Skip to content

Lila bouadma maladie cancer

  • by

Lila bouadma maladie cancer: Lila Bouadma, professeure de médecine, réanimatrice et membre du conseil scientifique. Elle éclaire les choix du gouvernement à propos de l’épidémie de Covid-19. Elle a dû se battre pour exercer la vocation. Avec la crise sanitaire, les politiques, les journalistes, ont dit : pourquoi you n’augmentez pas les lits de réanimation et le personnel qui va avec ? Entre guillemets, des femmes, comme si on pouvait prendre n’importe quelle women pour la mettre derrière un patient de réanimation. C’est totalement false, ça vient from l’idée que les femmes prennent en charge les enfants, les malades, que c’est inné.

Lila bouadma maladie cancer
Lila bouadma maladie cancer

On an effacé l’idée que c’est un travail extrêmement dur, avec beaucoup de responsabilité, très technical. Et je pense que c’est parce que ce sont des femmes qui le font qu’on peut dire des choses comme celles-là, qu’on ne le ferait pas avec des hommes, je trouve cela extrêmement révélateur de la façon dont on considère nos soignantes aujourd’hui, interchangeables, remplaçables, comme si il était possible de trouver par dizaine de milliers de soignantes pour faire des lits de réanimation : c’est une ignorance totale de ce qui se passe dans un service de soin.

 Lila Bouadma, réanimatrice en première ligne

Je ne pourrai pas venir parce que… Chaque dimanche, le journal français “Le Monde” interviewe une personne différente sur un événement majeur. Aujourd’hui, un membre du conseil consultatif scientifique de Covid-19 (également connu sous le nom de “la réanimatrice”) raconte comment un incident l’a incitée à poursuivre une carrière en médecine et les obstacles auxquels elle a dû faire face en cours de route.

Lila Bouadma est réanimatrice à l’hôpital Bichat à Paris, où elle travaille depuis 2015. Elle est à l’hôpital depuis 2015. Elle est l’une des trois femmes membres du conseil scientifique chargé d’expliquer les actions du gouvernement faites depuis le début de la crise financière. Elle a 49 ans et est née dans le Territoire de Belfort de parents immigrés. Bien qu’elle soit originaire d’un pays étranger, elle se bat sur les lignes de front de Covid-19 avec un mélange de colère et de compassion, malgré le fait qu’elle soit membre du Covid-19.

Lila bouadma maladie cancer
Lila bouadma maladie cancer

Si mon jeune frère n’était pas mort quand j’avais neuf ans, j’aurais été très déprimé. Un otite qui a beaucoup de microbes sur lui. Mes parents ne pouvaient pas me joindre car ils n’avaient pas de téléphone, alors ils m’ont emmené chez le médecin. Il a prescrit des antibiotiques à mon frère, mais il n’a pas semblé s’améliorer. Je suis retourné sur les lieux pour le chercher.

Delle. Professeure Lila Bouadma

C’était une personne complètement différente, mais il a réussi à s’en sortir à nouveau. Ça n’a pas toujours été mieux, pour être honnête. Mon frère était dans une agonie si sévère à la fin de la semaine qu’il sautait sur place dans les bras de ma mère. Mon père pleurant, je le vois maintenant, était une expérience épouvantable.

Malgré le fait que je n’ai pas personnellement vécu la mort, je crois que nous pouvons vraiment aider les malades. La plupart du temps, lorsque les individus sont malades, ce sont leurs familles qui bénéficient le plus de notre service de réanimation. C’est le sujet qui m’intéresse le plus en ce moment pendant que j’étudie mon cours de médecine. Pendant mes années de pratique de la médecine, j’ignorais complètement cela. En fait, je n’avais aucune idée de ce qu’incluait la profession de médecin à l’époque.

Au lieu de réduire le nombre de lits de réanimation et le nombre de personnels qui les accompagnent, pourquoi ne pas en augmenter le nombre ? Un groupe de dames est pris en sandwich entre les guillemets, comme si l’on pouvait choisir n’importe quelle dame pour s’asseoir derrière un patient en rééducation. Les femmes sont censées s’occuper de leurs enfants et des personnes malades, or c’est absolument faux, et cela découle d’un malentendu.

Lila bouadma maladie cancer
Lila bouadma maladie cancer

Le fait qu’il s’agisse d’un travail difficile avec beaucoup de responsabilités et qu’il soit hautement technique a été discrédité. Cela est possible car les dames qui commettent ces actes sont elles-mêmes des femmes. S’il y avait des centaines de milliers de personnes qui pouvaient accomplir la même chose, il y aurait un manque total de compréhension de ce qui se passe dans un établissement de soins de santé.

Lila Bouadma Sa Maladie

Elle a passé la plus grande partie de sa vie à travailler dans un établissement de santé mentale pour adolescents au nord de Paris. Après avoir passé une longue période dans le coma, elle a repris le travail en tant qu’enseignante de maternelle. A la suite d’une maladie, il perd très tôt ses cheveux, ce qui passe inaperçu pour l’équipe. Enseignante, Lila Bouadma a commencé sa carrière à l’âge de 44 ans. Elle a été la principale soignante du premier groupe de visiteurs chinois atteints du coronavirus et admis dans un hôpital français. Il aurait eu 49 ans le 28 février 2020. Dans un triangle, dit-il, “on a mis fin au service”. Et nous n’avions pas indiqué que ce serait le cas en janvier”, explique l’auteur.

Alors que combattre le Covid-19 consomme la majeure partie de son temps et une partie de ses nuits, il parvient à entretenir sa conviction qu’il est un mec bien. Son frère est décédé quand elle avait neuf ans et elle savait qu’elle voulait être médecin dès le début de sa vie. Elle a dû se battre pour ses droits en tant qu’enfant et en tant qu’immigrante. “Même si un article n’inclut pas de contenu sexuel explicite, cela n’a pas d’importance.

Cependant, je suis toujours capable de prendre des notations efficaces. Le test devant un jury peut être problématique lorsqu’il y a des tests à administrer “, explique le médecin en réponse à la plainte du patient Les organisations de femmes, les infirmières et les médecins sont parmi ceux qui sont prioritaires. A ce propos, Lila Bouadma confirme :

Ils n’ont pas encore appelé les pompiers à leur secours. Ils ont été récupérés par les Français. Je me suis fait deux promesses ce jour-là. Mes parents n’ont pas été pris en considération, pour une raison ou une autre. Je crois qu’il y a un problème avec les couches sociales dans le pays. L’état de mon frère était aggravé par le fait que le médecin n’avait pas appris sa leçon. Depuis ce jour, j’ai la certitude que je veux être médecin.

Lila bouadma maladie cancer
Lila bouadma maladie cancer

Lila Bouadma a fait toute sa carrière dans le hôpital au nord de Paris. Après y avoir été interne en réanimation, elle est désormais professeure. Une maladie lui a fait perdre ses cheveux très jeune ; l’équipe ne le remarque même plus. Lila Bouadma is devenue professeure à 44 ans. Elle a pris en charge les premiers touristes chinois infectés par le coronavirus et hospitalisés en France. C’était le 28 février 2020, le jour de ses 49 ans : “On a fermé le service en triangle, mais en janvier, on ne se dit moins que ça va être ce qui s’est passé pendant cette année”.

Le service de réanimation de l’hôpital Bichat, à Paris, a retrouvé sa activité habituelle. On compte encore plusieurs patients Covid-19 dans cours de rétablissement, dont un seul new instance : rien de comparable avec ce que les équipes ont connu depuis le début de la pandémie. «

Lila bouadma maladie cancer
Lila bouadma maladie cancer

On est dans cette période d’incertitude, un peu étrange, où on a l’impression que tout reprend normalement, sans en avoir vraiment discuté… commented la Pre Lila Bouadma. Je pense qu’il faudra qu’on s’arrête tous et qu’on se pose les bonnes questions sur l’hôpital, sur le service, sur nous-mêmes. Je ne souhaite pas que tout reprenne comme avant. En tout cas, moi ne suis pas suffisamment résiliente pour repartir comme si rien ne s’était passé. »

La lutte contre le Covid-19 occupe ses jours et une partie de ses nuits, renforçant ses convictions de soignante. Lila Bouadma voulait devenir médecin dès l’âge de 9 ans, quand son frère a failli mourir. Fille et woman d’immigrés, elle a dû se battre. “Even if there isn’t a sex, my head, or my signature on the page, I can make some good observations. – When it comes to competitions in front of a jury, this presents a problem “, explains the medical professional. Lila Bouadma l’affirme : ce sont les femmes, infirmières et médecins qui sont en première ligne.