Skip to content

Affaire tapie adidas

Affaire tapie adidas; L’affaire Crédit lyonnais (appelée aussi affaire Adidas ou affaire Lagarde – Tapie) est un litige qui fait rage depuis 1992 entre Bernard Tapie et la Société de Banque Occidentale (SdBO), filiale du Crédit lyonnais elle-même une société cotée en bourse au moment des faits. La décision arbitrale dans cette affaire, rendue en 2008, est vigoureusement contestée.

Selon des pièces judiciaires déposées en juin 2021, le parquet général avait requis une peine de cinq ans de prison avec sursis et 300.000 euros d’amende pour “complicité d’escroquerie” et “détournement de fonds publics”. Bernard Tapie n’avait pas pu se présenter lors des précédentes apparitions publiques en raison de complications liées à son traitement contre le cancer. L’affaire a été surnommée “la quintessence du journalisme d’investigation” en raison de la manière dont elle a été traitée.

Affaire tapie adidas
Affaire tapie adidas

Un nouveau chapitre s’est ajouté à la saga de Bernard Tapie et du Crédit Lyonnais, qui touche désormais à sa fin. La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) va réexaminer, pour la première fois, la légalité de la vente d’Adidas par la banque en 1993, grâce aux efforts de l’homme d’affaires de 78 ans, qui remporte une victoire dans son marathon juridique mercredi. Cette opération a marqué le début des poursuites judiciaires contre l’ancien propriétaire d’Adidas, toujours pendantes à ce jour.

Adidas est soupçonné d’avoir fait une acquisition illégale en 1993.

Jusqu’à fin mars de cette illustre année 1993, l’homme d’affaires est ministre de la Ville, poste imposé au gouvernement Bérégovoy par le socialiste Mitterrand. Bernard Tapie s’amuse dans ce rôle alors que la gauche est chassée par les victoires législatives de la droite, et il espère poursuivre sa carrière politique.

En conséquence, il améliore son image et tente de vendre ses entreprises le plus rapidement possible, y compris le géant des articles de sport Adidas. Pour ce faire, il a délégué le pouvoir de vente au Crédit Lyonnais, qui a ensuite été rendu public. Alternativement, la banque participe à l’acquisition du groupe pour 315,5 millions d’euros avant de revendre Adidas pour un prix bien plus élevé…

Affaire tapie adidas
Affaire tapie adidas

Le tribunal de commerce de Paris a fait droit à la requête de Bernard Tapie, qui est désormais en attente de jugement en appel d’une décision arbitrale contestée finalisée en 2018. Tapie a déposé la requête lundi. L’ancien ministre a demandé que la CJUE soit convoquée afin qu’elle donne une interprétation du droit de l’Union européenne dans cette affaire.

Bernard Tapie a reçu la citation à comparaître de la Cour de justice des Communautés européennes. Selon un rapport de l’AFP, l’ex-ministre des finances a réussi à faire examiner pour la première fois par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) la légalité de la vente d’Adidas par le Crédit Lyonnais en 1993, qui a abouti à la apparition de poursuites judiciaires contre l’ex-ministre des finances qui sont toujours en cours.

M. Tapie, qui est actuellement en appel d’une décision arbitrale contestée ayant servi à résoudre ce conflit en 2008, a vu le tribunal de commerce de Paris faire droit à sa demande de renvoi de l’affaire devant la Cour de justice des Communautés européennes pour qu’elle se prononce sur l’interprétation de La justice européenne dans cette affaire, dans laquelle l’entrepreneur, âgé de 78 ans et atteint d’un cancer, affirme avoir été « grugé » par les Lyonnais.

Depuis 1994, M. Tapie porte cette plainte à la connaissance de toutes les juridictions européennes ayant examiné l’un des aspects de l’affaire Adidas, objet d’un marathon judiciaire de plus de 25 ans et source de son échec personnel. Le jury a reconnu Bernard Tapie coupable d'”escroquerie” dans le cadre d’une audience d’arbitrage mardi. “Cette fois, c’est fait (…) on va pouvoir enfin mettre cartes sur table, et je vous promets quelques surprises”, a déclaré Tapie après l’annonce du verdict.

L’année 1993 a été surnommée “l’année du bonheur” dans la capitale phocéenne. En plus de remporter la prestigieuse Ligue des Champions, l’Olympique de Marseille remporte pour la dixième fois le prestigieux championnat de France. Bernard Tapie, le président du club, est en présence des anges. Cependant, cette année sera bientôt pour lui le début d’une longue bataille juridique qui durera jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de 76 ans et sa retraite, qui aura lieu mardi.

Tapie met la banque en défaut en 2005-2006.

Le Consortium de réalisation (CDR), qui gère le passif du Crédit lyonnais après la quasi-faillite de la banque en 1993, a été condamné à verser 135 millions d’euros (intérêts compris) à l’ancien directeur de l’OM en septembre 2005, après des années de procédure judiciaire . Alternativement, le gouvernement a dit.

Selon lui, c’est même à cause de son mécontentement vis-à-vis de la justice qu’il met en cause son cancer de l’œsophage, dont les complications l’ont empêché de contribuer au verdict libérateur. Dans cette section, nous allons passer en revue les raisons des plusieurs revirements dans le dossier de la faillite du Crédit Lyonnais, qui peuvent se résumer en huit grandes étapes.

Affaire tapie adidas
Affaire tapie adidas

Bernard Tapie est en plein désarroi, estimant que le Crédit Lyonnais a rentabilisé son investissement. Il poursuit ensuite la banque pour 990 millions d’euros, affirmant que l’argent a été obtenu par « assemblage frauduleux ». C’est le début d’une longue bataille.

Dans cette affaire, la CJUE doit désormais statuer sur 16 « questions préjudicielles », qui ont été condensées en un seul interrogatoire par la défense de Bernard Tapie : « Doit-on suspecter Bernard Tapie d’avoir été frustré de son juste prix pour la vente d’Adidas par moyen d’un montage frauduleux?”, selon un communiqué de presse de la firme de Mes Jean-Louis Duplessis et Jean-Louis Duplessis.

Les avocats de M. Tapie affirment qu’une décision le déclarant victime de telles violations entraînerait une restitution pleine et entière de ses pertes. Dans l’une des questions posées à la Cour, il a été demandé si cette compensation serait équivalente à la capitalisation boursière actuelle d’Adidas, qui dépasse les 50 milliards d’euros.

L’entrepreneur, atteint d’un cancer, affirme avoir été « grugé » par les Français. Depuis 1994, Bernard Tapie porte cette plainte à la connaissance de toutes les juridictions européennes impliquées dans l’un des nombreux volets de l’affaire Adidas, qui fut le catalyseur de son échec personnel en 1994 et le début d’une marathon qui a duré plus de vingt-cinq ans.

Le Tribunal Correctionnel de Paris a prononcé un assouplissement général dans la procédure contre Bernard Tapie le 9 juillet 2019, déclarant notamment : « Il faut reconnaître que les éléments du crime d’escroquerie n’existent pas dans le cas de M. Bernard Tapi.” La cour d’appel devait statuer sur l’affaire le 6 octobre, selon un communiqué du parquet de Paris, qui contestait la décision. En conséquence, la conclusion de l’histoire sera écrite sans l’implication du personnage principal et dans une contradiction inhabituelle. Les décisions en sa faveur se sont accumulées, mais le remboursement des 403 millions d’euros versés au cours de l’arbitrage qui s’est achevé en juillet 2008 doit encore être achevé.