Skip to content

Prix Billet Concorde

Prix Billet Concorde; Vos économies seraient complètement épuisées si vous dépensiez votre argent sur un billet pour voler sur le Concorde. Au milieu des années 1990, le coût d’un billet aller-retour Paris-New York s’élevait en moyenne à 30 000 francs, ce qui équivaut à 4 570 euros. Un prix qui n’a cessé d’augmenter, même après la mise hors service du supersonique. En 2001, le même voyage vous aurait coûté au minimum 8 000 euros et peut-être jusqu’à 9 300.

Prix Billet Concorde
Prix Billet Concorde

Les pièces de rechange du Concorde se sont vendues

A des prix exorbitants six mois seulement après le retrait officiel de l’avion. Lors d’une vente aux enchères tenue à Paris en novembre 2003 et organisée par Christie’s, 218 lots du supersonique ont été mis en vente. La somme de 130 000 euros a été dépensée pour l’acquisition d’un de ses moteurs. Un acquéreur pour une porte d’accès a pu être trouvé pour 28 000 euros. La partie la plus importante de l’appareil, le nez, sera vendue séparément. On a estimé que la pièce symbolique du Concorde, qui était chargée de lui donner son profil immédiatement reconnaissable, coûterait entre 10 000 et 15 000. Il a été acheté pour 420 mille euros.

Le Concorde est un avion de ligne supersonique qui a été en service de 1976 à 2003 avec British Airways et Air France. Il a été conçu conjointement par la société française Sud-Aviation (rebaptisée plus tard Aérospatiale) et la société aéronautique britannique (rebaptisée plus tard British Aerospace).

Cela fait treize ans qu’un Concorde n’a pas pris son envol. De plus, nous sommes déjà en mesure d’imaginer son successeur potentiel, appelé “Baby Boom”, et qui sera introduit sur le marché en 2023. Car l’objectif de la société américaine Boom Technology est de faire voler un avion plus vite que la vitesse du son, cet avion supersonique pointera l’extrémité de son fuselage dans la direction du mouvement vers l’avant de l’avion.

Ainsi, d’ici 2023, nous pourrons effectuer le trajet Paris-New York en seulement trois heures, ce qui est nettement plus rapide que le Concorde. D’autre part, il avait la capacité de transporter 45 passagers dans une section exclusive de première classe. Il a déjà un calendrier de commercialisation en place, avec les premiers tests prévus pour l’année 2017, et son premier vol prévu pour l’année 2020.

Le Concorde a plus que fait honneur à sa réputation d’avion supersonique. Il était capable d’atteindre des vitesses de pointe d’environ 2 200 kilomètres par heure, soit environ 1,8 fois la vitesse du son (qui est d’environ 1 200 kilomètres par heure). Et lorsqu’il a accordé toute son attention à ses moteurs, il a réussi à atteindre une vitesse de 2 400 kilomètres à l’heure. En comparaison, la vitesse de croisière de l’Airbus A380 d’aujourd’hui est d’environ 900 kilomètres à l’heure, soit environ 2,4 fois plus lente que celle du Concorde.

Le “grand oiseau blanc” était si rapide qu’il pouvait transporter une centaine de personnes de Paris à New York en seulement trois heures et trente minutes, contre environ huit heures aujourd’hui. Un voyage accéléré qui a cependant un prix : un minimum de 8 000 euros pour un aller-retour en 2003, année de son démantèlement (contre quelque 4 500 euros au milieu des années 1990).

Prix Billet Concorde
Prix Billet Concorde

En 1977, les autorités américaines ont mesuré le bruit émis par le Concorde lors d’un décollage à Washington à 119,4 décibels. Cela a été fait à l’aide d’un décibelmètre. Un volume de son qui est comparable au coup de tonnerre et qui est plus fort que le point auquel les humains ressentent une gêne audible (qui est d’environ 110 décibels). C’est la cause profonde des débats qui perdurent depuis si longtemps concernant cet oiseau particulièrement bruyant.

Les quatre moteurs Rolls-Royce/Snecma Olympus

Qui propulsaient le Concorde étaient non seulement puissants mais aussi très efficaces dans leur consommation de carburant. Par conséquent, l’appareil a utilisé près de 20 tonnes de kérosène pour chaque heure passée dans les airs. Le simple fait de décoller nécessitait 450 litres par minute de consommation de carburant de sa part. On a donc estimé que chaque passager consommerait 14 litres de carburant pour 100 kilomètres parcourus. C’est un total trois à quatre fois supérieur à la consommation d’un avion de ligne classique (l’Airbus A380 est à 2,9). Pour relativiser ces chiffres, rappelons que le Concorde a été conçu dans les années 1960, bien avant les chocs pétroliers.

ALLONGEMENT 20 CM
La vitesse supersonique du Concorde a entraîné la production d’une chaleur extrêmement intense, malgré le fait que la température à l’altitude de croisière du Concorde (entre 16 000 et 18 000 mètres) était de -57 degrés Celsius. Dès lors, son métal pourrait atteindre une température de 120 degrés Celsius, ce qui entraînerait un allongement de son fuselage d’environ 20 centimètres en raison de la dilatation des matériaux qui composent l’appareil.

Le fait que le Concorde n’ait été piloté que par deux compagnies aériennes – Air France et British Airways – illustre à quel point l’avion était rare. Le même jour, le 21 janvier 1976, leur premier volhts reliait respectivement Paris à Rio de Janeiro via Dakar et Londres à Bahreïn. Dakar était la ville de liaison. Même lorsqu’ils ont décollé, les deux avions étaient synchronisés l’un avec l’autre. Le Concorde n’a jamais volé sous d’autres couleurs durant toute sa carrière, qui a duré 28 ans et s’est terminée trois ans après l’accident survenu le 25 juillet 2000 à Gonesse (Val d’Oise).

A une altitude qui varie de 16 000 à 18 000 mètres, sa vitesse de croisière est de Mach 2,02, ce qui équivaut à environ 2 145 kilomètres par heure. C’était le premier avion civil à être équipé de commandes de vol électriques analogiques et comportait une aile delta qualifiée de «gothique». Les turboréacteurs à postcombustion qui propulsaient l’avion étaient à l’origine conçus pour le bombardier britannique Avro Vulcan.

Le premier vol commercial a eu lieu en 1976, et le dernier en 2003, après 27 ans. La grande quantité de carburant consommée par l’avion à chaque vol a entraîné une perte pour l’entreprise. Le crash mortel du vol Air France 4590 en juillet 2000, seul accident majeur impliquant un Concorde et entraînant la mort de 113 personnes, a contribué au déclin de la compagnie.

En raison du bang supersonique, l’appareil ne pouvait être utilisé que pour des liaisons volant principalement au-dessus des mers et des océans. Les populations des villes et villages survolés n’ont pas trouvé le dispositif particulièrement utile. Seules deux entreprises ont pu faire fonctionner l’appareil et seuls vingt exemplaires ont été produits, dont six exemplaires non commerciaux pour les tests et le développement.

Malgré cela, ce n’était pas seulement un moteur important du développement technologique et stratégique de l’Europe, mais il a également eu une influence significative sur la culture européenne. C’était le seul avion de passagers supersonique en service depuis un certain temps, bien qu’il partage cette distinction avec le Tupolev Tu-144, qui n’avait transporté de passagers que pendant quelques mois au total.

Même maintenant, douze ans après la retraite de l’avion de ligne, Concorde continue d’inspirer l’imagination des fans. Le groupe Club Concorde, fondé par des pilotes, des dirigeants de compagnies aériennes et des passionnés de voyages supersoniques, a lancé une campagne de financement afin d’acheter deux avions, dont l’un est celui qui est exposé à l’aéroport du Bourget. (Seine Saint Denis). L’un serait remis en état de navigabilité afin de pouvoir être loué à des entreprises pour être utilisé lors d’événements privés.

L’autre va être montré à Londres, sur les bords de la Tamise. Le journal britannique “The Daily Telegraph” rapporte que l’association Club Concorde a déjà levé 165 millions d’euros pour mener à bien son projet. L’organisation prévoit de réaliser son projet en 2019, qui marquera le 50e anniversaire du tout premier vol d’essai du « grand oiseau blanc ».