Skip to content

Raymond Oliver fils

Raymond Oliver fils; Le chef français Raymond Oliver (27 mars 1909 – 5 novembre 1990) était le propriétaire du restaurant Le Grand Véfour à Paris, qui était considéré comme l’un des meilleurs restaurants historiques de France au moment de sa mort. Oliver méprisait la nouvelle cuisine, préférant les ingrédients copieux utilisés par les cuisiniers de sa région natale de Gascogne, où il est né.

Oliver était le fils et le petit-fils de chefs et il est né dans la ville française de Langon dans la région de Bordeaux en France. Très tôt dans sa vie d’enfant, sa grand-mère maternelle lui a appris les bases de la cuisine et à l’âge de 15 ans, il a commencé un apprentissage sous la direction de son père en tant que chef dans l’entreprise familiale.

Il a été propriétaire du Grand Vefour, un restaurant de la rue de Beaujolais dans le quartier du Palais-Royal, pendant plus de 35 ans. Ses clients célèbres comprenaient des leaders mondiaux tels que Winston Churchill et André Malraux, ainsi que des auteurs tels qu’Albert Camus et Georges Simenon, ainsi que des entrepreneurs et des banquiers tels que Henry Ford et David Rockefeller, entre autres. L’Aga Khan, le Prince Rainier et la Princesse Grace de Monaco, Jean Cocteau et Colette faisaient partie de sa clientèle reconnaissante, tout comme l’Aga Khan et le Prince Rainier.

Raymond Oliver fils
Raymond Oliver fils

Michel Oliver, né en 1932, est le fils de Raymond Oliver, un chef bien connu à part entière. Il est le premier chef à sortir des fourneaux et à apparaître dans des émissions de télévision, selon son père, triplement étoilé au Grand Véfour. De 1953 à 1968, Raymond Oliver collabore avec Catherine Langeais à l’émission télévisée “L’art et la magie de la cuisine”.

Il a commencé sa carrière comme cuisinier, puis comme restaurateur, puis comme animateur d’émissions de radio et de télévision, puis comme auteur de plusieurs livres, dont La cuisine est un jeu d’enfants, avant de se retrouver au milieu de polémiques. comme un enfant…

Parmi les nombreux restaurants où il a travaillé, citons ceux de son grand-père Louis Oliver, disciple d’Auguste Escoffier du Savoy à Londres devenu chef étoilé à Langon ; celle de son père Raymond, première personnalité médiatique française à apparaître à la télévision française, devenu chef étoilé pour son Grand Véfour du Palais Royal ; et une table chère chez Malraux, Cocteau, Colette, parmi tant d’autres…

Le jeu d’enfant de Raymond Oliver

Michel Oliver est né en 1932 d’une mère institutrice et d’un père cuisinier, comme son grand-père. En raison de la séparation de ses parents, Michel grandit sous la garde de ses grands-parents, Louis et Cécile, à l’Hôtel du Lion d’Or à Langon en Gironde. On raconte une chanson de gestes sur ce grand-père, un héros qui savait faire une omelette sans la monter, avec les bords pointus et le centre bombé et le jaune encore humide…

Michel Oliver, le fils, débute tout juste dans sa carrière de vendeur télévision et disquaire à Bordeaux. Il rejoint ensuite son père à Paris au Grand Véfour, où il travaille en cuisine puis comme maître d’hôtel de l’hôtel. Le lendemain en classe, Cocteau s’approche de lui et lui exprime ses sympathies, l’inspirant à écrire « La cuisine est un jeu d’enfants », qu’il signe en guise de préface. Le livre, qui a été publié pour la première fois en 1963, est un best-seller. Il a été réimprimé de nombreuses fois et s’est vendu à plus de trois millions d’exemplaires dans le monde. En 2013, l’entreprise fêtera son cinquième anniversaire.

Raymond Oliver fils
Raymond Oliver fils

Quand on est médiatique, on fait des cocottes à la main depuis cinq générations et il est difficile de sortir d’une cuisine. Pourtant, quand il était plus jeune, Aleksandre Oliver tenait à ne pas entendre la moindre mention de fourneau. Alors que de nombreux chefs affirment que leur amour s’est estompé une fois qu’ils ont atteint l’âge de raison, il avoue que son véritable intérêt était autre chose : “Je voulais faire du design et de la création.” J’étais un rebelle à l’époque et je me suis forcé à me retirer de toutes les écoles. J’ai été obligé d’inclure des reculons dans les dîners de famille car je n’avais pas d’autre option.”

Et juste comme ça, tout a changé. Ce n’est que récemment que j’ai découvert que les gens dessinaient dans la cuisine, ce que je n’avais jamais réalisé auparavant. Que là, et bien plus encore dans les arts pâtissiers, on invente, on dessine le dessin d’une assiette à la main avec un crayon. La pâtisserie permet une grande créativité, et le goût n’en est que meilleur ! “J’avais enfin trouvé ma voie.”

Il est indéniable que chez les Oliver, l’art culinaire coule dans leurs veines. Tous les participants se sont bien comportés, et c’est maintenant à Aleksandre de se donner un surnom. “Quatre générations de chefs charismatiques m’ont précédé, et c’est un vrai privilège de naître dans une telle famille !” Et, curieusement, chaque descendant d’Oliver a commencé sa vie professionnelle à la pâtisserie avant de décider de poursuivre une carrière de chef après cinq générations. Aleksandre, un bon trublion apprécié et respecté, a défoncé le moule. D’autre part, il a commencé sa formation culinaire avant de décider de poursuivre une carrière dans la pâtisse rie. “Je me suis toujours considérée comme une grande gourmande.”

Raymond Olivier La cuisine

Fort de son droit d’auteur, et afin de se démarquer du milieu gastronomique de son père, Michel Oliver fonde les restaurants les Bistrots de Paris et les Bistrots de la Gare. Parmi ses réalisations, il a été le premier à cuisiner sous vide (il a passé dix ans à développer les plats sous vide pour la marque Marie Culinary). Dans les années 1970 et 1980, il incarne son père dans les émissions culinaires de TF1 et Antenne 2 telles que “Dis-moi ce que tu mijotes”, “Bonjour bon appétit” ou encore “La vérité est au root de la marmite”. ont été livrés avec un bon sens de l’humour et un bel accent du sud.

Aisé et bien implanté dans le Lubéron, il cultive ses vignes et produit des vins rouges à base de syrah ainsi que des vins rosés à base de grenache. Chacune des étiquettes porte l’inscription suivante : « Domaine de la bastide Michel Oliver ».

Raymond Oliver fils
Raymond Oliver fils

Dans le cadre de la Résistance française, Oliver dirigeait un hôtel dans les Alpes françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a également aidé à cacher des pilotes américains abattus lors de missions de bombardement. Le général Dwight D. Eisenhower l’a honoré après avoir hébergé un équipage de bombardiers américains de 11 hommes jusqu’à la libération de la ville de Berlin. En 1948, il acquiert Le Grand Vefour, un restaurant en activité depuis 1784. Six ans après qu’Oliver a acheté le restaurant, il a été récompensé par une troisième étoile très convoitée du Guide Michelin (carte française de la gastronomie), ce qui en fait l’un des d’une poignée de restaurants dans le pays pour recevoir cette distinction à l’époque.

En 1967, Oliver a écrit La Cuisine, un livre de cuisine technique complet, et a ensuite animé une émission de cuisine réussie à la télévision, qui a été diffusée dans le monde entier. En outre, il a été l’un des onze juges de la cour d’appel de Paris.