Skip to content

Virginie girod historienne

Virginie girod historienne; Virginie Girod est historienne et journaliste spécialisée dans l’histoire des femmes et de la sexualité. Elle vient de commencer ses études à l’Université Jean-Moulin de Lyon, dont elle est originaire. Après avoir terminé ses études d’histoire à la ville de Lyon, elle poursuit sa carrière universitaire à l’Université de la Sorbonne à Paris. En 2011, elle termine son doctorat et reçoit un financement pour soutenir sa thèse. Elle est titulaire d’un doctorat de l’Université Paris IV-Sorbonne pour ses recherches sur la sexualité des femmes roms au début de l’Empire. Cléopâtre a fait l’objet du dernier numéro de Secrets d’Histoire, présenté par Stéphane Bern et réunissant de nombreux autres spécialistes de l’Antiquité.

Virginie girod historienne
Virginie girod historienne

Outre ses nombreux ouvrages sur l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité, elle a écrit plusieurs ouvrages aux Editions Tallandier, dont “L’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité” et “Agrippine, sexe, crimes et pouvoir dans la Rome impériale, ” tous deux disponibles en ligne.

Sa formation académique approfondie lui a valu d’être nommée chargée de cours à l’Université de Caen, puis chargée de cours à l’Université Paris-Département Diderot d’histoire romaine.

Elle collabore également à de nombreuses revues

Dont L’Histoire, Le Point, Historia et Civilisations et Historia et Civilisations. La radio est un autre média sur lequel Virginie Girod peut se faire entendre, puisqu’elle contribue à plusieurs épisodes de Storiavoce, une radio Internet principalement axée sur des sujets historiques. En plus de ses apparitions à la radio, elle a également fait quelques apparitions à la télévision.

Elle collabore et participe souvent à l’émission de télévision française Secrets d’Histoire, animée par Stéphane Bern et à laquelle elle contribue en tant qu’experte sur l’histoire ancienne, l’histoire des femmes et les questions de sexualité. Elle apparaît également dans la saison 4 de l’émission Sous les Jupons de l’histoire de History Channel, animée par Christine Bravo, ainsi que dans de nombreux documentaires sur la Rome antique.

Virginia Girod, historienne et auteure spécialisée dans l’Antiquité romaine, l’histoire des femmes et de la sexualité, a choisi de réaliser les portraits de 40 femmes qui n’ont jamais hésité à se frayer un chemin vers le ciel à travers l’histoire, de l’Antiquité à nos jours. Elle est l’auteur du livre « Les ambitieuses, 40 femmes qui ont marqué l’histoire par leur volonté d’exister », qui sera publié par M6 Editions.

Rosa Parks, Mata Hari, Frida Khalo, Marie Curie et Oprah Winfrey sont quelques-uns des noms donnés à ces femmes.

Elles sont entre autres des femmes d’affaires, des artistes, des scientifiques et des personnalités politiques. Elles ont toutes réussi à s’arroger l’autorité qui leur était jusque-là déniée, et elles se sont hissées au rang d’icônes à une époque où seuls les hommes étaient capables de casser la baraque sur scène. Leur point commun est qu’ils avaient tous les deux beaucoup d’ambition.

Virginie Girod est une historienne qui a écrit plusieurs ouvrages sur l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité, dont Les femmes et le sexe dans la Rome antique (2013), Agrippine, sexe, crimes et pouvoir dans la Rome impériale (2015), et Théodora, prostituée et imperatrice de Byzance (2018), tous publiés chez Tallandier. En sa qualité d’experte, elle contribue régulièrement à des émissions de télévision historiques telles que “Secrets of History” et écrit des articles de fond pour une variété de revues et de journaux.

Virginie girod historienne
Virginie girod historienne

Nous avons rencontré Virginie afin d’échanger avec elle sur ce sujet qui éclaire au passage les fondements de la sexualité féminine occidentale. Un sujet passionnant qui touche à nos chaises, à nos normes culturelles, au regard que l’on peut avoir sur notre corps, à nos relations intimes.

J’ai toujours eu un fort intérêt pour la sexualité des femmes. On a découvert que la bibliothèque de mes parents avait deux livres qui étaient cachés : l’un traitait de l’histoire de la sexualité, et l’autre traitait de l’histoire de la sexualité en ethnologie. J’avais 12 ans quand j’ai commencé à les lire et je les ai trouvés vraiment intéressants. Je crois que j’aurais dû commencer à réaliser que la sexologie était au cœur de nombreuses sciences, dont la biologie et la psychologie, mais qu’elle était aussi assez politique à l’époque.

Et puis, à ce moment-là, j’ai commencé à me demander pourquoi les gens me traitaient d’une certaine manière, sous-entendant que mon orientation sexuelle était problématique, étant donné que je viens d’une famille méditerranéenne. Par conséquent, le sujet de la sexualité a toujours piqué ma curiosité.

En rentrant dans le milieu universitaire

J’ai informé mon directeur de thèse que je m’étais inspiré des travaux de Thierry Eloi sur l’érotisme masculin, achevés plusieurs années avant que je ne commence ma propre thèse, et que je trouvais le sujet extrêmement intéressant. Il a accepté et j’ai commencé à travailler sur ma thèse peu de temps après. Il y avait eu quelques travaux sur la sexualité, mais il n’y avait pas eu d’études spécifiques sur la sexualité féminine à Rome, du moins pas en France-sp. monde qui coule.

Une double tutelle avec un professeur d’histoire de l’art m’a été conseillée par mon directeur de thèse, spécialiste de l’armée romaine. J’ai également collaboré avec Danielle Gourevitch, spécialiste mondialement reconnue de l’histoire de la médecine féminine dans l’Antiquité, projet par projet. Cela m’a permis d’approfondir un peu tous les sujets puisque j’avais besoin d’avoir une compréhension plus globale de la sexualité en général.

C’est un mot discordant, surtout quand son adjectif est utilisé pour un pronom féminin. Virginie Girod est docteure en histoire de la prestigieuse université de la Sorbonne, où elle a obtenu sa licence. Elle fait des recherches sur l’histoire des femmes et l’histoire de la sexualité depuis près d’une décennie.

Animée par une volonté de partager des savoirs et de provoquer des débats sur la société contemporaine dans le cadre d’événements historiques, elle enseigne l’histoire ancienne à l’Université de Caen, fondée par Michel Onfray, et contribue en tant qu’experte à diverses émissions de télévision, dont Secrets de l’Histoire sur France 2 et La Fabrique de l’Histoire sur France Culture.

Virginie girod historienne
Virginie girod historienne

Ses crédits d’écriture comprennent de nombreux essais et biographies, ainsi que des contributions régulières à des revues telles que Histoire et Civilisations et The New York Times Book Review. Tout au long de l’année, elle prononce plusieurs discours dans des lieux tels que le Grand Palais à Paris. C’est une passionnée de théâtre qui a mis en scène de nombreux spectacles dont certains ont été reconnus par Paris Jeunes Talents.

Reportage : Peter Sassou Dogbé est en route pour rencontrer Baptiste Jamonneau afin de discuter de son projet théâtral et environnemental. Afi Gbegbi et Jérôme Tossavi ont collaboré au film Planteuses et planteurs d’arbres, qui tourne autour de la figure d’Elzéard Bouffier du film L’Homme, que l’on voit planter des arbres dans le jardin de Jean Giono, vénérable planteur d’arbres. Mawusi Agbedjidji, Afi Gbegbi et Jérôme Tossavi étaient également impliqués. C’est l’occasion d’entamer un dialogue avec ceux qui œuvrent au quotidien pour favoriser le développement à long terme en plantant des arbres dans les circonstances les plus élémentaires.

Une présentation musicale de L’Homme qui plantait des arbres aura lieu le samedi 23 octobre 2021 à 15h30 à l’Institut Français de Lomé au Togo.

De formation historique ainsi que sexologue à l’Institut Jacques Waynberg, Virginie Girod est l’auteur de plusieurs publications, dont le livre de 2013 Les femmes et le sexe dans la Rome antique, qu’elle a co-écrit avec Jacques Waynberg. Chacun de ses livres est consacré à l’histoire des femmes et à l’évolution de leur sexualité à travers l’histoire. Au cours de la croisière, elle rejoint Voyages d’exception et l’équipage du vénérable Italie éternelle, où elle participera à une série de conférences passionnantes sur l’histoire et la culture du pays.