Skip to content

Affaire Charles Olivier Adde

Affaire Charles Olivier Adde; Depuis ce matin, le parquet plaide pour que l’accusé purge une peine de vingt-cinq ans de prison. Devant le jury, le procureur a qualifié le double homicide qui faisait l’objet d’une enquête de “crime bizarre et irrationnel”. Elle ne met pas en doute la responsabilité de Charles-Olivier Adde dans le crime en tant que chef d’entreprise. L’accusé est accusé d’avoir commis des crimes horribles. Tragiquement, il a tiré et tué sa femme et sa fille, commettant un double homicide dans le processus. Ses devoirs et responsabilités sont terminés. Ce complot de meurtre contre lui avait été méticuleusement planifié et préparé jusque dans les moindres détails.

Zineb el rhazoui chirurgie
Affaire Charles Olivier Adde

Cette “intrusion insoutenable” dans la “sphère familiale” d’Ombeline est essentielle pour comprendre “le pourquoi et le comment”, a ajouté le magistrat, qui a rappelé qu’Ombeline avait été hospitalisée pour cause de famine. Concrètement, le magistrat faisait référence au fait qu’Ombeline avait été hospitalisée.

Après enquête, il a été déterminé

Que Charles-Olivier Adde était responsable de la mort de sa femme et de sa fille. Il a reconnu le meurtre de deux personnes en juillet 2019, alors qu’il était en garde à vue par la police et peu de temps après le crime. Il a récemment été reconnu coupable par un jury de la cour d’assises de l’Hérault, qui l’a condamné à 18 ans de prison. Les prévenus, présents à Montpellier lors de la lecture du verdict, ont gardé le silence tout au long de la procédure, et ils se sont également vu remettre une ordonnance de traitement pour une durée de cinq ans.

Madame Adde a pris la décision de séparer sa famille aux Rives, située sur le plateau du Larzac. Cette décision a été prise dans le cadre “d’une relation fusionnelle entre Madame Adde et ses enfants”. Elle a soutenu que leur attachement « autoritaire et excessif » faisait que leurs parents « finissaient par les détester », et que c’était la cause profonde de leurs problèmes.

Elle était le cerveau derrière le stratagème visant à tuer un grand nombre de personnes lorsque leurs trois enfants ont été disposés de manière ordonnée. En juillet de cette année, il a tué sa femme et le fils de 20 mois du couple, mais à ce moment-là, il avait déjà renoncé à l’idée de tuer ses deux autres fils.

qui demande des documents pour l’aider à comprendre ce qui se passait et pourquoi. La conseillère juridique explique comment elle a réussi à obtenir le consentement des parents afin de recueillir les informations médicales nécessaires pour parvenir à cette conclusion. La raison de l’urgence inattendue est au-delà de ma capacité à comprendre.

Après avoir parlé avec le pédiatre, elle m’a dit qu’elle allait être hospitalisée, alors j’ai pris la décision d’aller voir le juge qui s’occupe des cas des enfants. Mes clients n’ont pas pu s’endormir à cause de la situation actuelle dans laquelle ils se trouvaient. Je vais lui écrire une lettre expliquant les incohérences de la situation et la lui envoyer.

La tâche d’obtenir Ombeline et de se renseigner sur les conditions de vie de l’enfant était un défi. L’Unité des sciences cliniques et de la santé (CHU) n’a pu effectuer le suivi proposé en raison d’une myriade de problèmes. Le 5 juillet, nous avons informé le procureur de notre intention de demander un placement pour le prévenu. Un examen médical pour le bébé était prévu à l’hôpital local, il y a donc été amené.

Tout allait à merveille avant la catastrophe, la maladie et le confinement à l’hôpital. Cette lettre fait preuve à la fois de défi, de confusion et d’un désir d’éviter l’amitié. Au début, il y avait un air de paranoïa sur la situation. présentant déjà des signes compatibles avec la folie

Zineb el rhazoui chirurgie
Affaire Charles Olivier Adde

L’impression de discrimination. Cette lettre clarifie la confusion que les parents ont vécue, ainsi que leurs efforts et la série apparemment interminable de rendez-vous médicaux. Le patient a demandé 14 des 24 rendez-vous prévus avec le médecin.

La lumière des spécificités de la situation que nous avons ici

Notre amour sans fin nous a conduit à la mauvaise conclusion, et nous le regrettons. La victime potentielle qui a une intention criminelle est une préoccupation importante à avoir. Il y en a deux, mais il est possible que l’un ait un impact plus important que l’autre.

C’est une décision très difficile à prendre pour Samantha de se séparer de ses enfants adoptifs. Elle est certaine que ses enfants, qui ont une espérance de vie de 17 ans, seront placés et contraints à la prostitution, à la consommation de drogue et à l’abus en raison du système nouvellement établi. Ses enfants ont une espérance de vie de 17 ans. Elle a également un impact significatif sur lui.

Dès qu’ils ont commencé, il a compris qu’ils avaient tort. Pendant toute la durée de l’événement, ils avaient tous les deux tort. Cela peut être déduit du fait que c’est lui qui a capté le signal indiquant que la lumière s’était rallumée. C’est un retour à la clarté d’esprit, au discernement et à l’authenticité de Charles-Olivier Adde.

L’attOrney General a demandé au jury d’examiner la possibilité que l’autorité parentale puisse être révoquée en raison de circonstances sans rapport avec l’assassinat lui-même. Cette demande s’ajoutait à la demande du procureur général d’une ordonnance de placement décennal. par les ancêtres de votre père.

Charles-Olivier Adde a tué sa femme Samantha et leur fille Ombeline, âgée de 20 mois, le 16 juillet 2019, aux Rives, près de Lodève. Après cela, il a renoncé à tuer leurs deux aînés et s’est suicidé, comme le couple avait prévu de le faire. dans un pacte de suicide. La cour d’assises de l’Hérault entend actuellement sa cause ; le verdict devrait être rendu le mercredi 9 mars. La demande faite par l’avocat général portait sur une peine de 25 ans.

A l’ouverture du troisième et dernier jour du procès de Charles-Olivier Adde, qui sera le dernier jour, la cour d’assises de l’Hérault entendra les différentes conclusions et l’acte d’accusation. A la fin de la journée, un verdict devrait être rendu. Depuis le lundi 7 mars, il est jugé pour le double meurtre survenu en 2019.

Cette « intrusion insupportable dans le domaine familial » avait eu lieu, selon ses termes, parce qu’Ombeline avait été hospitalisée pour traitement de malnutrition. Outre la “relation fusionnelle” entre la mère et ses enfants, Mme Adde isole la famille dans un village du plateau du Larzac : “C’est un amour incroyable, irrésistible”, remarque Mme Delande, qualifiant ce double meurtre de “fou”. et acte irrationnel.” La Xe enquête est la Outre la “relation fusionnelle” entre la mère et ses enfants, Mme Adde isole la famille dans un village sur le Larza

Parce qu’ils n’avaient pas prêté attention la première fois, il y a eu des moments où j’ai dû répéter ce que j’avais dit trois, quatre ou même cinq fois. Selon mon point de vue, la question n’est pas l’ordonnance du tribunal en soi, mais plutôt la personne qui est chargée de l’exécuter.

J’ai finalement pensé : “Je ne vois pas d’autre moyen de mettre fin à cela.” La juge n’avait pas de greffier car la seule personne qui aurait pu remplir ce rôle était la juge elle-même, et elle passait tout son temps à travailler à l’hôpital. Mme Adde et Ombeline seraient encore en vie aujourd’hui si cette femme avait exercé ses responsabilités d’assistante sociale, mais les services sociaux n’exercent pas leurs fonctions.