Skip to content

Position de la chine par rapport à la russie

Position de la chine par rapport à la russie; Alors que la crise entre la Russie et l’Ukraine s’est intensifiée ce week-end, la Chine semble avoir une position ambiguë. Après une réconciliation avec la Russie fin janvier, Wang Yi, le ministre chinois des affaires étrangères, a déclaré que « la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de tout pays doivent être respectées ». La position de la Chine est-elle claire ?

Position de la chine par rapport à la russie
Position de la chine par rapport à la russie

La posture chinoise est à la fois confortable et inconfortable. Confortable parce que Pékin observe à distance un bras-de-fer qui lui permet de renforcer son soutien à Moscou,-ci étant indispensable à la Russie. Dans la relation asymétrique entre les deux grandes puissances, la Chine renforce sa position. J’y reviendrai. Inconfortable parce que parmi les grands principes de la politique étrangère chinoise figurent la non ingérence dans les affaires de politique intérieure, et le respect de l’intégrité territoriale des États.

La Chine “comprend les inquiétudes de la Russie”

La Chine “comprend les préoccupations sécuritaires de la Russie”, a déclaré jeudi le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi à son collègue russe Sergueï Lavrov, quelques heures après le début de l’invasion russe de l’Ukraine. “La Chine a toujours respecté la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays”, a déclaré Wang Yi, selon une transcription de l’entretien téléphonique publiée par son ministère ce soir-là. «

Dans le même temps, nous avons également constaté que la question ukrainienne a une histoire particulière et alambiquée. Nous apprécions les préoccupations légitimes de la Russie en matière de sécurité », a-t-il ajouté.

Ces dernières semaines, la Chine a accusé les États-Unis et ses partenaires occidentaux de la montée des tensions autour de l’Ukraine. Dans ce contexte, l’ambassade de Chine en Ukraine a exhorté jeudi ses habitants à redoubler de vigilance face aux “graves perturbations” dans le pays. Elle les encourage à passer le plus de temps possible à la maison avec leur famille. Ceux qui souhaitent partir en automobile sont invités à “accrocher clairement un drapeau chinois” sur le véhicule, selon le responsable.

Ces principes permettent au gouvernement chinois de rejeter toute critique des droits de l’homme ou des droits des minorités, et pour que le système soit cohérent, le gouvernement chinois doit rendre la pareille en faisant de même. En raison de cette situation, il est devenu plus difficile de soutenir à la fois la position de Moscou, qui est fondée sur les risques potentiels associés à une nouvelle expansion de l’OTAN, et l’intégrité territoriale de l’Ukraine contre toute éventuelle agression russe. Pékin a choisi d’encourager la prudence et la conversation entre les nombreux acteurs afin d’éviter que la situation ne devienne incontrôlable.

Position de la chine par rapport à la russie
Position de la chine par rapport à la russie

Pékin a un intérêt direct dans l’issue de cette crise et peut être en mesure de contribuer à sa résolution. Quelle est sa stratégie globale ?

Ukraine : à quoi ressemblera le pays au lendemain d’une (probable) attaque des Russes ?

Pour la première fois à cette échelle, la Chine s’est prononcée sur la situation sécuritaire en Europe, rompant avec sa longue politique de silence sur le sujet. En demandant une injonction, Pékin se positionne en pacificateur dans une situation où Moscou agite la mousseline pourpre et où le monde occidental est en déroute. La stratégie chinoise, qui doit trouver sa place dans le difficile équilibre évoqué précédemment, consiste à refuser de s’embarquer dans la guerre psychologique qui se livre entre Moscou et Washington, et ce faisant, à prendre le dessus.

Rappelons également que si la Chine entretient des liens étroits avec la Russie, souvent qualifiée d’« axe » entre les deux pays, elle a établi des liens économiques extrêmement étroits avec la grande majorité des pays d’Europe centrale et orientale, d’abord depuis un 16 Groupe +1, puis dans un groupe 17+1 après l’expulsion de la Lituanie, puis dans un groupe 16+1 à nouveau après l’expulsion de la Lituanie du groupe. Les intérêts de la Chine, d’abord et avant tout économiques et commerciaux, ne pouvaient être conciliés avec une détérioration de la sécurité dans la région de l’Europe de l’Est.

Est-il possible que la Chine sorte plus forte de cette crise ?

Les éclaircissements de Joe Biden et les provocations de Vladimir Poutine ont étouffé cette route chinoise ces dernières semaines, mais Pékin reste dénué de tensions tant qu’elles n’aboutissent pas à une rupture des équilibres régionaux. Dès lors, la stratégie est simple : éviter une guerre aux conséquences incertaines dans la région afin de ne pas mettre en péril les intérêts économiques des deux pays.

Outre ses intérêts économiques et commerciaux, le gouvernement chinois surveille de près les dangers d’une résurgence de la guerre froide et, en particulier, l’attitude des États-Unis. Il est intéressant de noter que ni Moscou ni Kiev n’attirent beaucoup Pékin, mais les États-Unis sont une source majeure de fascination pour le pays (tout comme la Chinegrande source de fascination aux États-Unis).

Position de la chine par rapport à la russie
Position de la chine par rapport à la russie

Lorsque l’administration Biden a présenté une réponse très catégorique à une invasion russe, elle a non seulement augmenté le risque de violence – ce qui, à mon avis, était une horrible erreur – mais elle a également mis en péril sa crédibilité en Europe et dans le reste du monde. .

Au-delà des mots et des postures, c’est ce sentiment de confiance que dégage Pékin, comme en témoigne un compétiteur qui pose les pieds au sol avant de s’élancer dans les airs. La priorité absolue de Pékin est son environnement régional, qui fait l’objet d’une intense pression préconcurrentielle de la part des États-Unis, qui se présentent désormais avec une stratégie indo-pacifique comme moyen d’étendre leur influence dans la région. En conséquence, la relation entre les États-Unis et ses alliés est observée par les dirigeants chinois, et les alliés des États-Unis en Asie en sont également conscients.

Dans le même ordre d’idées, la Chine tente de se présenter comme un acteur responsable et prudent dans une situation où Russes et Américains seraient imprévisibles et volatils. Le gouvernement chinois tente d’accéder à la position de leader mondial en gagnant des points d’image précieux au moment même où l’Occident est en plein désarroi face aux événements mondiaux contemporains. Contrairement à ce que l’agitation actuelle voudrait vous faire croire, l’Occident n’est pas le monde et inversement. Les deux ne sont pas mutuellement exclusifs.