Patricia herszman jeune

Patricia herszman jeune; Madame Claude, qui contrôlait le plus grand réseau de prostitution haut de gamme en France entre 1960 et 1970, avait un certain nombre de “filles” qui travaillaient avec elle sur divers projets. Patricia Herszman était invitée à se produire sur Europe 1 mercredi soir. Call-girl du tout Paris, confidences d’une fille de Madame Claude, est publiée par l’auteur éponyme new-yorkais, ancienne prostituée. Dans son livre, elle réfléchit à ses expériences en tant que call-girl et aux leçons qu’elle en a tirées. Patricia Herszman rejoint le réseau Madame Claude en 1975, alors qu’elle a 18 ans et la décrit comme “la meilleure année de sa vie”. À l’époque, elle la décrit comme “la meilleure année de sa vie”.

Patricia Herszman, qui n’a alors que vingt et un ans, est “recrutée” par la célèbre proxénète Madame Claude, de son vrai nom Fernande Grudet, en l’an 1975. Cela fait plus d’une décennie que la femme surnommée la ” maquerelle de la République” s’est hissée au sommet d’un réseau de prostitution clandestine connu sous le nom de “haut de gamme”. Parmi ses clients les plus notables figurent le président John F.

Patricia herszman jeune
Patricia herszman jeune

Kennedy, le Shah d’Iran, l’industriel italien Gianni Agnelli, le dirigeant libyen Moammar Kadhafi et l’acteur Marlon Brando. Durant cette période, Madame Claude bénéficie du soutien de la police : ses rapports réguliers à la brigade mondaine, au SDECE (ancêtre de la DGSE) et aux Renseignements généraux permettent aux policiers de compléter leurs « notes blanches » en indiquant les pratiques de la cliente en question, qu’ils ont ensuite utilisées pour l’arrêter.

Patricia Herszman raconte sa rencontre avec Madame Claude dans son livre Call-girl du Tout-Paris : confessions d’une «fille» de Madame Claude (aux éditions Nouveau Monde), dans lequel elle la désigne simplement comme «Claude» tout au long du livre. Alors que l’année 1975 reste pour elle “la plus belle année de sa vie”, l’ancienne call-girl raconte les épreuves qui ont suivi l’exil de Madame Claude aux États-Unis, puis la Révolution française : mariage abusif, divorce, drogue toxicomanie, le meurtre atroce de sa « sœur » et meilleure amie Véronique au Yémen, sur fond de coup d’État, et enfin une descente lumineuse mais cataclysmique dans le Saint-Denis et

Patricia herszman jeune
Patricia herszman jeune

Patricia Herszman tombe un jour par hasard sur une femme à moto. C’est un ami proche de Madame Claude qui l’aborde dans l’idée de l’engager. Patricia Herszman, quant à elle, est catégorique. Elle revient à Saint-Tropez quelques mois plus tard pour de nouvelles retrouvailles. Cette fois, elle accepte de participer. “Je suis devenue un peu désireuse”, dit Patricia Herszman, qui s’appelle alors Florence A. après avoir changé son nom. Son point de vue sur la profession diffère sensiblement des idées qui lui ont été présentées. “Je ne vais pas abandonner mon corps”, explique-t-elle, “mais je vais abandonner mon temps.” Sans minimiser l’aspect sexuel, qui “avait évidemment sa place”, elle explique que “ce n’était pas du tout une contrainte”.

Related Posts