Skip to content

Mathilde Panot Assemblée Nationale

Mathilde Panot Assemblée Nationale; Ce dimanche 17 juillet prochain marquera le 80e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv, qui était un vélodrome parisien dans lequel 8 000 Juifs ont été enfermés avant d’être déportés vers des camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. L’occasion pour Mathilde Panot de se fendre ce samedi 16 juillet prochain, après avoir diffusé un tweet qui a fait sauter de joie un grand nombre d’élus et d’anciens élus, dont plusieurs ministres.

Mathilde Panot Assemblée Nationale
Mathilde Panot Assemblée Nationale

« Les collaborateurs du régime de Vichy étaient chargés d’organiser la rafle du Vel’ d’Hiv’ il y a quatre-vingts ans. » N’oublions pas ces crimes, aujourd’hui plus que jamais, avec un président de la République qui honore Pétain et 89 députés RN !” a écrit le président du groupe LFI à l’Assemblée nationale. “N’oubliez pas ces crimes, aujourd’hui plus que jamais, avec un président de la République qui honore Pétain et 89 députés RN.”

Ces propos ont immédiatement électrisé

Les membres du gouvernement, comme le ministre des Transports Clément Beaune, qui a aussitôt demandé aux insoumis de « [retirer] ce message et [présenter] ses excuses à la France, au plus vite ».

“Ceux qui sont décédés suivent ce que vous dites. Pensez-vous qu’ils prêtent attention à ce que vous dites ? Je ne demande que le silence que méritent les personnes décédées.” “Tais-toi”, a été un tweet envoyé par le président de l’Assemblée nationale à la Renaissance, Yal Braun-Pivet, citant les propos de Robert Badinter lors des commémorations qui ont eu lieu en 1992.

Olivier Dussopt, le ministre du Travail, lui a répondu en disant “Aucune limite à l’indécence”, tandis qu’Isabelle Rome, la ministre chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a déclaré que cela lui faisait “la nausée”.

“Nous croyons bêtement que la mémoire de l’Holocauste peut marquer le début de la fin de l’indignité.” Aurore Bergé, la présidente de la République en mars, a déclaré que la France Insoumise ne représente pas ses vues. Ils marchent aux côtés de ceux qui se moquent de l’étoile jaune, qui ont le soutien de Corbyn et qui insultent la mémoire de ceux qui ont survécu. Ils souillent et entachent la mémoire de leur présence.

Lors du Rassemblement national, le vice-président de l’Assemblée, Sébastien Chenu, a déclaré sur BFMTV que les “provocations” de Mathilde Panot “n’ont qu’un objet, c’est de viser à cacher l’antisémitisme qui se cache dans l’ombre de La France insoumise.”

“On est là vraiment dans la volonté de créer une polémique”, a regretté pour sa part le vice-président du Crif Gérard Unger, tout en soulignant sur BFMTV que “le président de la République ainsi que tous ses prédécesseurs depuis Jacques Chirac (. ..) ont toujours manifesté leur réelle volonté de lutter contre l’antisémitisme en France.”

Le jour des commémorations de la rafle du Vél d’Hiv, un tweet lancé par la chef de file des députés LFI, Mathilde Panot, suscite une salve de réactions indignées de la part du plus grand nombre. Certaines des réactions incluent les mots « honte », « abject » et « nausée ».

“La rafle du camp de concentration du Vél d’Hiv a été organisée par des collaborateurs du régime de Vichy il y a 80 ans. “N’oublions pas ces crimes, aujourd’hui plus que jamais, avec un Président de la République qui honore Pétain et 89 députés RN, », a tweeté Mathilde Panot samedi. « N’oubliez pas ces crimes, aujourd’hui plus que jamais, avec un président de la République qui honore Pétain et 89 députés RN Emmanuel Macron, en l’an 2018, a qualifié Pétain de « grand soldat » lors de la Première Guerre mondiale, malgré le fait qu’il a “mené des choix désastreux” après la guerre.

Mathilde Panot Assemblée Nationale
Mathilde Panot Assemblée Nationale

Afin de marquer les 80 ans du Rafle du Vél d’Hiv, le chef de l’Etat commémorera l’événement à Pithiviers (Loiret) dimanche après-midi en inaugurant un nouveau lieu de mémoire dans l’ancienne gare de la ville aux côtés des rescapés de la un événement. Cérémonie à laquelle étaient également conviés des élus du Rassemblement national, conformément aux usages du Parti républicain, a détaillé l’Elysée, bien qu’il n’ait pas été précisé s’ils seraient présents ou non.

Il y a eu de nombreuses demandes de suppression

Clément Beaune, le ministre délégué aux Transports, a exigé que Mathilde Panot retire son tweet et “présente rapidement ses excuses à la France”. Panot n’a pas accédé à la demande de Beaune. “Je suis plus que gêné. Sur le même réseau social, il a partagé sa réaction, qui disait : “On n’ose pas y croire”. “réussi à décrocher la palme de l’abject, de l’indigne.” Thévenot commentait la réponse de LFI à l’appel au retrait du tweet.

“Après avoir voté plusieurs amendements avec le RN, pour instrumentaliser la Shoah sans écrire le mot “juif”, la LFI n’est plus une contorsion des principes idéologiques”. Sur Twitter, une ancienne ministre du nom d’Emmanuelle Wargon a écrit qu’elle est “indigne de la mémoire des victimes” que c’est une fille d’enfants qui vous raconte cela.

Selon Julien Bargeton, le sénateur RDPI qui représente la majorité du parti En Marche, “ce n’est pas un dérapage”. C’est la conséquence de l’attitude méthodique qui consiste à faire de n’importe quel sujet un sujet de conflit, sans respect ni pour la République ni pour sa mémoire.

La poursuite de la règle de la majorité complète et totale, mais pas à n’importe quel prix. Elisabeth Borne a déclaré qu’elle n’avait pas l’intention d’en discuter ni avec le Rassemblement national ni avec La France insoumise car elle veut “donner un sens au mot compromis”. Tout en prônant « l’esprit de dialogue » et « d’ouverture » du gouvernement face aux « propositions de chacun », la Première ministre a veillé à ne pas citer les mélenchonistes ou les nationalistes lors de sa déclaration de politique générale qu’elle a prononcée devant l’Assemblée nationale le Mercredi.

Qu’ils soient partenaires de la majorité ou non, plusieurs présidents de groupe ont été directement cités lors de son allocution. Ces citations faisaient allusion aux échanges qui ont eu lieu entre l’Élysée, Matignon et les oppositions ces dernières semaines. L’écologiste Julien Bayou, la macroniste Aurore Bergé, le communiste André Chassaigne… Hormis Marine Le Pen et Mathilde Panot, tous les représentants des forces parlementaires ont été cités. Marine Le Pen est la présidente du groupe RN, et Mathilde Panot est son homologue au sein de LFI.

“ne pas s’enregistrer comme partis de gouvernement”, selon la position de Macron sur RN et LFI.
Une surveillance qui s’exerce sur la base du volontariat, ce qui est conforme aux déclarations qu’Emmanuel Macron a faites dans son entretien à l’AFP le 25 juin. Le président de la République a alors assuré qu’il souhaitait tendre la main aux représentants d’une diversité espace politique, allant « des communistes aux républicains » selon sa description. Selon le chef de l’Etat, « Les Français ont accordé une légitimité aux députés RN et LFI et ces partis ont une formation politique. Je ne cherche pas à amalgamer les deux extrêmes, mais en fonction de ce qu’ils disent et de la manière dont ils se positionnent ». ..), ces formations ne sont pas qualifiées de partis politiques.

Plus loin encore, mardi, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin est allé encore plus loin en qualifiant les députés RN et LFI d'”ennemis” avec lesquels le gouvernement n’a “pas à discuter, à négocier”.

Mathilde Panot Assemblée Nationale
Mathilde Panot Assemblée Nationale

A l’opposé de partis politiques comme le Parti socialiste ou le Parti républicain, que le locataire de Beauvau qualifiait de “simples opposants”, Elisabeth Borne, en prononçant ce discours, a donc d’emblée marqué sa distance avec les Insoumis ou le RN.