Skip to content

Nina attal parents

Nina attal parents; Nina Attal débute sa carrière au milieu des jam sessions blues parisiennes. Fin 2009, elle remporte cinq prix au Tremplin National Blues sur Seine1. Elle se produit ensuite dans plusieurs festivals en France et au Canada, dont celui de Montréal à l’été 2011. Nina Attal commence la guitare à l’âge de 13 ans après avoir été influencée par la musique qu’écoutaient ses parents, notamment le blues. , soul et rock, entre autres genres. “Cependant, j’ai su dès l’âge de six ans que je voulais poursuivre une carrière de chanteuse et de musicienne. Je l’avais en moi depuis le début, et j’ai eu la chance d’avoir toujours mes parents derrière moi pour me soutenir tout au long du chemin” …..

Nina attal parents
Nina attal parents

Parce qu’elle appréciait déjà la musique à l’extrême

La gamine rejeta la tête en arrière et roula les épaules après avoir obtenu son Bac du CNED “Pendant ce temps, j’ai continué à prendre des cours de guitare, et j’ai aussi dirigé ma gratte sur et encore et encore, et ma voix est devenue un tas. Après mes cinq premiers petits spectacles affiliés, j’ai réalisé à quel point j’avais mal et j’ai réalisé que je devais faire plus d’efforts de ce côté-là aussi. Il n’y a pas de meilleur endroit apprendre que la scène…”

Il semble qu’elle va au-delà de ce que nous savions auparavant d’elle dans notre vidéo ! Ce soir, elle se produira au Théâtre Marcel Hélie, mais la salle affiche déjà complet. Nina Attal (qui n’a rien à voir avec Yvan) fait partie de ces bonnes surprises que la scène française réserve parfois aux incompris. Nagui l’a rencontrée sur le plateau de Taratata le 4 novembre, et ils sont devenus rapidement amis.

Du blues au funk en passant par la soul, ce petit intermède d’un jeune guitariste arrange sa musique et sa voix en voyageant entre B.B. King et les paysages musicaux de Jamiroquai. « Ce sont des choses qui m’ont influencé. Mes parents sont de grands fans de musique et ils m’obligent à écouter leur musique préférée depuis que je suis enfant. J’en suis reconnaissant. Suite à cela, j’ai découvert une foule d’autres choses.

Et j’ai pris une décision sur ce que j’aime écouter, c’est-à-dire cette musique afro-américaine. Et puis je crois que le public a besoin de retrouver cette authenticité, avec de vrais artistes passionnés par la scène ». Côté performances, elle s’en sort plutôt bien avec ses six musiciens : ils se produiront, entre autres, le 2 décembre à Fleury-les-Aubrais (La Passerelle), le 27 janvier à Blois (Lobis), et le 16 février à Joué-lès-Tours (La Passerelle) (Espace Malraux).

Nina attal parents
Nina attal parents

Urgency, un EP de cinq chansons sorti en mai 2010, est sa première sortie officielle. Elle entame ensuite un voyage de quatre ans qui la mènera en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Canada (où elle se produit au Festival de Jazz de Montréal), où elle donne environ 200 concerts. Elle se produit avec des artistes tels que Chic, Jamie Cullum, Fred Wesley, Robben Ford, Charlie Winston, Malted Milk, Electro Deluxe, Gregory Porter, Yarol Poupaud et bien d’autres.

En 2012, elle participera au Montreux Jazz Festival sur les bords de la Ceronne. Son premier album, Yellow 6/17 (2011), a été écrit en parallèle avec Philippe Devin, son guitariste, directeur artistique et co-compositeur. Jaune 6/17 (2011) est sorti en 2011.

Nina Attal interprète la première partie de Chic à l’été 2013 lors d’un festival dans le sud de la France, où elle a été découverte (groupe). Jerry Barnes, le bassiste du groupe, les contacte après avoir entendu quelques démos brutes et les invite à enregistrer avec Philippe Devin aux Avatar Studios de New York en janvier et février 2014. Le deuxième album studio de Nina Attal, Wha, sortira en octobre 2014. Une partie de l’œuvre a été enregistrée en France (section cuivres et quelques claviers). Deux des chansons du CD ont été écrites en collaboration avec Jerry Barnes2.

Nancy. Elle est vraiment bouleversée par cela

Le festival international de jazz de Montréal, où nous nous sommes produits devant plus de 50 000 personnes, était le moyen idéal pour lancer la saison estivale.

Et ce n’était que le point culminant d’une saison qui avait commencé quelques jours plus tôt avec une représentation au Ascona Jazz Festival dans la région italophone du pays de la Suisse. « Et nous avons clôturé notre tournée, qui comportait plusieurs concerts en juillet et août, par une représentation le 26 août au Théâtre du Peuple de Bussang », explique Nina Attal, étoile montante de la scène blues française. « C’est un lieu fantastique et atypique. Nous avons été encore plus surpris de découvrir qu’il s’agissait du premier concert donné à cet endroit en vingt ans ! »

Nina avait parcouru un long chemin de vingt ans, remontant à l’année… de sa naissance en 1992. Nina, quant à elle, est musicienne professionnelle depuis trois ans ! « J’ai donné mon premier concert à l’âge de seize ans. Elle a eu la chance d’être née à Paris et d’avoir des grands-parents maternels philanthropes. « Ils écoutent la même musique que moi, malgré le fait que ley sont plus orientés rock. Avaient-ils d’autres projets pour l’avenir de leur fille en matière de carrière ? Elle ne leur a pas donné la possibilité de choisir. « J’ai toujours voulu être chanteuse, aussi loin que remonte ma mémoire. Il n’y a rien à voir avec un caprice d’enfant. »

Nina attal parents
Nina attal parents

Le Caveau des oubliettes est un lieu de mémoire pour les personnes décédées.
La transition du rock au blues a été rapide. « En fait, j’aime le rock, la soul et la funk, mais le blues est la racine de toutes ces formes, et c’est la source de toutes. Et, dans ce genre, elle a une nette préférence pour les guitaristes, en particulier les meilleurs représentants du blues de Chicago, comme Albert King, Albert Collins et BB King, entre autres. “Mais Stevie Wonder, Al Green, Prince et Michael Jackson font tous partie de mes artistes préférés !”

Selon une enquête du New York Times publiée l’année dernière, le nombre de jeunes femmes qui jouent de la guitare augmente à un rythme alarmant. Nina Attal est une pionnière dans ce domaine, ayant donné plus de 650 représentations tout au long de sa carrière active. Pieces of Soul, le quatrième album studio de la chanteuse et guitariste française de 29 ans, sortira en mai 2021 et marquera son retour vers le blues, le rythm’n’blues et le rock qui ont suscité son intérêt pour la guitare au première place.

Son quatrième album studio, écrit et composé lors d’un road trip sur la côte ouest des États-Unis, et qui a été produit en Normandie l’été dernier par l’ex-Beat Assailant Maxime Lebidois, était très attendu depuis un certain temps. C’est à travers une palette diversifiée d’ambiances sonores éthérées, discrètes et respectueusement teintées d’influences californiennes diverses (John Mayer, Eagles, Lenny Kravitz, etc.) que ses douze chansons (auxquelles il a ajouté une reprise de “You ‘re No Good” se rejoignent pour former un tout cohérent où la guitare est placée au centre de son processus de création.

Participante à Pieces of Soul, Nina Attal se nourrit incontestablement de son amour indicible pour la musique, qu’elle porte dans sa peau sous la forme de ses tatouages.