Skip to content

Maurice mimoun fils de

Maurice mimoun fils de; A l’hôpital Saint-Louis de Paris et au Centre des brûlés, le professeur Maurice Mimoun est responsable des services de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique. Il est également écrivain, et après avoir publié des ouvrages comme L’impossible limite en 1996 — dans lesquels il évoquait son métier et, notamment, son éthique — ou Et la mort peut attendre en 2014, il sort aujourd’hui les éditions Fils d’Albin Michel. Il a publié ces ouvrages après les avoir déjà publiés en 1996. Un roman écrit par l’auteur en mémoire de son défunt père.

Maurice mimoun fils de
Maurice mimoun fils de

Il aurait aimé le “tuer” à la manière de Freud, qui croit qu’un homme naît quand l’ancêtre d’un homme est tué métaphoriquement. Il croyait que cela se traduirait par la naissance d’un homme. Il aurait savouré l’occasion, tout comme ses camarades de classe au lycée étaient frustrés par leurs propres pères, “de rager contre le mien, de le traiter d’idiot et de se sentir comme un adolescent incompris… Mais cela n’avait rien à voir avec le fait que je n’éprouvais pas la moindre rancœur ou colère envers lui. Je ne pouvais m’empêcher de me demander si j’étais anormal !

Maurice Mimoun, aujourd’hui âgé de 64 ans, ne peut s’empêcher de sourire à chaque fois qu’il se souvient du “merveilleux” père qu’il a eu en grandissant. Et s’excuse presque. Il n’a pas écrit pour dénoncer qui que ce soit à notre époque où de nombreux parents se retrouvent la cible d’écritures vicieuses ou cruelles de la part de leurs enfants. Mais pour aggraver encore (1). “J’ai un peu honte d’avoir eu l’opportunité de grandir avec un homme brillant, plein de mérite et de joie. Quand je pense aux enfants qui ont eu des pères et des mères pas respectables voire affreux, ça me culpabilise que j’ai eu cette opportunité. Le fait de le dire est aussi une façon de rendre hommage aux hommes qui ont été de bons pères.

Maurice Mimoun : Oui. Quand j’ai essayé d’écrire sur mon père, j’ai rencontré beaucoup de problèmes. Quand papa est décédé, il y a une dizaine d’années, l’idée d’écrire sur lui s’est naturellement imposée car j’aime écrire. C’est un enfer parce qu’on est obligé d’écrire même quand on ne veut pas mettre des mots sur la page en même temps. J’avais vu, notamment à propos de La limite impossible,

que lorsqu’on écrivait sur une période de sa vie qui nous obsédait un peu, on avait tendance à l’oublier un peu. C’était particulièrement vrai quand on écrivait sur The Impossible Limit. Nous l’avons rangé dans un tiroir, et comme il était écrit, nous savions qu’il serait toujours accessible. Cela nous a donné la tranquillité d’esprit. Et je ne voulais pas être tellement occupée que j’oublierais mon père ou que je le repousserais au fond de ma tête.

Maurice mimoun fils de
Maurice mimoun fils de

Tu t’adresses aussi à ta mère en lui disant : « Ne le prends pas pour une offense, n’imagine pas deux secondes que c’est parce que je t’aimais moins, ou que je t’aime moins, c’est juste que j’ai besoin d’écrire sur mon père “, et vous continuez en disant que vous aimez beaucoup votre mère.

Pour cette raison, le titre du livre est Fils

Il ne fait aucun doute que nous et lui sommes le fils de son père et de sa mère. Je lui explique que c’est très injuste car j’ai eu la chance d’avoir deux parents qui m’aiment infiniment. Cependant, l’amour de la mère est bien évident, et nous lui racontons une autre manière ; l’amour du père, en revanche, est plus compliqué, et donc nous n’avons plus besoin d’écrire sur lui.

En tout cas, pour moi, c’est tout. Je me demandais si c’était comme ça pour tout le monde, mais en tout cas, c’est comme ça pour moi. Mon grand-père travaillait, il tenait un marché et il est parti pendant de longues périodes au cours de sa vie ; par conséquent, ma famille et moi avons dû l’attendre, mais il est finalement revenu.

Le nom de votre grand-père était Charles, et il est venu d’Algérie dans notre pays. Son père était agriculteur. Votre grand-père travaillait la terre à Constantine en tant qu’agriculteur. C’est votre père, qui a débuté comme mécanicien, puis inventeur et triple lauréat du concours Lépine, qui vous a appris à utiliser divers outils. C’est lui qui vous a inspiré pour sauver des vies et réparer les cœurs brisés des gens. C’est lui qui vous a insufflé l’espoir et l’optimisme concernant le monde et ses habitants.

“Même si ton père ne lit pas, tu devrais être fier de lui. Le mien lit la nature. Il m’a instruit sur beaucoup d’autres choses, dont beaucoup ne sont pas couvertes à l’école. Il m’a inculqué la capacité d’observation, permettant de remarquer un arbre ou un animal en mouvement, ainsi que de savoir qu’il est possible de travailler de ses mains : il n’y a pas de travail irréfléchi, tout travail manuel demande de l’intelligence.

Les travaux du professeur Maurice Mimoun sont à retrouver sur franceinfo.

Il devrait y en avoir de côté pour ma mère. Je crois que ma mère est capable de protéger la vie des autres de l’autre côté du voile parce qu’elle avait une affection particulière pour ceux qui l’entouraient. Cependant, après sa mort, j’en suis venu à la conclusion qu’il était un individu remarquable qui, malgré sa grandeur, ne s’en est jamais vanté. Il était En tant que chef de famille, il exerçait son autorité sur ses enfants (j’ai deux sœurs), et surtout, il n’a pas eu une éducation cultivée au sens où nous l’interprétons aujourd’hui. C’est une autre façon de dire qu’il n’a pas lu.

Cela vous a servi de point de départ, n’est-ce pas ?

Quand mon grand-père est décédé, j’ai enfin compris que cette stratégie était vaine. Ce n’est pas anodin de faire médecine. Oui, j’ai toujours eu l’ambition de devenir chirurgien puisque j’ai commencé très jeune à travailler de mes mains dans l’atelier qui appartenait à mon père. Le travail là-bas était très important et j’en étais fasciné. De plus, la capacité à réussir une intervention chirurgicale ne dépend pas de la dextérité d’une personne avec ses mains. C’est un point essentiel, mais il ne suffit pas à lui seul.

Pour le dire plus précisément, qu’est-ce que cela implique de réparer des particuliers de façon régulière pour vous ?

Être médecin avant tout, c’est un accomplissement étonnant puisqu’il enlève le besoin de s’interroger sur le sens. Et là se trouve une formidable fenêtre d’opportunité. Lorsque nous donnons aux autres, non seulement nous réalisons des actes inestimables, magnifiques et incontestables, mais cela nous rassure aussi beaucoup. Suite à l’opération, j’aurai le privilège de recevoir le geste. Aussi incroyable que cela puisse paraître,

Maurice mimoun fils de
Maurice mimoun fils de

il est possible d’atteindre un haut niveau d’expression artistique en chirurgie plastique si vous êtes capable de maîtriser votre domaine. Il faut savoir que les élèves peuvent recevoir des gestes non seulement de leurs professeurs mais aussi de leurs parents. Cela revient au même. Par conséquent, cela me donne beaucoup de joie de travailler ici. Même l’élimination des taupes ne vieillit jamais pour moi. Il n’est pas nécessaire que je fasse une tâche difficile.