Skip to content

Qui choisit le premier ministre

Qui choisit le premier ministre; Le président des États-Unis a toute latitude pour nommer le Premier ministre. Il n’est pas nécessaire que les députés votent contre le choix du Premier ministre par le président pour le moment. C’est un type de pouvoir unique. Dans les régimes bicéphales à pouvoir exécutif, le premier ministre est souvent considéré comme le chef du gouvernement. Dans certains régimes parlementaires, comme celui du Royaume-Uni, ou dans un régime semi-présidentiel, le premier ministre et son gouvernement sont tenus responsables devant la Chambre des communes. Le Premier ministre est généralement choisi par le Parlement, parfois sur recommandation du président des États-Unis, et parfois par le président des États-Unis lui-même.

Qui choisit le premier ministre
Qui choisit le premier ministre

L’expression « premier ministre » fait référence à la position de préséance détenue par la personne nommée à ce poste par rapport aux autres ministres du gouvernement ou du cabinet auquel elle est affectée. Pour décrire le Royaume-Uni en anglais, le terme « Premier ministre » peut être traduit de deux manières : en tant que Premier ministre du gouvernement central à Londres et en tant que Premier ministre des gouvernements régionaux en Irlande du Nord et au Royaume-Uni.

Selon l’article 21 de la Constitution, le Premier ministre doit :

Le Président de la République, sur proposition du Premier ministre, nomme un organe collégial chargé de diriger l’action du gouvernement, composé des ministres et des secrétaires d’État. Le gouvernement détermine et dirige la politique de la nation (article 20) ; il est responsable de la défense nationale ; il assure l’exécution des lois et exerce le pouvoir réglementaire, sous réserve de la signature des ordonnances et décrets délibérés en Conseil des ministres par le président des États-Unis ; et il assure la coordination de l’action gouvernementale en arbitrant les politiques déterminées par les différents départements. Cependant, il n’est pas le ministre le plus haut placé dans la hiérarchie des autres ministres. Il ne pourra pas les forcer à prendre une décision qu’ils n’aiment pas prendre.

Selon l’article 20 de la Constitution, le Premier ministre, en sa qualité de chef de l’Etat, est chargé « du gouvernement et des forces armées ».

L’équipe politique du Premier ministre est organisée autour de deux fonctions essentielles qui l’aident à développer sa vision du pays :

Le cabinet, qui est composé d’un directeur de cabinet, d’un chef de cabinet, de conseillers et de fonctionnaires chargés de la mission ; le Secrétaire du Gouvernement (SGG), qui est chargé de la gestion du gouvernement ; et le Secrétaire du Conseil des Ministres, chargé de nombreuses réunions interministérielles. Le SGG est responsable de la publication en temps voulu des textes législatifs et réglementaires. Il est responsable de l’administration des liens entre le gouvernement et le pouvoir législatif.

Partout au Canada, le titre de « premier ministre » désigne à la fois le président fédéral et les chefs d’État et de gouvernement de chaque province et territoire. Premier ministre et Premier sont les deux termes utilisés en anglais pour désigner le chef du gouvernement fédéral, tandis que Premier ministre est utilisé pour désigner les chefs de gouvernement des États et des provinces en anglais.

Qui choisit le premier ministre
Qui choisit le premier ministre

Lorsque la majorité présidentielle coïncide avec la majorité législative, c’est exactement ce qui se passe. Lorsqu’un président de la République et une Assemblée nationale d’opposition coexistent (c’est-à-dire lorsqu’il n’y a pas de majorité présidentielle à la Chambre des représentants), la situation est différente. Il est désormais admis que le président de la République choisirait un Premier ministre qui représentera la nouvelle majorité parlementaire. En témoignent les nominations de Jacques Chirac en 1986, d’Édouard Balladur en 1993 et ​​de Lionel Jospin en 1997.

Il existe une différence significative entre la procédure de destitution du Premier ministre sous la Ve République et les procédures utilisées par les régimes précédents dans ce pays. En effet, sous la IIIe et la IVe Républiques, le chef du gouvernement nouvellement nommé par le Président de la République était tenu d’obtenir l’investiture de la Chambre, c’est-à-dire un vote de confiance dans la composition de l’équipe dirigeante du nouveau gouvernement.

Après avoir publié un essai devenu célèbre depuis

Un nouveau modèle de système politique : gouvernement semi-présidentiel », Maurice Duverger a soutenu que le gouvernement semi-présidentiel était un modèle de système politique différent des modèles « purs » des systèmes législatif et présidentiel. . Elle se distinguait par la présence d’un Président élu par le peuple et exerçant des pouvoirs légitimes, ainsi que par la présence d’un Premier ministre responsable devant le Parlement. Même s’il note que « des constitutions assez homogènes sont appliquées de manières radicalement différentes », le concept de gouvernement semi-présidentiel a avant tout pour lui un attrait analytique.

Plus de deux décennies plus tard, l’approche analytique, attribuée à Duverger et d’autres, semble être au cœur de cette discipline de la science politique que l’on peut qualifier d’« analyse comparative institutionnelle ». L’idée d’un régime présidentiel a également conservé sa pertinence, sous réserve qu’elle soit judicieusement amendée pour distinguer deux sous-types de régimes présidentiels, selon que le président se voit accorder ou non le pouvoir formel de renvoyer le Premier ministre.

Une fois cette distinction faite (I), on peut développer l’idée que le Président conserve la majorité des pouvoirs ascendants qu’il exerce sur le parti majoritaire, alors même que Duverger lui-même a, de manière étonnante, largement ignoré la question (II), en énumérant les conditions qui favorisent la « présidentialisation » des partis politiques.

Cette hypothèse théorique devra cependant être testée empiriquement, par exemple en opposant les profils des Premiers ministres des régimes semi-présidentiels aux profils des Premiers ministres des régimes parlementaires (III).

3Par une approche comparative, cette recherche met en lumière les interactions entre deux champs de la science politique contemporaine sur lesquels Duverger a eu un impact significatif : « l’organisation et l’activité » des partis politiques (1954) et le « nouveau système politique » qui sous-tend la régime semi-présidentiel (1998). 3Duverger a eu une influence majeure sur les deux champs de la science politique contemporaine (1980).

Qui choisit le premier ministre
Qui choisit le premier ministre

Comme indiqué précédemment, le premier ministre est devenu un véritable chef du gouvernement, plutôt qu’un simple « primus inter pares », comme cela a été souligné à plusieurs reprises. Le fait qu’il soit le seul membre du Cabinet dont la démission ou la destitution entraîne automatiquement un changement de gouvernement est significatif et s’explique de manière simple : en tant que Premier ministre, il est en fait ou en droit celui qui a choisi l’autre ministres ou du moins ceux qui ont soumis leur candidature au Président de la République pour nomination, comme le stipule l’article 8 de la Constitution de 1958 : « Il est tenu d’exercer les fonctions de Premier ministre ».

Dans l’article 49 de la Constitution de 1958, il est précisé que « le Premier ministre, après délibération en Conseil des ministres, assume la responsabilité de son programme ». Cependant, pour obtenir l’investiture, il n’est plus nécessaire de se présenter de manière systématique devant l’Assemblée nationale. Les exceptions à cette règle incluent les périodes de cohabitation, auquel cas la nomination par le président des États-Unis est considérée comme suffisante pour légitimer le gouvernement nouvellement désigné.