Skip to content

Jeune fille retrouvée morte

Jeune fille retrouvée morte; Un événement macabre s’est produit dans ce chef-lieu de Saône et Loire. Jeudi matin, le corps d’un adolescent a été découvert derrière l’école de Clessé, située non loin de Macon. La victime, une fille âgée de 14 ans, présentait des symptômes compatibles avec des abus. Quelqu’un avait secrètement placé un couteau sous sa gorge. En début d’après-midi, la gendarmerie a fait savoir qu’elle avait détenu et arrêté un suspect recherché pour interrogatoire. Ce jeune homme, qui est l’amant de la victime, n’a que 14 ans.

Jeune fille retrouvée morte
Jeune fille retrouvée morte

En fin d’après-midi, Éric Jallet, le procureur de la République de Macon, a donné une conférence de presse pour les médias locaux. Les aveux ont été faits par le petit ami de la jeune fille, qui n’a que 14 ans et est en détention depuis 9 heures du matin. Il n’a donné aucune explication à son comportement et n’avait pas de casier judiciaire. Selon les conclusions du médecin légiste, le jeune avait des dizaines et des dizaines de coups de couteau. Demain à Dijon, une autopsie devra être pratiquée. Le jeune homme a montré au médecin des plaies et des égratignures qu’il avait sur les mains.

Au collège de Lugny, il y a eu beaucoup d’émotion

Le collège de Lugny où la jeune fille a fait ses études est en pleine émotion en ce moment. Pierre N’Gahane, le recteur de l’académie de Dijon, a publié un communiqué dans lequel il exprime son « profond regret et sa grande émotion » à l’annonce de cette catastrophe. A l’institution du nom de Victor Hugo à Lugny, il s’y est rendu jeudi matin pour “apporter son soutien”. Selon le communiqué, le collège a immédiatement mis en place une cellule d’écoute pour les élèves et les équipes pédagogiques de l’établissement, et elle « le restera aussi longtemps que nécessaire ».

Lors d’une conférence de presse tenue en fin d’après-midi, le procureur de la République de Mâcon, Éric Jallet, a déclaré que “ses déclarations prouvent qu’il a commis des crimes d’homicide volontaire”. “Il avoue avoir, comme à son habitude depuis quelques jours, convenu d’un rendez-vous avec la jeune fille, qu’il s’était muni d’un couteau, l’avait placé dans sa manche, et après avoir discuté quelques instants avec elle, il l’avait poignardé trois fois dans le cou”, a-t-elle dit. “Il avoue avoir, comme d’habitude depuis quelques jours, convenu d’un rendez-vous avec la jeune fille, qu’il s’était muni d’un couteau, l’a placé dans son s

Une enquête est actuellement en cours.

Après avoir déclaré que le jeune suspect avait été “arrêté à l’école ce matin”, le responsable a poursuivi en disant qu’une enquête avait été ouverte pour “meurtre avec préméditation”. “Ses collègues ont dit qu’il avait eu des déclarations effrayantes dans le passé, évoquant l’idée qu’il voulait tuer quelqu’un, et en particulier sa petite amie”, ont entendu les enquêteurs. […] Ils ne l’avaient pas pris au sérieux malgré le fait qu’ils s’inquiétaient pour ce jeune. »

Vers 6 h 40 du matin, le corps de la jeune fille a été retrouvé. Depuis mercredi soir, l’adolescent n’a pas été vu ni entendu. Selon Pierre N’Gahane, le recteur de l’académie de Dijon, la petite fille avait terminé toute sa scolarité élémentaire et était actuellement inscrite en quatrième année au collège de Lugny, qui se situe dans la commune de Lugny, qui est près de sa ville natale de Clessé.

Suite à la découverte du décès d’une jeune fille de 13 ans dans un village du département de Saône-et-Loire, le petit ami de la victime, qui n’avait que 14 ans, a été incarcéré. Le drame se serait produit dans le cadre d’une rupture entre les deux parties.

Jeune fille retrouvée morte
Jeune fille retrouvée morte

Selon la gendarmerie de Clessé (Saône-et-Loire), le corps de l’individu décédé a été découvert sur une voie publique à côté de son ancienne école primaire vers 6h40 du matin. Au moment de la découverte de la victime, il y avait un couteau positionné au niveau du cou, en plus des différents signes de violence qui étaient présents sur le corps.

Le petit ami, qui n’a que 14 ans, est détenu en prison

Selon la même source, peu de temps après la découverte du décès, son petit ami, qui n’avait que 14 ans à l’époque, a été emmené en prison. La source n’a fourni aucune autre information concernant le suspect ou les circonstances probables de la tragédie.

Selon une personne au courant de la situation, l’adolescent n’avait pas été revu depuis la soirée de mercredi (mercredi).

Selon Pierre N’Gahane, le recteur de l’académie de Dijon, la jeune fille était inscrite en quatrième année au collège de Lugny, qui se situe dans la commune de Lugny, proche de sa ville natale de Clessé et où elle avait terminé toutes ses études de base. Dans une interview à BFMTV, il a déclaré que “ce qui s’est passé est complètement insondable”, et il a ajouté qu'”aucune allégation de harcèlement” n’avait été enregistrée dans l’école de l’adolescent.

“C’était une jeune fille sans problème qui travaillait dur”, a-t-il poursuivi après cela. Lorsque le recteur a été interrogé sur le fait que shous venions de vivre une rupture difficile, elle a répondu en disant que c’était “possible”, mais elle n’a pas voulu commenter davantage.

Dans un communiqué, M. N’Gahane a fait part de sa “profonde tristesse” et de sa “puissante émotion” face au décès prématuré de la victime, exprimant ses sincères condoléances à la famille et aux proches de la victime. Il s’est dit “dévasté” par la nouvelle.

Le recteur du collège Victor Hugo de Lugny et le secrétaire général des services de l’éducation nationale de Saône-et-Loire, Mayalen Laxague, ont visité l’établissement dans la matinée.

Selon l’annonce faite par le rectorat, le personnel et les élèves de l’établissement ont désormais accès à un groupe de soutien psychologique.

Conférence avec la presse en fin de journée
L’école primaire que l’adolescent avait fréquentée jeudi était cependant fermée car c’était un jour férié. Clessé est une commune viticole d’environ 800 habitants située à une quinzaine de kilomètres au nord de Macon. Un journaliste de l’AFP a remarqué que devant l’école, un bouquet de roses blanches et roses avait été attaché à la hâte à une balustrade qui servait de délimitation au trottoir.

Sur la route qui menait à l’école, les enquêteurs avaient dessiné quatre cercles jaunes au sol, et pas trop loin, il y avait encore une tache de sang qu’on pouvait voir.

En début de matinée, la branche de recherche de la Gendarmerie de Dijon a mis en place un important équipement à l’endroit en question.

Éric Jallet, procureur de la République à Mâcon, tiendra ce soir à 18 heures une conférence de presse à Mâcon. Jallet y est arrivé le matin pour enquêter sur la situation.

Une division mentale qui s’est établie

Suite au décès prématuré du proche, Pierre N’Gahane a exprimé sa “profonde tristesse” et sa “forte émotion” dans un communiqué. Il a également offert ses plus sincères condoléances à la famille de la victime et à d’autres personnes proches de lui. Le collège Victor-Hugo de Lugny a été visité dans la matinée par le recteur et le secrétaire général de l’éducation nationale de Saône-et-Loire, Mayalen Laxague. Selon l’annonce faite par le rectorat, le personnel et les élèves de l’établissement ont désormais accès à un groupe de soutien psychologique.

Jeune fille retrouvée morte
Jeune fille retrouvée morte

En tout début de matinée, la branche de recherche de la gendarmerie de Dijon avait placé un appareil indispensable sur les lieux en question.