Skip to content

Loi Pouvoir D Achat Assemblée Nationale

Loi Pouvoir D Achat Assemblée Nationale; En exécution d’une promesse de campagne faite en réponse à la flambée de l’inflation, le projet de loi sur le pouvoir d’achat et sa pléthore de mesures de soutien ont été déposés à la Chambre lundi. L’opposition devrait prendre d’assaut la chambre avec de nouvelles propositions d’aide. Minima sociaux réévalués, remise sur les chèques carburant et alimentation, etc… A partir du lundi 18 juillet, l’ordre du jour de l’Assemblée comprendra à la fois le projet de loi pour le pouvoir d’achat et le projet de loi de finances rectificative pour 2022. Ils proposent divers programmes d’aides pour aider les ménages à faire face aux effets de l’inflation.

Loi Pouvoir D Achat Assemblée Nationale
Loi Pouvoir D Achat Assemblée Nationale

Bruno Le Maire, le ministre français de l’Economie

A averti depuis la tribune que son pays n’entrerait pas dans une “logique de surenchère”, alors même que 20 milliards d’euros d’aide avaient déjà été proposés. “J’espère que nous pourrons avancer de la manière la plus constructive possible”, a-t-il déclaré.

Là encore, il s’est lancé dans l’énoncé dans un hémicycle bien fourni aussi bien à l’extrême droite qu’à l’extrême gauche. “Le compromis ne peut pas être acheté avec des milliards”, a-t-il déclaré.

Cependant, après avoir débattu de l’article 1 du premier projet de loi pendant quatre heures et demie dans l’après-midi puis dans la nuit, les députés n’ont pu parvenir à une conclusion. L’article 1 du premier projet de loi prévoit le maintien de la “prime Macron”, qui est une prime exceptionnelle exonérée d’impôts et non socialisée pour les travailleurs.

La majorité des gens ne sont pas d’accord avec la position de l’alliance de gauche Nupes selon laquelle les primes pour “fumer” devraient “remplacer les salaires”. Nupes n’a jamais cessé de critiquer la pratique. Avant tout, les Insoumis s’en sont pris aux “bons alliés de la macronie”, qu’ils ont définis comme les députés RN qui, selon eux, cherchaient à amender ou élargir la prime plutôt qu’à s’y opposer.

Le projet de loi composé de vingt articles et intitulé “portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat” a passé la première lecture et sera à nouveau débattu jeudi. Plus d’un millier de modifications ont été apportées à la clé. L’examen du projet de budget rectificatif pour 2022, qui doit permettre de financer et de compléter ces mesures, se poursuivra entre les députés européens.

Les augmentations prévues de 4 % des pensions de retraite et des allocations sociales, l’augmentation de 3,5 % des salaires des agents publics, et un chèque alimentaire sous condition de ressources de 100 euros, auxquels s’ajouteront 50 euros par enfant, sont parmi les plus importants.

Il y a aussi l’extension de la remise carburant de 18 centimes ainsi que le bouclier tarifaire sur l’énergie. De plus, la redevance audiovisuelle a été supprimée et la prime Macron a été multipliée par trois.

Le Parti communiste a contrecarré un effort pour faire passer un ensemble de mesures en les réduisant « au goût de trop peu ». L’avis de Sandrine Rousseau, écologiste, est que c’est “quelques miettes et beaucoup de carbone”.

Lors de l’allocution donnée à l’exécutif, le porte-parole des Républicains (LR), Thibault Bazin, a accusé qu’il y a “mécontentement et incompréhension”, et qu’en accordant des chèques à certains, “vous fracturez la société”. Son organisation milite notamment pour une “baisse du prix du carburant à 1,5 euro le litre”. [Citation requise]

Loi Pouvoir D Achat Assemblée Nationale
Loi Pouvoir D Achat Assemblée Nationale

Si tout se passe selon le plan présenté par le gouvernement, l’adoption définitive aura lieu le 7 août après avoir été brièvement discutée avec le Sénat. Parce qu’il n’y a pas actuellement de majorité qui puisse être considérée comme absolue, le jeu va être difficile à jouer pour les macroéconomistes s’ils veulent maintenir les « équilibres » financiers.

Olivier Véran, porte-parole du gouvernement français

A été cité sur France 2 comme disant : “Tout au long du week-end, les téléphones ont chauffé partout, on a consulté à gauche, on a consulté à droite (…), Je suis convaincu que nous trouverons un bon accord pour les Français.”

Le projet de loi sur le pouvoir d’achat a commencé à être examiné en séance publique lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale, par un affrontement entre le camp présidentiel et les députés de l’opposition. C’était une promesse de campagne faite face à la flambée de l’inflation.

Le projet de loi qui se compose de vingt articles et s’intitule “portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat” sera lu pour la première fois jeudi 21 juillet, et il y a plus de cinq cents amendements à examiner. L’examen du projet de budget rectificatif pour 2022, qui doit permettre de financer et de compléter ces mesures, se poursuivra entre les députés européens.

Lire la suite des événements politiques qui se sont déroulés le 18 juillet ici : débats houleux depuis le début de l’examen du projet de loi sur le pouvoir d’achat à l’Assemblée nationale
Les augmentations anticipées de 4 % des pensions de retraite et des allocations sociales, la hausse de 3,5 % des salaires des fonctionnaires, un chèque alimentaire sous condition de ressources de 100 euros, auxquels s’ajouteront 50 euros par enfant. Cessont parmi les plus importants.

Il y a aussi l’extension de la remise de 18 centimes sur le litre de carburant et du bouclier tarifaire sur l’énergie, ainsi que la suppression de la redevance audiovisuelle ou encore le triplement de la prime Macron. Ces deux mesures sont en vigueur depuis 2017. (exonération d’impôt et exonération de cotisations sociales).

“Le compromis n’est pas quelque chose qui peut être acheté avec des milliards de dollars.”
Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a noté dans ses remarques liminaires sur le texte les nombreuses propositions différentes qui ont été faites par l’opposition par rapport à celles qui ont été faites par le gouvernement. “Nous sommes prêts à les écouter, à les entendre et à modifier nos propositions si les idées des autres sont supérieures”, a-t-elle déclaré.

C’est l’esprit de compromis et l’esprit d’esprit constructif qui m’anime aujourd’hui et qui inspire toute la majorité », a-t-il dit, tout en identifiant une « seule ligne rouge » : « pas de baisse irréversible des taxes sur les énergies fossiles qui seraient aussi dommageables pour les finances publiques comme elles le seraient pour le climat. » Il a insisté sur le fait que « pour le reste, la discussion est ouverte et j’espère constructive ».

Contrairement à certaines propositions avancées par les partis d’opposition à l’Assemblée nationale, tant à droite qu’à gauche, Bercy a maintenu sa position et n’a pas augmenté de manière significative le niveau global des dépenses publiques. Bruno Le Maire a martelé le propos en disant : « Le compromis ne s’achète pas à coups de milliards », et il a ajouté que « le compromis ne se construit pas au détriment de nos finances publiques, car sinon ce ne serait plus un compromis ».

Loi Pouvoir D Achat Assemblée Nationale
Loi Pouvoir D Achat Assemblée Nationale

“Aucun groupe, aucun parti politique, et aucun député n’a intérêt à dire en fin de semaine que ce texte n’est pas adopté”, a prévenu Aurore Bergé, présidente du groupe LREM à l’Assemblée nationale, sur BFMTV. “S’il n’est pas adopté, cela signifie que le pouvoir d’achat des Français ne sera pas protégé.” “Aucun groupe, aucun parti politique, et aucun député n’a intérêt à dire en fin de semaine que ce texte n’est pas adopté.”