Skip to content

Qui est le patron de bfmtv

Qui est le patron de bfmtv: C’est à la surprise générale qu’Alain Weill et Hervé Beroud ont choisi Marc-Olivier Fogiel pour diriger BFM TV. Le journaliste, qui affirme en avoir assez de l’ambiance, devra apaiser une rédaction tourmentée par la crise provoquée par les gilets jaunes et ménager la sensibilité de l’Elysée. En plus de cela, il aimerait élargir l’éventail des sujets qui sont abordés. Devant un Perrier, il a procédé à nous parler de ses aspirations.

Qui est le patron de bfmtv
Qui est le patron de bfmtv

Au début, ça allait juste être un déjeuner décontracté avec des amis. Lorsque Marc-Olivier Fogiel rencontre son ami Hervé Beroud, qu’il connaît depuis plus de trente ans, au Zebra, une brasserie chic en face de la Maison de la Radio à Paris, il ne se doute pas qu’il va bientôt s’engager sur une nouvelle voie. dans sa vie professionnelle. Elle aura lieu le vendredi 1er février.

Naturellement, le “patron” de BFM TV lui fait part

Depuis quelques mois maintenant, de son envie de sortir de son quotidien chronophage, de ses incertitudes et réflexions, et de son envie d’aller de l’avant. C’est quelque chose qu’il voulait faire depuis un certain temps. Cependant, c’est la toute première fois qu’il a été aussi franc sur son intention de démissionner de son poste au sein du gouvernement dans un avenir proche. “J’ai pensé à toi pour me remplacer”, dit-il à “Marc-O”, qui tombe presque de sa chaise après avoir entendu la déclaration. “J’ai dit: ‘Excusez-moi?’ Je ne m’attendais pas du tout à ça”, nous expliquait l’individu en question mi-juin.

Lundi, les règles ont été modifiées, mettant fin à une période «d’équité» de trois semaines au cours de laquelle les médias pouvaient accorder un temps d’antenne également pondéré à chacun des candidats à la présidentielle. Au cours de la semaine et demie précédant le premier tour, les stations de radio et de télévision sont tenues d’adhérer à un principe d’égalité rigoureux tout en programmant leur programmation sur quatre plages horaires distinctes.

Selon Marc-Olivier Fogiel, le directeur général de BFMTV, “concrètement, si vous accordez dix minutes à Emmanuel Macron pour parler entre 21 heures et 18 heures, vous accordez dix minutes aux onze autres candidats sur le même créneau”. Lorsque vous discutez d’un candidat, la même réflexion doit être appliquée à la quantité de temps d’antenne qu’il reçoit.

lectures dérivées de l’utilisation de logiciels
Les cinq semaines qui suivent sont les plus éprouvantes de l’année pour le dirigeant de la première chaîne d’information du pays qui diffuse en continu : « Nous n’avons aucun contrôle sur l’information. Quand Éric Zemmour est placé en garde à vue à Rungis et que cela se traduit dans quelque chose qui n’était pas prévu, nous sommes obligés de nous confiner et de nous restreindre.

Sinon, cela nous obligerait à accorder le même temps aux autres, même s’ils n’ont rien de nouveau à signaler en même temps. Une autre illustration impliquant le président sortant est la suivante : “Emmanuel Macron fait son unique meeting ce samedi, et nous ne sommes pas en mesure de le diffuser car nous avons déjà diffusé tous les autres meetings avant cette période.” Un exercice obligatoire que le service politique d’une rédaction peut trouver « frustrant ».

Qui est le patron de bfmtv
Qui est le patron de bfmtv

Selon les informations qui nous ont été fournies par nos confrères du journal “Le Figaro”, le journaliste Marc-Olivier Fogiel s’est présenté au concours pour prendre la direction de la radio publique France Inter alors qu’il n’avait pas l’intention de faites-le. Depuis le 24 avril 2019, l’ancien animateur de “On ne peut pas plaire à tout le monde” est le directeur général de BFMTV.

Marc-Olivier Fogiel va-t-il quitter la tête de BFMTV trois

Ans après sa nomination à ce poste ? D’après les informations que nous ont fournies nos confrères du journal Le Figaro, le journaliste actuel directeur général de la chaîne d’information en continu serait un candidat potentiel à la direction de France Inter. Pourtant, le directeur général de BFMTV depuis 2019 n’est pas le seul à briguer le poste de successeur de Laurence Bloch à la direction de France Inter, qui s’apprête à prendre sa retraite. La course a été lancée en 2019.

Nicolas Demorand, qui anime actuellement la matinale sur France Inter ; Justine Planchon, qui est la directrice générale de Mediawan Prod ; et Vincent Meslet, qui est le directeur de Newen, qui est la filiale de production de TF1 sont les trois autres noms qui figurent sur la liste restreinte pour ce poste.

Une approche faite par Radio France du profil
Marc-Olivier Fogiel, contrairement aux trois personnalités médiatiques susmentionnées, n’a pas posé sa candidature pour ce poste, ni participé au processus d’audition qui a débuté en décembre. Selon Le Figaro, il aurait reçu un contact direct de Radio France et aurait déjà rencontré Sibyle Veil, la présidente-directrice de la Radio groupe français. Ces deux personnes sont mentionnées dans l’article.

Marc-Olivier Fogiel a une longue expérience dans le domaine de la radio, ayant débuté sa carrière sur RTL puis animant la matinale sur Europe 1 de 2008 à 2011. Le journaliste n’a pour l’instant fait aucun commentaire sur l’éventuelle nouvelle direction de France Inter à cette fois.

L’espérait-il ? “Oh, absolument pas !” Il dit cela alors qu’il est assis devant une machine à glaçons Perrier chez Durand Dupont, une institution du Tout-Neuilly qui se situe juste à côté de RTL, où son contrat actuel expirera fin juin. « Soyons clairs, je ne rêvais pas de ce métier, même si ça m’intéresse vraiment », confie-t-il, qui prendra dès la semaine suivante la direction générale de BFM TV.

Qui est le patron de bfmtv
Qui est le patron de bfmtv

la chaîne qui s’est illustrée ces derniers mois, quoique pas toujours pour le mieux, dans sa couverture de la crise des gilets jaunes et a fréquemment horrifié l’Elysée, qui a fait savoir qu’elle était horrifiée par la couverture de la chaîne. C’est la toute première fois qu’une personnalité du monde du petit écran prend les rênes d’une chaîne de télévision. “J’y vais avec envie et enthousiasme, mais aussi avec anxiété, car c’est un défi”, a-t-elle déclaré. “J’y vais avec envie et enthousiasme.” Mais pour tout vous dire, je ne me disais pas constamment : « J’aimerais pouvoir travailler à BFM TV », tous les jours.