Skip to content

Pio marmai drogue

Pio marmai drogue; Lorsqu’une amie d’amie confie son histoire à Audrey Diwan, “je suis tombée par hasard dans cet étage”, raconte-t-elle. Elle s’est réveillée le lendemain matin avec des soupçons qu’elle avait drogué ses enfants, mais elle ne pouvait pas expliquer pourquoi. La cinéaste, qui a commencé sa carrière comme journaliste, n’avait qu’un pas à franchir avant de pouvoir imaginer en faire un film.

Le tabagisme est le secret de Roman, et il est révélé dans la dernière scène du film. Mari, le père dévoué qui allaite ses deux filles tout en travaillant dans son cabinet dentaire, a une dépendance à la drogue. Pendant des années, il parvient à cacher son addiction aux yeux de ses proches, jusqu’à ce qu’un événement fasse exploser la cellule familiale et l’oblige à la reconstruire du mieux qu’il peut. Et Roman devra révéler ses vraies couleurs afin de retrouver sa famille une fois de plus.

Pio marmai drogue
Pio marmai drogue

On est en terrain connu : le domaine de la débauche chronique d’un couple, dont fait partie le film-dossier sur l’addiction à la drogue. Ainsi, But You’re Fooled donne l’impression que toutes les scènes des films précédents auraient pu être pré-laissées pour le créer : engueulades, embrassades, scènes de sexe grassouillet, dîner de famille où les enfants refusent de manger leurs légumes, petite fille demandant “Est-ce que papa est là où il devrait être?” grands-parents protecteurs mais inquiets.

“Mais tu es un imbécile” donne l’idée que nous

Mais il y a aussi les nombreuses scènes d’interrogatoires dans les bureaux qui sont devenues le socle du quotidien d’une certaine école du cinéma français (l’exemple le plus récent étant Jusqu’à la garde de Xavier Legrand). Les institutions encadrent (au sens cinématographique) le binôme, les obligeant à subir une batterie de tests pour s’assurer de leur innocence cinématographique.

Symbolisme primaire
Obligé d’examiner la vie intime du couple dans les moindres détails, il n’y a plus de mystère à l’écran (la seule scène intéressante du film est celle où Roman raconte les faits et gestes de la journée à un inspecteur). Le résultat est une expérience littéraire et asphyxiante semblable à celle de l’écoute d’un procès-verbal. Audrey Diwan ne laisse aucune place à l’imaginaire, et même si cela devait arriver dans le film, les émissaires du monde réel (commissaire, médecin, assistante sociale, juge) barreraient la route.

Pio marmai drogue
Pio marmai drogue

Elle suit prudemment la trajectoire de son histoire, qui s’apparente dans le ton à celle des campagnes d’antidote ou des pubs d’antidote (avant : Roman n’arrive pas à dormir/après : Roman danses avec ses filles). L’effet d’ensemble est celui d’une convergence progressive vers une symbolique primaire : une grille sépare les sexes. Mais, comme on le comprend, cette barrière peut être brisée. Jusqu’au prochain test, nous sommes si proches mais si loin.

“Le sujet de l’addiction et de la confiance me fascinait en même temps”, raconte le cinéaste. Son héroïne, totalement innocente, est séparée de ses enfants et de l’aigle domestique dont elle s’occupe depuis plusieurs années. Même s’il l’avait prise au dépourvu, elle ne put s’empêcher de tomber amoureuse du charmeur de Pio Marma. Audrey Diwan insiste : “Il a si bien caché son problème qu’elle est tombée des nues.” Elle doit également éviter un groupe de personnes hostiles qui pensent qu’elle devrait y aller.

C’est un crime odieux contre l’humanité.
Audrey Diwan insiste sur le fait qu’elle est aussi accro à lui qu’il l’est à la drogue. Pendant toute sa vie, elle a vécu un style de vie protégé qui, selon elle, durerait jusqu’à sa mort. La fin de l’histoire ne sera révélée que tant que tous les scénarios possibles n’auront pas été minutieusement examinés et testés. « Il est ironique que l’amour de cet homme pour les siens mène finalement à leur chute », déclare le directeur de la photographie. Afin de comprendre sa tristesse et son désespoir, elle ne tente de l’apaiser à aucun moment de son voyage.

Un étage qui traverse le temps et l’espace.
Finalement, la drogue n’est qu’un accessoire dans ce film, qui traite surtout du désir et de la tromperie. “Celui qui a déjà été trahi par un être profondément aimé peut comprendre ce que ressent le héros”, dit Audrey Diwan. Vous êtes un fou devient une parabole universelle à cause de la façon dont le cinéaste transmet l’ambiance romantique et les comportements bizarres du personnage principal. Chacun peut trouver son compte dans ce premier film brillant, qui révèle un cinéaste avec beaucoup de talent.

Roman (Pio Marma) et Camille (Céline Sallette) établissent une complicité contemporaine et amoureuse autour de leurs deux filles, respectivement Bianca et Lucie. Roman, quant à lui, a un sérieux problème de dépendance à la cocaïne, dont il abuse depuis de nombreuses années. Un jour, une de leurs filles fait une grave crise d’épilepsie et est miraculeusement sauvée. L’hôpital a découvert de la cocaïne dans le sang du bébé et a alerté les autorités après avoir découvert la présence de la drogue dans son système.

Cependant, fidèle jusqu’au bout

Toute la famille de Roman est infectée depuis longtemps, et une enquête a été ouverte. Dès qu’on découvre que c’est Roman qui est le prsource principale du recrutement volontaire des enfants, les enfants sont rendus à leurs parents. Malgré leur désarroi et leur incrédulité, Camille et Roman restent solidaires face à cette épreuve. Cependant, l’avocat explique à Camille qu’elle n’a de chance de récupérer la garde de ses enfants que si elle se sépare de Roman, qui est en pleine convalescence et repentir.

A la fin d’une dure journée de réunions, Pio Marma garde le sourire et un poisson dans la bouche. Dans une conversation avec le Journal of Women’s Studies, il évoque son rôle de charnière dans le premier long métrage d’Audrey Diwan, But You’re Fools. Il y campe un père accro à la cocaïne qui voit sa femme (la superbe Céline Sallette) et ses enfants se faire déchirer après avoir été contaminés par la drogue. L’acteur de 34 ans, qui vient de recevoir une nomination aux César pour sa prestation dans En liberté !, est déjà un sérieux prétendant au prix de l’an prochain. Conversation sérieuse. Il a également été (totalement) restructuré.

Pio marmai drogue
Pio marmai drogue

The Women’s Journal: Cependant, tu es fous est basé sur l’histoire vraie d’un père toxicomane qui a infecté sa famille. Quelle a été votre première réaction lorsque vous avez appris cette histoire et lu le scénario ?
C’est Pio Marma : Parce que c’est à la fois concret, factuel, et sans encombre, mais aussi inattendu, inattendu, et vraiment surprenant… Pour cette raison, je ne suis pas au courant des implications :

“Tu es un dealer et tu as essayé de droguer vos gosses », etc. Une histoire d’amour remarquable a également été incluse dans le scénario, une qui m’a profondément touché par sa capacité unique à évoquer des sentiments de confiance, d’abandon et le sentiment d’être l’un avec l’autre. Le traitement est dramatique et en profondeur. Il puise dans une variété de genres, allant de la tragédie familiale à la science-fiction.

En février, il est nommé au César du meilleur acteur dans une comédie pour En liberté ! de Pierre Salvadori, un succès au box-office. Bientôt, il sera un employé de musée menacé par Léa Drucker, puis un super-héros dépressif soutenu par Lela Bekhti (comme “Je te promets d’être sage” de Ronan Le Page et “Comment je suis devenu un super-héros” de Douglas Attal). ). En ce mardi couleur prune, on croise l’acteur très recherché à Paris lors de la diffusion d’un enregistrement sur France Inter, dans le XVIe arrondissement.

Entre deux tournages, Pio Marma défend le premier film d’Audrey Diwan, Mais tu es fous, dans lequel il excelle en père de famille bouleversé par une série d’événements tragiques. Dentiste papa poule au recto, cocaïne en détresse au verso, il est accusé d’avoir drogué sa femme et ses deux filles. L’histoire est vraie. Comme cet acteur de 35 ans. Avec un onglet et une Échalottes Tatin sur la table, la conversation se tourne vers Game of Thrones, paparazzi, Musc et Snobbery.

« Madame Figaro », dit-elle. Depuis deux semaines, le seul sujet de conversation est Game of Thrones. Quelle est la question brûlante que vous vous posez pour la dernière saison, peu importe qui chevauche la marche de fer ?
En la personne de Pio Marma. Je voudrais vraiment savoir s’ils ont pu tuer le dragon bleu. Que feront-ils ensuite ? Parce que je ne vois pas grand-chose d’autre que mettre un maïs en verre géant sur la tête d’un des rares dragons restants et lui faire comprendre « tu le tues », je ne vois pas grand-chose. Au final… En tout cas, la seule que j’aime vraiment, c’est la méchante reine qui couche avec son frère (Cersei Lannister, NDLR).