Skip to content

qui sont les parents d alisha

qui sont les parents d alisha Jenny Khalid, la mère d’Alisha, sanglotait au tribunal jeudi soir, alors que ses larmes résonnaient dans la salle d’audience de Pointoise. Une mère désemparée qui croit avoir été lésée. Les deux mineurs ont été condamnés à dix ans de prison pour la mort de sa fille. « Après dix ans, ils seront enfin libérés. Attendez, je ne comprends pas. Ma fille a été assassinée; Elle avait été gravement agressée. C’était sa façon de dire : « Cessez ! » », s’écria-t-elle, toujours émue.
Le 9 mars 2021, la police a découvert le corps d’Alisha flottant dans la rivière. Hugo et La, tous deux âgés de 15 ans à l’époque, étaient deux de ses camarades de classe qui ont été rapidement appréhendés. Alisha avait été utilisée comme bouc émissaire pendant quelques semaines. Hugo est allé jusqu’à voler le téléphone d’Alisha et à partager des photos nues de l’adolescente en ligne.
Alisha a été brutalement agressée le 8 mars. Lorsque les deux adolescents ont jeté son corps dans la rivière, elle était encore en vie. Il ne s’agissait toutefois pas d’une conduite préméditée, selon le tribunal. « Le tribunal pour enfants vient de statuer qu’Alisha a été tuée volontairement après avoir été prise en embuscade lors d’une attaque contre elle. Pourtant, sans une sorte de prévoyance ou de préparation, le résultat serait désastreux », l’avocat Me Franck Berton soutient que son client, l’un des deux adolescents reconnus coupables, était innocent.
La mort d’Alisha, aux mains des intimidateurs de son école, a touché les cœurs dans tout le pays. L’accusation fait appel de ce qu’elle considère comme un verdict trop clément. Ainsi, le nouveau procès des deux mineurs aura lieu dans quelques mois.
Ce n’est pas la norme; J’espérais que les autorités interviendraient. Dans dix ans, ils seront accessibles au public. Le meurtre de mon enfant. La mère de la victime a crié : « Ils ont massacré ma fille, ils l’ont mise dans la rivière » dans les couloirs du palais de justice de Pontoise. Le tribunal pour enfants de Pontoise, qui connaît rarement des affaires impliquant des enfants de cet âge, a rendu son jugement devant une salle comble il y a quelques minutes. « Personne ne peut se réjouir d’un procès en appel dans le cadre de cette affaire », a déclaré Me Nadge Pain, l’avocat de la famille d’Alisha. C’était inimaginable voire impossible de s’en passer, a-t-elle déclaré à l’AFP, citant la disparité entre les réquisitions, les qualifications juridiques choisies, et leurs objectifs d’une part, et les sanctions infligées d’autre part.
Détails reclassés comme meurtre:
Un garçon de 16 ans et une fille ont été reconnus coupables et condamnés à une peine combinée de 10 ans d’emprisonnement et à une formation judiciaire. En outre, ils doivent payer 180 000 euros à la famille d’Alisha pour détresse émotionnelle. Ils se tenaient tous les deux silencieusement pendant la lecture du verdict, lui avec ses cheveux bouclés caractéristiques, elle avec son chignon et ses minuscules lunettes. Ils ont d’abord comparu devant le tribunal pour « meurtre », un crime de préméditation passible de vingt ans de prison avec justification de minorité.
Le juge a décidé de changer les accusations en « meurtre d’un gamin de 15 ans » après avoir entendu l’affaire pendant quatre jours à huis clos. Le président du tribunal a statué qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour prouver que l’accusé avait l’intention de tuer la mineure. Pourtant, les jeunes étaient « bien conscients » des circonstances et « ne pouvaient ignorer l’état manifeste de la victime qui les suppliait », a-t-il dit. Les parties civiles et leurs nombreux partisans, beaucoup d’entre eux, portaient des T-shirts blancs ornés d’une photo du jeune homme et des inscriptions « JusticepourAlisha », « Stop Haracèlement » et « Je suis Alisha », ont réagi avec colère et de manière incompréhensible au verdict. Avec les informations présentées, c’est un choix judicieux et mesuré. Me Frank Berton, l’avocat des adolescents, a déclaré que ses clients recevaient chacun une peine de dix ans, ce qui était inférieur à ce qui était requis.
Rejetés dans la Seine :


Selon les faits fournis par le procureur Ric Corbaux à l’époque des faits, l’écolière est décédée le 8 mars 2021, après avoir été prise en embuscade par deux camarades de classe à Argenteuil, au nord-ouest de Paris. Elle a retrouvé une camarade de classe sous les piliers du viaduc de l’autoroute A15 enjambant la rivière et l’a trouvée là. L’enfant s’est ensuite approché de la victime peu de temps après et a commencé à la frapper à plusieurs reprises, y compris au visage, comme l’a décrit le magistrat. Puis la victime a été jetée dans la rivière. L’autopsie a confirmé que la noyade était la cause du décès.
Lorsque nos trois protagonistes se sont rencontrés pour la première fois en septembre 2020, à l’ouverture de l’année scolaire à l’école professionnelle d’élite Cognacq-Jay au cœur d’Argenteuil, aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer les événements macabres qui se dérouleraient entre eux. Malheureusement, la relation du trio de troisième année s’était détériorée dans les semaines précédant la catastrophe en raison de « trivialités » et d’un triangle amoureux. Les jeunes, ont-ils dit, avaient identifié le procureur de l’État. Alisha a eu son téléphone piraté un mois auparavant, et des photos d’elle en sous-vêtements ont été publiées sur Snapchat. Une dispute entre les deux jeunes femmes et le ressentiment du jeune homme face à l’insulte à l’honneur de son défunt père ne font qu’ajouter au drame de cet incident. À la lumière de cette escalade, l’entreprise avait précédemment interdit aux deux suspects d’entrer temporairement dans les locaux pour avoir harcelé la victime. La mère du jeune homme a appelé les autorités après l’avoir vu rentrer à la maison avec du sang partout sur ses vêtements.


error: Content is protected !!