Skip to content

Affaire ben salah

Affaire ben salah; Après avoir été reconnu coupable du meurtre de quatre Néerlandais, Kamel Ben Salah a été condamné à la prison à vie avec vingt-deux ans d’assignation à résidence. La cour d’appel n’a pas fait la lumière sur cet incident louche et l’affaire a été rejetée.

Même après plus de onze ans et deux procès, d’abord devant la cour d’assises du Gers en 2002, puis devant la cour d’assises de la Gironde l’année suivante, on peut encore se demander si Kamel Ben Salah a agi seul dans le meurtre d’Artie Van Hulst en 1999. , sa femme Marianne, et Johan et Dorothea Nieuwenhuis, un couple de couples hollandais, le 20 mai 1999, à Monfort, un paisible village gersois.

La question, maintes fois posée, n’a jamais reçu de réponse. Kamel Ben Salah n’a jamais faibli dans sa croyance en sa propre innocence. Il est même allé plus loin en dissimulant l’identité d’un probable collaborateur ou sponsor.

Affaire ben salah
Affaire ben salah

Pourtant, dès novembre 2009, les gendarmes de la division de recherche de Toulouse pensent avoir découvert une trace. Les enquêteurs sont en route pour l’Espagne. Dans la ville de Barcelone. Lorsqu’ils examinent l’ADN extrait d’un morceau de colle qui a été utilisé pour lier et bâillonner l’une des victimes, ils constatent que les empreintes digitales correspondent à l’empreinte génétique d’un homme qui était très probablement présent sur le lieu du crime. Pourtant, ce marginal toulousain d’origine catalane, qui était là au moment des faits et partageait un joint avec Kamel Ben Salah, a été disculpé. Pour l’instant, aucune nouvelle preuve n’est apparue qui pourrait ressusciter l’affaire.

Et c’est ainsi que le franco-tunisien Ben Salah, qui travaillait illégalement au domicile de La Boupillère à Monfort, est considéré comme l’auteur le plus probable. C’est une chose sur laquelle ses partisans ont longtemps insisté. “Il n’y a pas eu un seul individu responsable de la mort des quatre personnes”, assure Me Édouard Martial, avocat à Agen. Cette enquête, qui venait de commencer, était déjà terminée. “

Kamel ben salah aujourd’hui

Depuis le jeudi 20 mai 1999, Kamel Ben Salah peint la maison que vient d’acheter Artie Van Hulst, un entrepreneur de 50 ans originaire des Pays-Bas. La ferme est actuellement en rénovation. Kamel Ben Salah réside à Estramiac, une communauté à quelques kilomètres du lieu de l’action. De ce fait, il entretient une relation de travail avec Henri Wagemans et Wilhelmina Peeters, un couple hollandais qui a escorté les Van Hulst et leur a fait découvrir le Gers, ainsi qu’à cet ouvrier compétent de leurs mains.

Kamel Ben Salah travaille comme coordinateur des espaces verts à temps partiel à la mairie de Sarrant, gagnant un salaire mensuel de 421 euros. Il est bien connu pour le trafic de cannabis, mais il ne refuse pas l’opportunité d’effectuer des travaux de bricolage pour Artie Van Hulst afin d’augmenter ses revenus.

Être complaisant, Kamel Ben Salah, 37 ans, teint terne et polo gris, est accusé des quatre meurtres de Hollandais survenus à Montfort le 20 mai 1999. Il sait s’adapter à son auditoire et parle à voix basse. « Selon les situations et les interlocuteurs, différentes versions sont délivrées, qui ne sont pas toujours identiques », expliquait hier le psychiatre Roger Franc devant la cour d’assises du Gers.

Affaire ben salah
Affaire ben salah

Dès lors, ce quatrième fils de sept frères et sœurs, abandonné par sa mère à l’âge de 13 ans, embarqué par son père en Tunisie pour atterrir un temps dans un orphelinat, récupéré par son père qui lui administre des « bastonnades », puis condamné à de la prison pour divers vols, peut parfois « banaliser » avec cet expert « il y a bien plus malheureux que moi, “et parfois” dramatiser “son itinéraire dans une lettre autobiographique écrite en 1992 à son psychiatre d’Auch, qui l’avait interné, à la suite de ‘

Lorsque le docteur Franc s’enquiert des cicatrices sur ses poignets, Kamel ben Salah révèle qu’il a tenté de se suicider à trois reprises en Tunisie (entre 13 et 27 ans), ainsi qu’une fois en prison en France. Au cours de son séjour de six semaines à l’hôpital psychiatrique d’Auch, le maçon-peintre fumeur de haschich s’est automutilé six fois, nécessitant “jusqu’à 16 points de suture” à chaque fois. Selon les psychologues Hovespian et Pénin, “sa prédisposition à passer à l’acte agressif auto et hétéro peut être préservée en lien avec le déroulement des événements”, dont les coups de couteau et les tirs à la carabine répétés sur les quatre victimes.

Ultimatum. Kamel ben Salah travaillait comme jardinier à la mairie de Sarrant en contrat emploi-solidarité au moment des faits et parfois au noir sur des chantiers. Il affirme ne plus être concessionnaire depuis un mois à la suite d’un ultimatum lancé par sa partenaire commerciale Sandrine. Le couple doit environ 20 000 francs de dettes. Pourtant, moins de deux jours après le triple meurtre du Hollandais, Kamel ben Salah achète des bijoux et autres objets pour près de 10 000 francs, alors qu’il a été privé de ses seize cartes bancaires.

Faites entrer l’accusé

Par exemple, le Dr Franc ajoute que lorsqu’il s’agit d’argent, « il déclare d’emblée qu’il n’économise jamais sur une transaction, et à la conclusion que ses achats ont été payés avec l’argent de sa société de haschisch, et il le dit avec la même assurance. “Ce sont les plus importants pour le psychiatre” Caractéristiques hystrioniques pour captiver son interlocuteur, par crainte d’être rejeté ou abandonné. La source de ses peines est due à sa nature œdipienne.

Selon lui encore une fois, Kamel ben Salah n’est pas un fou délirant susceptible d’avoir des hallucinations, mais plutôt un type qui présente des « traits de personnalité psychopathes » et ne supporte pas la frustration, ce qui explique sa propension à briser les tabous sociaux et à s’engager. préjudice. Le docteur Franc y voit de la “confabulation” où les avocats des parties civiles perçoivent des “mensonges” pour dissimuler la vérité que Ben Salah leur a dite.

Affaire ben salah
Affaire ben salah

Smic a pris quatre vies en échange de deux. C’étaient les noms des quatre Néerlandais qui ont été tués dans leur résidence de campagne à Monfort, près de Mauvezin, dans le Gers en 1999. Ils s’appelaient Artie, Marianne, Johan et Dorothea. Les Van Hulst, un couple dans la quarantaine, avaient acheté cet immeuble dans ce quartier parce qu’il leur plaisait.

Pourtant, le soir du 20 mai, l’enfer éclate sous leurs pieds. Artie Van Hulst a été assassiné à son domicile. En rentrant après une soirée au restaurant, sa femme Marianne, sa belle-sœur Dorothea et son beau-frère Johan Nieuwenhuis ont tous été poignardés et égorgés. Grande émotion dans le Gers, d’ordinaire si paisible, et aux Pays-Bas où l’affaire a fait l’actualité nationale.

L’enquête indique immédiatement que la motivation est de nature néfaste. Car leurs cartes bancaires ont été utilisées à la fois avant et après le drame : 42 tentatives de retrait ont été effectuées, dont une quinzaine seulement ont abouti. Le tueur leur a extorqué les mots de passe et s’est emparé de 10 000 francs (environ 2 000 € en monnaie d’aujourd’hui). Kamel Ben Salah, 35 ans, a été identifié comme le suspect numéro un par les gendarmes après une série de fausses pistes. Ce petit trafiquant de cannabis effectuait des travaux de peinture sombre pour les Hollandais, ce qui l’a mis sous les projecteurs. Il est la dernière personne à les avoir vus vivants, mais il est catégorique dans son déni de leur existence.