Skip to content

Le charme discret de la bourgeoisie analyse

Le charme discret de la bourgeoisie analyse; C’est un film surréaliste réalisé par Luis Buuel, basé sur un scénario créé avec Jean-Claude Carrière. Le charme discret de la bourgeoisie ( français : Le Charme discret de la bourgeoisie ) a été créé au Festival du film de Venise en 1972. L’histoire tourne autour d’un groupe d’individus aisés qui essaient de manger ensemble malgré des interruptions régulières. Fernando Rey, Stéphane Audran, Jean-Pierre Cassel, Paul Frankeur, Delphine Seyrig, Bulle Ogier, Julien Bertheau et Milena Vukotic apparaissent dans le film en français réalisé par Jean-Pierre Cassel.

Le charme discret de la bourgeoisie analyse
Le charme discret de la bourgeoisie analyse

Il est divisé en de nombreux scénarios thématiquement liés, dont cinq réunions d’un groupe d’amis bourgeois et quatre rêves de divers individus. Les rassemblements sont au centre de la première moitié du film, tandis que les rêves sont au centre de la seconde moitié, bien que les deux types d’événements soient entrelacés tout au long du film.

Certaines séquences incluent des individus autres

Que les protagonistes principaux, comme deux moments mettant en scène une terroriste latino-américaine de la République fictive de Miranda. L’univers du film est illogique : les personnages acceptent les événements bizarres qui se produisent, même s’ils sont impossibles ou contraires à leurs croyances.

Un certain nombre de farces sont jouées à ses personnages, comme les conduire à de bons repas auxquels ils s’attendent, puis les aggraver constamment de manière imaginative. Même lorsqu’ils se tortillent et expriment délicatement leur mécontentement, ils n’abandonnent jamais ; ils demandent et recherchent constamment tout ce qu’ils veulent, comme si c’était leur droit inhérent d’être servis et choyés par les autres. C’est lui qui expose leur attitude de droit, ainsi que l’hypocrisie et la corruption.

Il est vain, voire impossible, de résumer Le Charme discret de la bourgeoisie, trente-neuvième et antépénultième film réalisé par Luis Buuel, et cinquième tableau de sa période française, qui, pour le dire autrement, rassemble une belle collection des maîtres du cinéma. Qu’est-ce que je suis censé dire ? Quelles sont les chances que six personnages issus des hautes sphères de la société, deux couples et deux célibataires, trois hommes (Fernando Rey, Jean-Pierre Cassel, Paul Frankeur) et trois femmes (Stéphane Audran, Delphine Seyrig, Bulle Ogier), ne soient pas pouvoir terminer un mauvais dîner ? Non. Plutôt que de raconter les événements du film, nous tenterons de décrire en quoi il leur ressemble.

Monseigneur Dufour (Julien Bertheau), Florence Thévenot (Bulle Ogier), Henri Sénéchal (Jean-Pierre Cassel), Simone Thévenot (Delphine Seyrig), Rafael Acosta (Fernando Rey), Alice Sénéchal (Stéphane Audran) et François Thévenot sont les acteurs dans l’ordre suivant : dans le sens des aiguilles d’une montre à partir du haut à gauche : Monseigneur Dufour, Florence Thé (Paul Frankeur).

En tant que portrait de ce qu’il trouve si agréable dans les manières de la classe supérieure, Buuel les choisit pour représenter les choses qu’il trouve si agréables dans les manières de la classe supérieure : les doubles standards, la cécité, la discrimination sociale, un manque secret de connaissances géographiques et un désir insatiable de se plaindre des moindres choses. Chaque fois qu’ils tentent de se rassembler et de souper, ils sont arrêtés, ce qui interrompt et entrave leurs efforts.

Le charme discret de la bourgeoisie analyse
Le charme discret de la bourgeoisie analyse

Ils annulent le dîner d’une manière ou d’une autre parce qu’ils commencent à parler avant qu’il ne commence, ce qui nous empêche, nous et eux, de parler de sujets aussi inutiles que le repas lui-même, leur aversion pour les habitudes des « pauvres » et leurs perceptions erronées les uns des autres, qui sont toujours le problème. même. Mis à part les dialogues actuels, les seules discussions appropriées sont racontées sous la forme de rêves de personnages secondaires, qui entrent gravement en conflit avec ceux qui se disent maintenant et font place à de nouveaux au milieu du film, ajoutant de la complexité à l’intrigue.

Il semble qu’il y ait une contradiction entre ce qu’ils croient et ce qu’ils font chaque fois que nous les rencontrons à d’autres occasions. L’un d’eux utilise son chauffeur comme exemple de la façon dont des individus sans éducation décente consomment de l’alcool, tandis qu’une des femmes consomme de l’alcool jusqu’à l’embarras dans un lieu public. Ils refusent un invité pauvre et modeste, mais rencontrent ensuite le même type déguisé en évêque et l’accueillent chaleureusement dans leur maison en tant qu’ami inattendu de la famille.

Alors que leurs repas continuent de mal tourner

cela et une foule d’incidents supplémentaires s’accumulent. C’est l’élégance discrète de la bourgeoisie. Ce film, à mon sens, réussit bien plus à surprendre le public qu’Un Chien Andalou. Quel film bizarre c’était. Quel film bizarrement divertissant d’un film académique.

Dans ce Charme discret, on peut retrouver les deux thèmes familiers aux buueliens qui sont indissociables : le blocage et la répétition ; ainsi que le goût du disque rayé, qui existe au moins depuis le film L’Ange exterminateur. La vidéo se présente comme une série de tentatives, certaines réussies, d’autres infructueuses, toutes dirigées vers un simple repas, qui sert de point de convergence entre le besoin animal le plus primaire (manger) et le sommet du rituel social (réception).

Car il faut qu’une perturbation, plus ou moins incongrue (deuil, compulsion sexuelle, opérations militaires, rupture de stock) empêche le repas et le repoussé, d’où un cycle incessant de frustration et d’agacement qui croît en intensité au fur et à mesure que la période de temps entre les deux événements s’allonge.

Buuel ne procède pas autrement. Cela commence par une scène presque palpable dans la réalité (l’arrivée d’un couple chez des amis pour la soirée : ils se déshabillent, boivent un verre de vin et échangent des banalités), et les emmène jusqu’aux confins de le possible, aux confins d’un domaine régi par le fantastique (rêves, mort et spectres). Un revers de fortune est moins une glissade progressive qu’un virage abrupt.

Buuel, magnifique malandrin, a une façon indéniable de fixer son regard sur son public lorsqu’il s’arrête sur la route. Il a toujours une “poche” dans sa scène où il peut laisser tomber un fauve errant si la situation l’exige. Tout ce qu’il fait ensuite, c’est conduire sa troupe, d’un air de néant, à un endroit proche de l’endroit où l’entrave jaillira et ils tomberont au sol comme une tuile sur la tête. Et puis on passe à la scène suivante.

Le charme discret de la bourgeoisie analyse
Le charme discret de la bourgeoisie analyse

Ceci est accompli par l’utilisation d’une fausse imitation “d’air de rien”, qui permet à Buuel de faire une scénographie et une exécution très précises et exigeantes sous de faux prétextes. Quand il semble se contenter d’accompagner ses personnages dans leurs périples, il en fait bien plus. Un subtil jeu de focalisations lui permet de décrire les rituels sociaux du monde extérieur (une meute, un troupeau encerclé par son environnement) ainsi que les rituels sociaux du monde intérieur (détails des échanges entre ses membres).

Il instaure également une continuité entre ses personnages, ce qui permet de compenser le caractère épisodique de la structure de l’histoire, ou son côté “film à sketches”. Le charme discret ressemble, à ce titre, à un long tunnel sinueux, qui représente une nuit de cauchemar unique en son genre. En conséquence, il répond à sa première photo, qui est une longue vue de derrière le pare-chocs arrière d’une voiture voyageant dans un cadre rural, où la lumière des phares éclaire à peine l’obscurité environnante.

Pendant les scènes de rêve, il plonge dans leurs grandes angoisses, qui incluent non seulement l’humiliation publique mais aussi la possibilité d’être appréhendé par la police et d’être fauché par des armes. Plus tard, il est révélé qu’au moins la séquence de rêve d’un personnage a été imbriquée ou intégrée dans la séquence de rêve d’un autre personnage. Selon ce qui semble être le déroulement des rêves dans les rêves, Buuel fait également des farces à son public alors qu’il tente de donner un sens à l’intrigue.