métrage, “La Fille de l’eau (également connu sous le nom de Whirlpool of Fate), sorti en 1924 et mettant en vedette sa femme Jean Renoir.

Tous ses premiers films ont été réalisés de manière désordonnée, avec une incompétence technique, un manque de ressources et un air général d’amateur à leur sujet, comme en témoigne le fait qu’ils ont tous été tournés sur pellicule. Néanmoins, ils ont servi de véhicule au génie inhérent du cinéaste pour se révéler et être vu.

Malgré le fait que ces premiers films présentent une influence visuelle substantielle, ils ont développé une certaine fascination pour le passage du temps. À la fin des années 1920, il trouve l’inspiration pour ses films personnels dans les œuvres d’Émile Zola, Hans Christian Andersen et d’autres auteurs et illustrateurs. Selon la mode de l’avant-garde française de l’époque, il adapte leurs contes et en fait des films personnels.

Jean renoir jeune
Jean renoir jeune

C’est par l’Italie qu’il revint en Europe, où il développa le style mature connu sous le nom de Le Carrosse d’or, qui incarnait les caractéristiques de l’homme lui-même : sensibilité, passion et humanité. À sa manière mûre, il était maintenant complètement en charge de la situation (sorti en 1952; The Golden Coach). L’enthousiasme de Renoir pour les comédiens et le métier qu’ils exercent s’exprime dans cette œuvre somptueuse qui mêle les talents de peintre et de dramaturge. Il a fait des apparitions dans une poignée de ses propres films et d’autres réalisateurs ici et là, et il a laissé à ses acteurs une grande liberté pour s’exprimer et prendre des risques.

Il réalise ensuite deux films : French Cancan (1955), reproduction fantaisiste de Montmartre au XIXe siècle, et Eléna et les hommes (1956 ; Paris fait des choses étranges), fantasme historique poussé par un immense mouvement. Si ses œuvres les plus récentes, qui datent des années 1960, sont élégantes en elles-mêmes, son travail pour la télévision n’atteint pas le même degré de grâce que ses œuvres plus anciennes.

Renoir était un individu charismatique

Qui a été fortement marqué par l’environnement artistique dans lequel il a grandi en tant que jeune garçon. En raison de ses premières inspirations créatives, il était aussi extraordinairement ouvert aux influences futures, tant en termes d’art que d’idées, qu’il a assimilées.

Malgré le fait qu’il est devenu citoyen américain après avoir été naturalisé français et s’être installé à LÀ Angeles, il a conservé sa nationalité française et a maintenu des liens avec la ville de Paris. Outre ses films, Renoir a écrit une pièce intitulée Orvet (créée en 1955) qui a été présentée à l’Opéra de Paris ; un roman intitulé Les Cahiers du capitaine Georges (1966); un précieux livre de souvenirs sur son père, Renoir mon père (1962) ; et un mémoire sur sa propre vie, My Life and My Films (1993). (1997). (1974).

Suite à l’échec de ces films au box-office, Renoir et ses investisseurs se retrouvent au bord de la faillite. Malgré les défis posés par l’introduction du son dans le cinéma en 1931, Renoir les surmonte avec On purge bébé (1931; Baby’s Laxative) et démontre une fois de plus son talent avec La Chienne (1931; “The Bitch”), une vicieuse et cruelle film qui était vaguement basé sur une bande dessinée de Georges de la Fouchardière.

Tout au long des années 1930, Jean Renoir a travaillé dur sur certains de ses films les plus renommés, mais sa flexibilité de composition a généré de la confusion parmi les critiques, et les films n’ont eu qu’un succès modeste en conséquence. Les films suivants en font partie : La Nuit du carrefour (1932 ; La Nuit à la croisée des chemins), d’après un roman de Georges Simenon ; Boudu sauvé des eaux (1932 ; Boudu sauvé de la noyade), qui est une comédie anarchique et sans contrainte ; Madame Bovary (1934 ; Madame Bovary), qui est basé sur le roman classique de Gustave Flaubert ; et Le Crime de M. Lange (1936; Le Crime de Monsieur Lang

Jean renoir jeune
Jean renoir jeune

Renoir a travaillé sur le film de propagande communiste La Vie est à nous, réalisé en 1936 et inspiré par les mouvements sociaux du Front populaire français. Renoir a également travaillé sur le film La Vie est à nous (Le Peuple de France). Son court métrage Une Partie de campagne (sorti en 1946; A Day in the Country ), qu’il a produit après de nombreuses luttes, a été une tentative réussie d’apporter le goût de ses œuvres précédentes dans la journée contemporaine.

Avec ce film, considéré comme un chef-d’œuvre du cinéma impressionniste, il capte la poésie et l’allure dévorante du sens visuel qui, bien plus que sa capacité technique, est au cœur de son expression créative de réalisateur. La Grande Illusion (1937; The Grand Illusion), une histoire émouvante de prisonniers de guerre de la Première Guerre mondiale; La Bête humaine (1938 ; La Bête humaine, ou Judas était une femme), admirable interprétation libre de Zola ; et, plus important encore, La Règle du jeu (1939; Les règles du jeu), une histoire puissante de prisonniers de guerre de la Première Guerre mondiale.