Skip to content

Jeune fille morte clesse

Jeune fille morte clesse; Dans la matinée du jeudi 9 juin 2022, le corps d’une petite fille âgée de 14 ans a été découvert. Son cadavre a été découvert sur une voie publique derrière l’école de la petite ville de Clessé, située en Saône-et-Loire près de Mâcon. Le mot “assassinat” a provoqué l’ouverture d’une enquête. Les ossements squelettiques de la fillette ont été découverts derrière l’école de Clessé tôt jeudi matin. Une enquête de la justice a été ouverte.

Jeune fille morte clesse
Jeune fille morte clesse

Selon des informations obtenues par l’AFP auprès d’une source proche de l’enquête, le corps d’un élève de 14 ans a été découvert jeudi matin 9 juin, derrière l’école de Clessé, qui se situe dans le département de Saône-et-Loire. près de Mâcon. Eric Jallet, le procureur de la République de Mâcon, a tenu une conférence de presse jeudi soir pour déclarer qu’un jeune homme, petit ami de la victime, a été arrêté pour “meurtre” et a rapidement reconnu avoir poignardé à mort la victime. Jallet a fait cette annonce lors de la conférence de presse. Une enquête de la justice a été ouverte.

Après la découverte de la dépouille

L’adolescent vers 6h40 du matin jeudi, les habitants de Clessé, minuscule commune viticole d’environ 900 habitants, étaient en état de choc. La jeune enfant a été découverte sur une voie publique, non loin de la mairie et de l’école primaire qu’elle fréquentait auparavant.

Habillée, elle présentait les signes de plusieurs dizaines de coups de couteau à la poitrine, aux épaules, au visage et au cou, ainsi que de multiples “lésions défensives” sur les avant-bras, selon le parquet, qui a poursuivi en décrivant que son nez avait été ” brisé “. La gorge de la victime était encore tranchée par le couteau lorsqu’il a été découvert.

“Une connexion d’importance émotionnelle”
La section de recherche de la gendarmerie de Dijon a rapidement porté son enquête sur son amant, qui a été interpellé jeudi matin au collège de la ville de Lugny, proche de Clessé et où la victime a également fait ses études. Il a été établi lors des premières auditions des connaissances de la jeune fille qu’elle avait “une relation sentimentale” avec le principal suspect.

Le jeune homme a déclaré qu’il “avait consenti à un rendez-vous avec cette jeune fille, après avoir pris un couteau qu’il avait placé dans sa manche, et l’avoir poignardée trois fois dans le cou”. Le procureur a poursuivi en disant que la victime “a tenté de partir, mais le suspect a tenté de l’étrangler puis l’a poignardé à nouveau”. Il a poursuivi en expliquant que les deux avaient l’habitude de se rencontrer à Clessé entre minuit et quatre heures du matin au cours de quelques jours.

Des traces de sang ont été découvertes sur un muret, suivies “d’une piste progressive” allant jusqu’au corps, le long de laquelle des bijoux puis une veste ont été découverts. Le corps se trouvait au bout du chemin. Les parents du jeune enfant n’avaient pas réalisé que leur fille avait disparu jusqu’aux petites heures du matin.

Le procureur n’a pas encore fourni d’informations concernant un éventuel motif de ce crime; or, les premiers témoignages recueillis par les enquêteurs laissent penser que le suspect a pu avoir eu par le passé des « propos troublants », qui évoquaient son désir de « tuer quelqu’un et notamment sa petite amie », selon le magistrat, qui a relevé que la relation de l’homme avec sa petite amie a été gâchée par une série de ruptures et de maquillages.

Jeune fille morte clesse
Jeune fille morte clesse

Selon Pierre N’Gahane, le recteur de l’académie de Dijon, la jeune fille était inscrite en quatrième année au collège de Lugny, qui se situe dans la commune de Lugny, qui est proche de son domicile à Clessé. Elle avait fait toute sa scolarité de base à Lugny. Selon ses propos sur BFMTV, « ce qui s’est passé est totalement insondable », et il précise qu’« aucune allégation de harcèlement » n’a été déposée au sein du collège de l’adolescent.

Il n’y a eu aucune allégation de harcèlement

Des lésions aux mains du suspect compatibles avec le grattage ont été découvertes par les détectives après son arrestation « à l’école ». Après avoir été interrogé par les autorités jeudi après-midi, il a reconnu porter « trois coups de couteau » dans le corps. De plus, il a reconnu “avoir été victime de violences de la part de son père” tout au long de sa vie. Selon le procureur, même s’il n’a pas d’antécédents criminels, il pourrait encourir une peine maximale de 20 ans de prison s’il est reconnu coupable de “meurtre” alors qu’il est encore enfant.

Selon une source proche du dossier, les enquêteurs penchent pour la théorie selon laquelle l’adolescent aurait été impliqué dans une rupture. Cette source mentionne également que l’adolescent était porté disparu depuis mercredi soir. Selon Pierre N’Gahane, le recteur de l’académie de Dijon, la petite fille avait terminé toute sa scolarité élémentaire et était actuellement en classe de quatrième au collège de Lugny, qui se situe dans la commune de Lugny, qui est proche desa ville natale de Clessé.

Dans une interview à BFMTV, il a déclaré que “ce qui s’est passé est complètement insondable”, et il a ajouté qu'”aucune allégation de harcèlement” n’avait été enregistrée dans l’école de l’adolescent.

Vers 6 h 40 du matin, le corps de la jeune fille, qui avait été poignardée, a été retrouvé. Il a été établi par le magistrat que la jeune fille avait été retrouvée avec un couteau dans la gorge et qu’elle présentait “plusieurs dizaines de traces de coups de couteau, sur le haut du torse, sur les épaules, le visage et sur le corps”. Eric Jallet ajoute que “des lésions de défense supplémentaires apparemment portées au couteau” ont également été repérées “sur les avant-bras de la jeune fille”. Ces lésions ont été trouvées “sur les avant-bras de la fille”. De plus, son nez a “clairement été brisé” selon le médecin.

Il a déclaré qu’elle était une enfant qui n’avait aucun problème et qui travaillait dur. Lorsque le recteur a été interrogé sur les affirmations selon lesquelles elle venait de traverser une rupture difficile, il a répondu en disant qu’il était “possible” que ce soit le cas. “Jean-Pierre Chervier, le maire de Clessé, a fait la déclaration suivante à la presse au nom de sa ville : “C’est une journée épouvantable.” Il a poursuivi en expliquant qu’il connaissait la victime et l’a décrite comme “une très gentille seule fille, tout comme ses parents.” Il précise que la famille de la victime est “aimée à Clessé”.

Après avoir été placé en garde à vue par la police, son amant avoue le crime.

En fin d’après-midi, Éric Jallet, le procureur de la République de Macon, a donné une conférence de presse pour les médias locaux. Les aveux ont été faits par le petit ami de la jeune fille, qui n’a que 14 ans et est en détention depuis 9 heures du matin. Il n’a donné aucune explication à son comportement et n’avait pas de casier judiciaire. Selon les conclusions du médecin légiste, le jeune avait des dizaines et des dizaines de coups de couteau. Demain à Dijon, une autopsie devra être pratiquée. Le jeune homme a montré au médecin des plaies et des égratignures qu’il avait sur les mains.

Jeune fille morte clesse
Jeune fille morte clesse

Au collège de Lugny, il y a eu beaucoup d’émotion.

Le collège de Lugny où la jeune fille a fait ses études est en pleine émotion en ce moment. Pierre N’Gahane, le recteur de l’académie de Dijon, a publié un communiqué dans lequel il exprime son « profond regret et sa grande émotion » à l’annonce de cette catastrophe. Cela s’est passé jeudi matin au collège Victor-Hugo de Lugny, et il s’y est rendu pour « apporter son soutien ». Selon le communiqué, le collège a immédiatement mis en place une cellule d’écoute pour les élèves et les équipes pédagogiques de l’établissement, et elle « le restera aussi longtemps que nécessaire ».