Skip to content

Peintre japonais inspiré par les textes anciens

Peintre japonais inspiré par les textes anciens; Si l’art oriental est à la mode depuis quelques années, force est de constater que le public français n’a pu voir qu’un petit nombre d’œuvres des anciens maîtres japonais. Les seuls paysages connus en France sont ceux qui ont été peints par des artistes de la Renaissance aux XVe et XVIe siècles, sous l’influence du chinois Song Youn. Les Kakemonos des écoles de naturalistes de Kyoto étaient également populaires. Mais, la plus belle et la plus véritablement japonaise de l’histoire de la peinture japonaise, de la fin du xiiie siècle à la fin du xive siècle, n’a pas été beaucoup regardée.

Peintre japonais inspiré par les textes anciens
Peintre japonais inspiré par les textes anciens

Et la raison en est simple : la plupart des œuvres des maîtres de Yamatoye ne quittent jamais le Japon, où elles sont conservées dans les trésors des temples et dans quelques collections privées. Certains d’entre eux ont pu être vus à notre exposition internationale de 1900. D’autres grands livres, comme les reliques de l’art japonais de M. S. Tajima et la revue de l’art japonais de Kokka, ont entrepris de faire de superbes copies des gravures sur bois. Ils l’ont fait avec beaucoup de soin pour les couleurs et les moindres détails. On peut envoyer le lecteur à la bibliothèque des Arts Décoratifs du Pavillon de Marsan et celle qui fut si gracieusement donnée aux amateurs d’art par M. J. Doucet, on peut donc l’y envoyer souvent au cours de cette étude.

Toutes les belles œuvres d’art de la période

Kamakura (1185-1335) ne sont pas sorties de nulle part. Elle s’est avérée avoir été planifiée et annoncée longtemps à l’avance par une série d’œuvres qui ont conduit la peinture japonaise des débuts les plus modestes aux meilleurs résultats finaux possibles. C’est ce changement lent que nous allons essayer de regarder dans ses grandes lignes. Nous voulons montrer à quel point le génie japonais a su s’adapter et changer les idées étrangères.

Les Japonais avaient un véritable art indigène avant l’introduction du bouddhisme dans nos vies à notre époque. La question est encore très débattue, et elle ne peut être tranchée aujourd’hui en regardant les quelques objets qui ont été décorés, pour la plupart des sarcophages, d’il y a longtemps. C’est jusqu’à ces dernières années que les gens considéraient les statues haniwa comme des isolants lorsqu’ils les fabriquaient.

Même si de nouvelles découvertes ont montré que les figurines chinoises se ressemblaient beaucoup depuis l’époque des Han (206 avant J.-C. à 221 de notre temps) jusqu’à nos jours. Ces sculptures, un peu grandes, font le pont entre les statues de la même époque, mais moins primitives, du Honan et du Chantoung et celles du haniwa. Cela signifie que l’utilisation de ces choses au Japon est elle-même une importation de l’extérieur du pays. L’un des principaux arguments des amateurs d’art japonais vient de ce fait.

Parce que les Japonais sont isolés du reste du monde, ils n’ont pas eu beaucoup d’institutions et d’arts que les pays voisins ont depuis longtemps. Nous pouvons voir dans les gens qui vivent maintenant qu’ils sont issus de migrations et d’invasions qui se sont produites dans les deux sens, de l’Orient vers l’Est et du Sud vers le Nord. Les descendants de ces personnes ont été plus ou moins mélangés avec le propre peuple d’Anos. Selon les archives les plus anciennes, un homme du nom de Zin-mu a pris possession de l’île de Kiu-Siu au VIe siècle avant notre ère. Il a ensuite repris Shikoku et la partie sud du Hondo. Mais nous avons encore besoin de savoir ce qu’était ce Zin-mu et d’où il venait.

Peintre japonais inspiré par les textes anciens
Peintre japonais inspiré par les textes anciens

Au cours des trois premiers siècles après J.-C., tous ces éléments plus ou moins barbares ont commencé à se confondre. Mais pendant de nombreux siècles, les indigènes Ebisu (Anos) ont dû garder pour eux la partie nord du Hondo et l’île d’Ezo. Les premiers signes que les nouvelles personnes travaillaient étaient des missions dans le pays de Corée. Si les dates écrites par les responsables japonais ne sont pas claires, cela pourrait être une bonne chose.

A chaque fois, force est de constater que le Xe siècle fut une mauvaise époque pour les dix pays les plus proches de l’équateur. Ils devaient payer une taxe, et ils devaient la payer. Un ambassadeur coréen est donné au souverain japonais en 461, et le souverain japonais installe alors la capitale du pouvoir dans la ville de Yamato, qui deviendra le centre de leur empire. Elle a commencé à se répandre au Japon par les vaincus plus civilisés que leurs conquérants, alors la civilisation chinoise a commencé à se répandre au Japon. L’étude des caractères chinois, commencée au IIIe siècle de notre ère, s’est étendue au Ve siècle.

En 463, un livre sacré du Japon, le Nihongi

Nous dit que beaucoup de gens qui y vivaient étaient des artistes d’autres pays, c’est pourquoi tant de gens sont venus au Japon. En effet, on sait que sous le règne de l’empereur Yùryaku (457-479), un prince nommé Anki, fils d’un empereur chinois de la dynastie Wei, gagna le Japon et devint citoyen naturalisé. Ensuite, il y avait un prêtre nommé Shinki Nanryù, qui venait de Kudara, en Chine. Il a fondé un groupe d’artistes appelé Yamatoeshi, ce qui signifie “Maître Peintre de Yamato”. Le 5e reçut le titre officiel de Yamatoeshi. Ce premier art japonais a peut-être eu une vocation industrielle

regardez-le, il était donc principalement utilisé pour décorer des objets que les gens utilisaient. Seul le lieu du bouddhisme (522-552) a pu changer ces pratiques en donnant aux artistes un but supérieur : une image de Dieu.

Il a fallu beaucoup de temps pour que la doctrine Gautama arrive au Japon. Il n’était pas dans sa forme pure et primitive comme il l’était lorsqu’il est né dans le nord de l’Inde. De la même manière qu’elle a inspiré son art, il s’en est aussi inspiré. Tout au long de l’histoire, les idées et les croyances des indo-grecs du Gandhâra sont venues à une civilisation qui existait depuis longtemps. Ils venaient du Pélou et du Nanlou, deux des grandes routes naturelles vers le Turkestan que les Han ont empruntées 120 ans avant l’époque de Jésus-Christ, en 92 après JC.

Peintre japonais inspiré par les textes anciens
Peintre japonais inspiré par les textes anciens

Ceux qui pensent à certaines des choses qui composent la décoration des bas-reliefs et des poteries Han, comme la façon dont les animaux étaient représentés dans le style du galop allongé, ont en fait été influencés par des éléments grecs et mycéniens lointains qui sont venus par la voie de la faux. Pour rester, les nouveaux éléments doivent changer au fil du temps dans ces régions du nord et de l’ouest de la Chine qui ont beaucoup de gens différents et beaucoup de frontières différentes. Chrétiens, bouddhistes et nestoriens vivront bientôt les uns à côté des autres.

Cela montre qu’à mesure que nous nous éloignons de l’Inde, les types de peintures que nous voyons changent et deviennent de plus en plus chinois. C’est que les missions Bonin, Stein, Von Lecoq, Chavannes, Pelliot, Chùta Ito, etc. ont eu la chance de les retrouver ces dernières années. Il doit aussi y avoir une question de temps. Durant la première moitié de l’ère Wei du Nord, de 398 à 493.

Elle a traversé la Corée et il semble que cela ait eu un effet sur l’art religieux d’une manière différente qu’auparavant. Les dieux du second ordre, plus proches de nous que les bouddhas et les bodhisattvas, ont peut-être pris un air plus humble et une amitié bête et naïve qui ne les a pas tirés d’affaire. Toutes ces différentes influences se retrouvent dans les plus anciennes peintures japonaises que nous connaissons, qui remontent au début du VIIe siècle.