Skip to content

Mort a aulnay sous bois

Mort a aulnay sous bois; Afin de faciliter l’enquête en cours sur le décès d’un membre de gang, le tournage a été suspendu à Aulnay-Sous-Bois et Aulnay Saint-Denis Deuil. Un jeune homme de 18 ans a été retrouvé mort des suites de blessures par balle à Aulnay-sous-Bois entre lundi soir et mardi matin, selon le parquet de Bobigny, contacté par l’AFP (Seine-Saint-Denis ). En matière de distribution illégale de drogue, Aulnay-sous-Bois est considérée comme l’une des villes les plus dangereuses de France. Malgré tous ses efforts, l’individu a été abattu et a finalement perdu la vie. Le 31 mai, le parquet de Seine et Saint-Denis a annoncé qu’une enquête avait été ouverte sur un “meurtre en bande” qui avait eu lieu à Bobigny. En raison de la notoriété de la victime aux yeux du public, les enquêteurs ont pu suivre de près le règlement des comptes.

Mort a aulnay sous bois
Mort a aulnay sous bois

Il semble qu’il s’agisse d’un meurtre

Dans la nuit du lundi 30 mai au mardi 31 mai, peu après minuit rue Paul-Cézanne dans la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois, Eyoub BM, qui était sur le point d’avoir 19 ans, a été abattu d’un coup de une arme automatique (Seine-St Denis).

Il a été tué par une seule balle d’un pistolet de 9 mm, et c’est tout ce qu’il a fallu. Il s’est évanoui au milieu de la route. Malgré le massage cardiaque et le traitement des points de pression administrés par certains de ses plus jeunes amis qui n’étaient pas trop loin, ainsi que l’aide apportée par le Samu, il est décédé peu de temps après.

Dans cette rue, sept véhicules qui étaient garés ont été trouvés avec des impacts de balles. À ce stade, aucune autre blessure n’a été signalée. En tout cas, personne ne s’est présenté au personnel médical des hôpitaux locaux.

Un chargeur qui transportait encore des munitions a été découvert sur les lieux, selon une source proche de la situation. Il s’agirait d’un chargeur de 9 mm conçu pour une mitraillette semblable à un Uzi. Sur le chemin du parking, les responsables de la fusillade auraient été désorientés et l’auraient perdu dans leur fuite.

L’arrivée de deux hommes armés vêtus de noir et le visage couvert est décrite par des témoins qui étaient assis dans un véhicule stationné à proximité du lieu du crime. Ils seraient entrés à pied dans la propriété par un modeste portail situé au bout de la rue. Ils décrivent comment l’un d’eux tenait une arme de poing lors de l’incident. Un jeune garçon qui venait d’atteindre l’âge adulte a été retiré de ce monde hier soir dans la cité des 3 000, qui est l’une des principales villes de la commune d’Aulnay-sous-Bois (93).

Le parquet de Bobigny (93) a indiqué mardi matin que la victime, âgée de 18 ans, était décédée des suites d’une blessure par balle. Ils ont poursuivi en expliquant que les événements qui ont conduit à la mort de la victime s’étaient déroulés vers une heure du matin.

A ce stade, les autorités n’ont divulgué aucune information supplémentaire, ni sur les caractéristiques du tireur ou de la victime, ni sur la présence ou non d’autres personnes au moment des tirs.

Il aurait tiré son arme dans la rue, heurtant plusieurs voitures et l’une d’elles aurait été celle contenant les deux témoins.

Mort a aulnay sous bois
Mort a aulnay sous bois

Il a subi deux fissures dans le pare-brise en conséquence. Ils affirment qu’ils se seraient d’abord réfugiés sur le parking de la mosquée lorsque la fusillade a commencé. Ensuite, ils repartaient à pied. Après cela, ils auraient trouvé la victime allongée sur le sol, ayant été touchée par une balle à ce moment-là.

Tensions entre plusieurs quartiers

La maison du jeune homme était située dans le quartier, à quelques pâtés de maisons de l’endroit où il a été tué par balle. La brigade criminelle a été chargée de mener l’enquête ouverte pour “meurtre en bande organisée”. Il est envisagé de s’engager dans la voie du règlement de comptes sur fond de trafic de drogue.

“Le meurtre n’a pas été commis dans un point de stupéfiants, mais il y en a un pas très loin dans la rue”, a précisé la même source. “Le point de stupéfiants n’est pas loin dans la rue.” La détérioration des mâts qui servent de support aux caméras CCTV en est la preuve. Ils ont tous eu la tête tranchée. Pour cette raison, les images contenues dans les vidéos ne peuvent pas être invoquées par les enquêteurs.

Selon les informations fournies par cette source, Eyoub ne connaissait la justice que “pour les petits délits de droit commun, mais pas pour les affaires de stupéfiants”.

La section d’enquête criminelle de la police judiciaire est chargée de mener l’enquête à ce stade. Personne n’a été placé en garde à vue jusqu’à présent. À l’heure actuelle, les autorités n’ont fourni aucune information supplémentaire sur les antécédents du tireur ou de la victime, y compris s’ils étaient ou non avec quelqu’un d’autre au moment de l’incident.

Surcette chaussée, plusieurs véhicules qui étaient garés ont été trouvés avec des impacts de balles. À ce stade, aucune autre blessure n’a été signalée. D’un autre côté, personne ne s’est manifesté pour informer les hôpitaux voisins de quoi que ce soit d’intéressant.

« Un chargeur de munitions rechargeables aurait été retrouvé sur les lieux du crime, selon des sources proches du dossier. Un chargeur de 9 mm conçu pour une mitraillette de type Uzi. Lors de leur fuite, les personnes qui lui ont tiré dessus auraient pu perdre l’aperçu alors qu’il se tenait sur une chaussée qui menait à un stationnement.

Les personnes qui ont été témoins de l’homicide alors qu’elles circulaient dans un véhicule à proximité ont déclaré avoir vu deux individus masqués et armés vêtus de noir, le visage couvert. L’accès aurait pu être accordé par un modeste portail situé au terminus de la rue.

Mort a aulnay sous bois
Mort a aulnay sous bois

L’un d’eux avait une arme, selon leur version des faits.

Selon les allégations, il a ouvert le feu sur la chaussée, heurtant plusieurs véhicules, dont l’un était la voiture dans laquelle se trouvaient les deux témoins. Le pare-brise de ce véhicule a été brisé non pas une mais deux fois. L’explication qu’ils ont donnée était qu’ils se sont rendus sur le parking de la mosquée pour se mettre à l’abri de la pluie. Après cela, ils sont rentrés chez eux à pied. Ils auraient trouvé la victime allongée au sol avec une blessure à la jambe à ce moment-là.