Skip to content

Alain frachon fils de

Alain frachon fils de: Benoit Frachon était un syndicaliste et homme politique français. Il est né le 13 mai 1893 à Chambon-Feugerolles (Loire) et décédé le 4 août 1975 à Bordes (Loiret). Membre du secrétariat de la Confédération générale du travail (CGT) en 1936, il a été secrétaire de la CGTU en 1933, secrétaire général de la CGT de 1945 à 1967 et président de la CGT de 1967 à 1975. Il a été personnage clé de la Résistance et membre du bureau politique du Parti communiste français (PCF).

https://en.wikipedia.org/wiki/Alain_Frachon

Alain frachon fils de
Alain frachon fils de

Mardi, c’était la première fois que toutes les grandes fédérations de l’électricité et du gaz (allant de l’influente CGT aux cadres de la CGC) travaillaient ensemble pour mener un débat sur l’avenir du secteur public “sans tabou”. Plus de 5 000 salariés d’EDF et de GDF se sont réunis pour l’événement qui s’est déroulé dans l’immense halle de la Villette. On se demandait à quoi tout cela allait donner naissance : un syndicat Woodstock ? Une grand-messe œcuménique ? L’ambiance était chaude et les thèmes abordés étaient des sujets brûlants (politiques de déréglementation, politique énergétique et tutti quanti).

Assiette étoile. Ni. Nous étions les téléspectateurs

D’une action télévisée étonnante et hautement invraisemblable en même temps. Tous les composants nécessaires à la discussion cathodique étaient disposés sur une scène massive montée au milieu de la salle. Un animateur avec beaucoup de puissance supplémentaire (Guillaume Durand). Un groupe d’une trentaine d’individus considérés comme « d’excellents témoins », qui ont été interrogés à l’aide d’une fronde.

Il y avait un coin salon avec de profonds fauteuils inclinables où se trouvaient les chefs des cinq fédérations, ainsi qu’un bureau derrière lequel présidaient les trois intellectuels les plus en vue du service (Emmanuel Todd, auteur de L’Illusion économique, le sociologue Michel Wieviorka et Guy Sorman, essayiste libéral conseiller d’Alain Juppé). Une vaste étude avait été commandée à la Sofres, et les conclusions de cette étude seront distillées au cours de la matinée. Sans oublier un coin de table pour le service enquêteur : une vaste étude avait été commandée à la Sofres. La somme, par conséquent, vue à travers l’objectif de

À 10 h 30 précises du matin, un homme entre sur scène et entre dans le micro, où il s’exclame : « Top crédits ! Le générique susmentionné, “Potemkine au pays du service public, version clip”, commence à jouer sur les écrans géants qui sont positionnés dans l’immense salle. Suite à la généralisation des micro-trottoirs chez les usagers, les électriciens et les gaziers, des “extraits typiques de trente heures de rushes” serviront à préciser un Durand hautement “on est entre nous, je vous explique”.

C’est comme ce qui était dit dans l’article, mais en bien mieux, l’animateur dirait en substance : « Une émission sur un sujet aussi important et sur une durée aussi longue (trois heures, ndlr), c’est difficile à faire à la télé aujourd’hui. ‘aujourd’hui.'”

Pour donner leurs noms complets, ses parents sont Michel Frachon et Jocelyne Roda, mais la plupart des gens l’appellent simplement Jocelyne.

Alain Frachon est un journaliste français né en 1950. Il est actuellement employé par Le Monde, principal quotidien de centre gauche en France, et est l’auteur de diverses publications. Ce jour de l’année 1950 vit la venue au monde d’Alain Frachon. 1974 est l’année où il obtient son diplôme du Centre de formation des journalistes (CFJ).

Le “spectacle” commence. Olivier Frachon, président du comité central d’entreprise d’EDF et organisateur des festivités, est apparu avec Durand alors qu’ils se frayaient un chemin sous les projecteurs. Dans l’Etat EDF, le petit-fils de Benoit Frachon, figure historique associée à la CGT, occupe le poste de maître d’Etat. Le formidable comité dont il dispose n’est rien de moins que l’ultime iceberg français sur la route du grand paquebot libéral. Autrement dit, si le duo Durand et Frachon fait rêver, c’est bien de cela qu’il s’agit. “Olivier est nerveux. Nous lui donnons un tonnerre d’applaudissements pour “avoir lancé le suralimenté. Nous l’applaudissons.

Les informations restantes seront à jour. Lorsque le moment sera venu, Durand ouvrira et fermera des fenêtres de discours opportunément chronométrées, qui seront entrecoupées de sondages et d’interventions de soi-disant “experts”. La télévision va tout mettre en œuvre pour canaliser la “discussion” sur le syndicat. Le tout dans un but exclusif d’utilisation au sein de l’entreprise, car “l’émission” en circuit fermé n’est pas destinée à être distribuée publiquement.

Alain frachon fils de
Alain frachon fils de

« Formés et expérimentés » Notre conditionnement ferait-il en sorte que pour parler au syndicaliste, il faille d’abord s’adresser au spectateur en mettant toutes les formes cathodiques ? Olivier Frachon répond : « Nous souhaitions une forme ouverte et transparente », et il est relativement satisfait du produit final.

Mercredi, le groupe Le Monde, composé

Quotidien éponyme ainsi que de plusieurs magazines dont Télérama, a donné son avis ovale à la constitution d’un fonds de dotation qui sera nécessaire pour assurer l’autonomie du fonds. Dans le même temps, le groupe a annoncé qu’il serait l’un des bénéficiaires au cours de l’année 2020.

Lors d’une réunion du conseil de surveillance du groupe Le Monde mercredi, le “fonds pour la liberté de la presse” a été officiellement créé, tout comme Xavier Niel, le fondateur de l’opérateur télécom Free, s’y était engagé en décembre dernier.

Ce type de structure, déjà adopté par le média en ligne Mediapart et le quotidien Libération, “permettra de pérenniser l’indépendance capitalistique du groupe”, ont déclaré Louis Dreyfus, président du directoire, et Jérôme Fenoglio, vice-président du directoire. directoire et directeur mondial, assure le public dans un communiqué.

Comment ? Cette structure détiendra en son sein les parts majoritaires détenues par la holding de Xavier Niel dans les médias français ainsi que ses parts dans la société Le Monde Libre, qui contrôle le groupe Le Monde et L’Obs. Par ailleurs, cette structure détiendra en son sein les parts de la holding de Xavier Niel dans la société Le Monde Libre.

De ce fait, ces participations “seront statutairement incessibles”, et toute modification de ce statut “ne pourra avoir lieu sans un vote favorable du représentant du pôle de l’indépendance”, comme l’expliquent les dirigeants dans le détail ci-joint. En effet, le pôle de l’indépendance regroupe les sociétés de journalistes, de collaborateurs et de lecteurs.

Un conseil d’administration a été mis en place dans le but d’assurer le bon fonctionnement de ce fonds de dotation. Nicole Notat, fondatrice de l’agence de notation sociale Vigeo Eiris, et Alain Frachon, journaliste, sont tous deux des personnalités qualifiées qui ont été choisies pour siéger au conseil.

Tout le monde devrait se préoccuper de l’avenir de la fonction publique. C’est pourquoi nous avons des sondages et pourquoi nous avons des gens de l’extérieur de l’organisation qui interviennent. Notre discussion doit se répercuter sur les membres de la société civile et fournir un forum pour une variété de points de vue. Oui, mais qu’en est-il des caméras, Guillaume Durand ? “Il fallait des pros pour animer une discussion alors qu’il y avait 5 000 personnes là-bas”,

Les “professionnels” auront occasionné au comité central d’entreprise une dépense supplémentaire de “quelques centaines de milliers de francs tout compris”. De manière générale, il est important de garder à l’esprit que 50 % des Français soutiennent l’idée de privatiser EDF. Concernant la structure, on peut observer le développement du télésyndicalisme.

Alain frachon fils de
Alain frachon fils de

Entre les années 1975 et 1985, Frachon est employé par l’Agence France-Presse, période au cours de laquelle il acquiert une grande expertise industrielle. Tant à Jérusalem qu’à Washington, DC, où il a élu domicile, il a travaillé comme correspondant étranger pour Le Monde. Rédacteur en chef par intérim : Il a pris les fonctions de rédacteur en chef en novembre 2012 et est resté à ce poste jusqu’en mars 2013, succédant à Érik Izraelewicz, qui occupait auparavant le poste.