Skip to content

Monica Vitti enfants

Monica Vitti enfants; Le 2 février 2022, à l’âge de 90 ans, l’actrice italienne Monica Vitti est décédée chez elle à Rome. Elle a également collaboré avec son compatriote Michelangelo Antonioni sur quatre films, dont “L’Avventura”, “La Nuit”, “L’Eclipse” et “Le Désert Rouge”. En 1992, à l’époque de la sortie en France de “Scandale secret”, un film qu’elle avait elle-même réalisé, elle nous parle de son enfance difficile, de sa vie professionnelle et, bien sûr, de la mort d’Antonioni.

Adieu à Monica Vitti, adieu à la reine régnante de l’industrie cinématographique italienne. Un artiste important, ainsi qu’un italien de premier plan, est décédé aujourd’hui. “Aujourd’hui est un jour vraiment triste”, déclare l’auteur. C’est par ces mots que le ministre italien de la Culture, Dario Franceschini, a annoncé mercredi le décès de l’actrice Monica Vitti, qui avait 90 ans au moment de son décès.

C’est un emblème de l’âge d’or du cinéma italien qui n’est plus parmi nous. Tout au long de sa carrière, l’actrice a reçu plusieurs récompenses, dont cinq David di Donatello (les Césars italiens), un Lion d’or à Venise pour l’ensemble de sa carrière, et un Ours d’argent à Berlin. Elle est également apparue dans plusieurs longs métrages.

Monica Vitti enfants
Monica Vitti enfants

Elle a illuminé l’œuvre iconique de son compatriote Michelangelo Antonioni de manière magistrale, avec un regard doux et mélancolique, une voix perçante et une tignasse incontrôlable. C’est une véritable artiste. “L’Avventura” (1960), “La Nuit” (1961), “L’Eclipse” (1962) et “Le Désert Rouge” (1964), quatre films qui ont élevé le réalisateur Michelangelo Antonioni au sommet du cinéma mondial hiérarchie, tout en apportant à Monica Vitti, alors âgée de trente ans, une renommée internationale, ont tous été dépeints par Monica Vitti dans sa présence éthérée et énigmatique.

“J’ai eu l’opportunité de commencer ma carrière avec un homme de grand génie”, mais qui était aussi “spirituel, plein de vie et plein d’enthousiasme”, comme l’a reconnu l’actrice dans une interview à la télévision italienne en 1982.

Monica Vitti young

Au Revoir Les Enfants, le chef-d’œuvre semi-autobiographique de Louis Malle de 1987, est réédité en salles cette semaine, coïncidant avec les commémorations de la Journée commémorative de l’Holocauste. C’est toujours un travail à couper le souffle. Le jeu et la mise en scène ont une aisance et un naturel miraculeux, non forcés; c’est la narration cinématographique classique au service de thèmes importants, tels que l’adieu que nous devons dire à notre enfance et à notre innocence – un adieu que nous répétons tout au long de notre vie dans l’acte de nous souvenir.

Lorsque Julien (Gaspard Manesse) a douze ans, ses parents riches et courtois l’envoient dans un internat catholique à la campagne, situé dans la France occupée par les nazis à l’époque du film. Pendant son séjour à l’école, il rencontre la connaissance de Jean Bonnet ( Raphael Fejtö ), un nouvel élève calme et brillant dont le directeur semble assez préoccupé. Lorsqu’un secret important est révélé, la relation de Jean avec les gars peut ne pas suffire à assurer sa sécurité. Malle montre comment les Français sont déchirés par leur position collaborationniste dans sa pièce. Les troupes allemandes semblent sympathiques : beaucoup sont des catholiques du sud de l’Allemagne qui viennent voir les prêtres des écoles et cherchent discrètement à se confesser, selon les soldats.

Monica Vitti enfants
Monica Vitti enfants

Les officiers allemands qui déjeunent au même endroit que la milice civile locale grossière intercèdent galamment et ivre en faveur d’un vieil homme juif qui est expulsé d’un restaurant par la milice civile locale grossière. On retrouve également chez les Français un réel dégoût pour le fascisme et l’antisémitisme, mais ce dégoût se double dangereusement de sentiments d’humiliation, de différence sociale et d’une sombre prédisposition à la dénonciation et à la vengeance. Comme évocation de l’enfance, c’est excellent, à égalité avec Zéro de conduite de Jean Vigo et Les 400 coups de François Truffaut – sinon mieux – que ces deux films. Chaque phrase, chaque scène et chaque plan est habilement construit par l’auteur.

C’est vrai que j’ai mis beaucoup d’efforts dans la caméra, mais j’ai toujours eu l’impression qu’elle était plus forte que moi. Lorsqu’elle se tait, lorsque vous commencez à l’oublier, son œil enregistre et efface les souvenirs les plus intimes que vous ayez jamais eus. J’en ai peur depuis mon tout premier film, L’Avventura, et ça ne s’est pas calmé depuis. Antonioni, qui a été obligé par mon fournisseur de se présenter devant la caméra, a esquissé un sourire. Après tout, il y avait tant d’autres acteurs qui ne quitteraient le plateau pour rien au monde ! Cependant, j’ai un visage qui permet à mes peurs, mes joies et mes peines de se manifester beaucoup trop facilement ; du coup, je n’aime pas être dechiffrée en si peu de temps. J’ai toujours voulu être mystérieuse et énigmatique, et maintenant j’ai enfin ma chance !

Monica Vitti Alain Delon

J’ai été agréablement surpris quand un directeur de la photographie, pour la première fois, a vu quelque chose d’intrigant dans mon corps et m’a permis de le démontrer, en le lui imposant essentiellement. La curiosité a piqué mon intérêt lorsque j’ai découvert moi même. Il y a eu tellement de gens qui m’ont dit que j’étais laide dans le passé ! Dans les années qui ont précédé L’Avventura, des réalisateurs comme Monicelli, Fellini et Pasolini ne m’ont engagé pour doubler leurs films que lorsqu’ils avaient besoin d’une voix rauque et solennelle qui transmettait la « vérité ».

Même cette voix, que j’ai du mal à accepter, est une source de frustration. Juste après mon admission au Conservatoire national d’art dramatique, mes professeurs, inquiets de mon timbre inhabituel, ont insisté pour que je consulte un spécialiste : lui seul pouvait me dire si ma voix pouvait passer l’audition pour le théâtre, si elle n’étoufferait pas trop vite, et si je pourrais bénéficier d’études plus poussées en comédie…

Monica Vitti est une actrice italienne qui a joué dans de nombreux films. Elle reçoit le nom de “Maria Luisa Ceciarelli” lorsqu’elle naît le 3 novembre 1931 à Rome. C’est à l’âge adulte qu’elle entre au Conservatoire d’Art Dramatique de Rome où elle s’impose rapidement avec des rôles au théâtre et à la télévision. Viennent ensuite les films dont les plus connus sont “L’Avventura”, “La Nuit” et “L’Eclipse”, tous réalisés par Michelangelo Antonioni, ainsi que “Drame de la jalousie”, réalisé d’Ettore Scola, et “La fille au pistolet”, réalisé par Mario Monicelli, entre autres.

Monica Vitti enfants
Monica Vitti enfants

Elle collabore également avec des réalisateurs français tels que Roger Vadim et René Clair, ainsi qu’avec le réalisateur espagnol Luis Buuel, qu’elle a rencontré via un ami commun. Un certain nombre de prix lui ont été décernés, dont le British Academy Award de la meilleure actrice et le Golden Palm Award du Festival de San Sebastian, ainsi que le Lion d’Or pour l’ensemble de sa carrière au Festival international du film de Venise en 1995. De plus, elle écrit et réalise le film “Scandalo Segreto” de 1990, qui se déroule en Italie.

Culotté, en effet ! Monica Vitti achève son premier film en tant que réalisatrice-interprète sur un plateau où on la voit balancer sauvagement une caméra sur une vitre ! Que de comptes à régler à l’égard du cinéma alors qu’il a grillé tous les genres : tragique avec Antonioni, comique avec Monicelli, Scola ou Sordi… Culotté et étrange, c’est le moins qu’on puisse dire ! Pourquoi l’actrice vulcanique, qui incarnait si bien l’angoisse, les désirs, et les fantasmes de la femme “moderne”, est-elle castée dans le rôle d’une bourgeoise désoeuvrée et sage bourgeoise dans Scandale secret, dont la vie implose aussitôt elle découvre que son mari la trompe…